Madrid – Berlin – Prague – Bruxelles

Madrid – Berlin – Prague – Bruxelles

De partout en Europe, des dizaines de milliers de travailleurs répondent aujourd’hui à l’appel de la Confédération Européennes des Syndicats (CES). Ils protestent contre le chômage massif – temporaire ou complet – contre les pertes de salaire et contre un patronat de plus en plus arrogant. Ils ont été témoins des rémunérations royales que les managers ont reçus pour avoir pillé nos entreprises. Ils ont constaté que les actionnaires ne connaissent pas de «crise», seulement des «opportunités». Qu’importe le profit, on ne touche jamais aux dividendes! Jusqu’à aujourd’hui, tout cela ne se remarquait pas dans les médias, mais bien sur les lieux de travail, dans les quartiers, à la caisse et à la maison : nous ne voulons pas payer pour leur crise. Pourtant, c’est ce que nous sommes déjà en train de faire.

Tract du PSL

Tract en format PDF

De plus, la grande majorité des gouvernements planifient – pour après les élections – des assainissements drastiques à nos frais afin de payer les cadeaux accordés aux banquiers ainsi qu’aux autres spéculateurs. Il est donc plus que temps que les syndicats européens réagissent. "Put people first" clame la CES. Mais pour cela, nous craignons que la "plate-forme" de cette manif’ ne suffise pas. Les revendications de la CES ne sont hélas guère plus qu’une copie des propositions des partis traditionnels : une condamnation du protectionnisme et un appel à "investir afin de relancer l’industrie en donnant un avenir aux secteurs lourdement touchés comme l’automobile et le textile". Nous savons ainsi qui va bientôt encaisser l’argent de nos impôts… L’Europe doit aussi "construire les droits sociaux au lieu de les démanteler", mettre l’accent sur "une croissance verte et des emplois verts", "cesser de restreindre le rôle des pouvoirs publics, du non-marchand et de l’économie sociale, au profit du commerce" et lutter contre la fraude fiscale. Où avons-nous déjà entendu cela?

Espérons que cette manifestation ne soit pas un acte unique pour soutenir les "partenaires politiques privilégiés" à l’approche du scrutin de juin, mais au contraire le début d’un véritable plan d’action pour l’emploi avec une grève générale européenne en point culminant. Cela exige une plate-forme qui offre de vraies solutions : une réduction du temps de travail généralisée sans perte de salaire et avec embauches compensatoires pour réellement combattre le chômage ; interdire la participation au casino des bourses aux entreprises des secteurs clés de l’économie tels que l’énergie, le transport public, la poste, les télécoms et la finance ainsi que leur nationalisation sous le contrôle démocratique des travailleurs et des usagers; la renationalisation des anciens services publics et la mise sous contrôle public de la recherche scientifique pour une production propre. La plate-forme de la CES en est malheureusement très éloignée. Il n’apparaît même pas de condamnation du plan de libéralisation et de privatisation de l’Europe, le traité de Lisbonne. La CES ne sait-elle pas que cette Europe n’est rien d’autre qu’une machine de guerre contre les acquis des travailleurs, avec pour objectif de faire de l’Europe la région la plus compétitive du monde ?

Les syndicats belges ont ajoutés quelques modestes revendications. "Non aux économies sur les allocations sociales." Pourquoi pas leur augmentation? "Non au démantèlement des services publics collectifs". A nouveau : pourquoi pas leur extension? "Oui à des impôts justes, payés en fonction de la capacité contributive" et "Non à un nouveau Pacte des générations" disent-ils encore. Si nous voulons que cela ne reste pas lettre morte, la FGTB devra ravaler son appel à voter pour le PS lancé ce 1er mai et la CSC aussi ne pourra pas appeler à voter pour le PS, Ecolo ou le CDH. Tous ces partis ne laissent pas subsister de doute : après ces élections, des Pactes des générations nous attendent pour chaque année durant au moins quatre ans. Les syndicats belges ont donc suffisamment de raisons de se mettre en tête de la résistance sur le plan européen. A quand notre première journée d’action nationale? Comment pensons nous sinon pouvoir arrêter tout "nouveau Pacte"?

Le Parti Socialiste de Lutte (PSL) est membre d’une organisation socialiste internationale, le Comité pour une Internationale Ouvrière (CIO). Partout, nous plaidons pour de nouveaux partis des travailleurs qui, contrairement à "la gauche officielle", traduit les revendications syndicales sur le plan politique. Nos organisations-soeurs, la Gauche Révolutionnaire en France, Socialistische Alternative en Allemagne et Offensief aux Pays-Bas aident activement à construire respectivement le NPA, Die Linke et le SP. Le PSL voudrait qu’un tel parti existe également en Belgique. Dans cet esprit, en Belgique francophone, nous participons à des listes unitaires, LCR-PSL pour les Européennes et PCPSL- LCR-PH pour la région de Bruxelles. En Flandre, nous n’avons malheureusement pas réussi à convaincre les deux autres organisations de la gauche radicale, la fraction «Rood» du SPa et le PvdA (le PTB en Flandre). Nos sommes pourtant convaincus qu’une initiative commune aurait pu aider des couches importantes des syndicats à franchir le cap en direction d’un nouveau parti large et démocratique des travailleurs.


Partager :
Imprimer :
Première page de Lutte Socialiste