Liège : « Ce que le gouvernement ne nous donnera pas, on ira le chercher dans les poches du patronat! »

Liège : "Ce que le gouvernement ne nous donnera pas, on ira le chercher dans les poches du patronat!"

La semaine d’action à l‘initiative des syndicat a débuté ce lundi 9 juin à Liège et à Anvers. Dans la Cité Ardente, les syndicats ont annoncé une présence de 25.000 manifestants, alors que l’on en attendait initialement 10.000. Un beau succès qui témoigne de la colère qui règne à la base des syndicats.

Des quatre coins de Liège, des cortèges sont partis vers le monument de la résistance, composés de militants syndicaux de toute la province, y compris de la communauté germanophone, ainsi que d’une délégation d’Anvers venue apporter un message de solidarité aux camarades francophones. L’atmosphère était particulièrement combative, révélatrice d’une frustration que beaucoup ont explicitement mentionnée à nos militants face à l’attente qui a pris place depuis la manifestation du 15 décembre dernier. Parmi les manifestants, ce sont surtout les métallos, le SETCA et la CGSP Admi qui étaient présents en masse, même si l’on a pu voir des travailleurs de tous les secteurs.

Des discours qui changent, mais pas encore assez…

Les discours à la fin de la manifestation reflétaient la pression de la base, et les prises de paroles se sont distinguées par leur forte combativité en comparaison d’autres rassemblements (15 décembre, 1er mai,…). La liaison des allocations au bien être, la défense de l’index ou encore l’augmentation du salaire brut sont des thèmes qui sont fortement ressortis, de même que les critiques contre la politique de la droite officielle (Mr Reynders, bien que Liégeois, ne jouit pas d’une immense popularité…) ainsi que contre la propagande patronale issue de la FEB ou de certains journalistes et chercheurs face aux actions autour du pouvoir d’achat. On a ainsi pu entendre de la tribune «Que ce soit bien clair, ce que le gouvernement ne nous donnera pas, on ira le chercher dans les poches du patronat !»

Nous regrettons par contre de n’avoir entendu aucune critique contre le PS. Pourtant, tout en admettant qu’il faut évidemment dénoncer la politique de Reynders & Co, il est à remarquer que le MR n’a pas été le seul à voter l’instauration de la déduction des intérêts notionnels (entre autres, voir également le Pacte des Générations, la chasse aux chômeurs, etc.) et que sans le PS, bien des mesures d’austérité auraient été plus difficiles à faire avaler aux travailleurs.

Plus de pouvoir d’achat par plus de salaire !

Le MAS/LSP était bien entendu présent avec une quinzaine de camarades de la province de Liège pour poursuivre sa campagne «plus de pouvoir d’achat par plus de salaire !», avec un certain succès puisque nous avons pu vendre très exactement 85 exemplaires de notre mensuel Alternative Socialiste ainsi qu’un abonnement. Une vingtaine de militants syndicaux ont aussi laissé leurs coordonnées pour renforcer un courant de syndicalistes combatifs à la base des syndicats. Le rôle des directions syndicales dans les conflits a été décrié par plus d’un…

A noter aussi, la colère générale contre les salaires des topmanagers. Quelques camarades portaient des chasubles utilisées lors de nos interventions au siège liégeois de Belgacom, sur lesquelles nos affiches sur le pouvoir d’achat accompagnaient d’autres sur le thème «Salaire de Didier Bellens, patron de Belgacom : 3,57 millions d’euros en 2007. Et vous ?». Beaucoup de travailleurs ont été très réactifs, et parmi eux évidemment ceux de Belgacom, qui subissent directement les conséquences d’un tel salaire. D’autres chasubles portaient des affiches «pouvoir d’achat et droits des femmes vont mains dans la main», affiches particulièrement appréciées également. En fait, nos chasubles ont littéralement été prises d’assaut par différents groupes – malgré la chaleur – sous l’attraction de slogans politiques qui manquaient hélas un peu sur le parcours de la manifestation.

Un de nos camarades, âgé de 80 ans, n’a pu participer à la manifestation pour des raisons de santé. Mais histoire de, lui aussi, participer d’une certaine manière à cette mobilisation syndicale, il est tout de même descendu au bas de chez lui rencontrer les travailleurs de Magotteaux qui partaient de leur entreprise pour la manif. Il leur a ainsi vendu 5 Alternative Socialiste


Liens:

Partager : Imprimer :