La France s’embrase, et la révolte ne s’éteint pas

Tout commença le 28 octobre, quand deux jeunes de Clichy sont morts électrocutés après s’être réfugiés près d’un générateur électrique. Les circonstances de la mort de ces jeunes restent encore floues. Selon la famille et les amis de Bouna T., 15 ans, et Zyed B., 17 ans, ceux-ci revenaient tranquillement d’une partie de foot… Ils ont eu droit à un contrôle de police et ont prit la fuite. Les contrôles d’identité sous forme de descente de polices sont les privilèges des habitants d’une cité! Les familles ont donc porté plainte pour «non assistance à personne en danger», la justice doit maintenant trancher….

Karim Brikci

Quelle que soit la décision de la justice, ce drame révèle au grand jour la situation réelle dans les cités et la réponse donnée par le gouvernement français. En effet, depuis la mort de ces 2 jeunes, Nicolas Sarkozy, ministre de l’intérieur, multiplie les insultes contre les jeunes de quartier. Ceux-ci sont pour lui des "voyous", des "racailles". Les cités sont à "nettoyer au Kärcher", dixit M. Sarkozy…

Même les syndicats de police se sont opposés aux propos de Sarkozy. Celui-ci ne fait que renforcer sa politique répressive dans les cités, envenimant la situation de jour en jour. Dans les quartiers les plus difficiles, il a d’ailleurs décidé d’installer 17 compagnies de CRS et 7 escadrons de gendarmerie de manière permanente.

Après cette montée de violence dans certains quartiers, il est clair que chaque provocation de la police, chaque propos de Sarkozy va mettre de l’huile sur le feu. Des CRS ont récemment lancé une grenade lacrymogène dans une mosquée tandis que plusieurs jeunes ont été mis en prison pour «dégradations de biens publics». Cela n’aura certainement pas pour effet de calmer la jeunesse des cités.

Entre le jeudi 3 et le vendredi 4 novembre, alors que le nombre de voitures et de bâtiments incendiés ne cessait d’augmenter, le département de Seine-Saint-Denis restait le territoire le plus touché alors que des incidents sérieux avaient éclaté pour la première fois en dehors de l’Ile-de-France. Outre les véhicules privés, les émeutiers s’en prennent aux réseaux de transports, à des bâtiments publics (écoles, hôpitaux, magasins…) et à des établissements privés.

Nous comprenons les causes qui poussent ces jeunes à saccager tout ce qui se présente à eux. Nous n’acceptons pas pour autant ces méthodes d’action. Les travailleurs et les habitants des quartiers ne doivent pas être les cibles de ces violences. Ce sont eux aussi les premières victimes du système et de la politique du gouvernement. Nous ne pouvons pas lutter efficacement contre la politique néolibérale en brûlant des voitures et des bâtiments.

Nous pensons qu’il faut s’opposer massivement, tous unis dans la rue, à la politique antisociale et répressive du gouvernement Villepin-Sarkozy.

Face à eux, il nous faut une réponse collective et organisée.

C’est aux habitants des quartiers de s’organiser pour faire revenir le calme, en organisant des réunions de quartier où tous pourraient s’exprimer, en organisant des manifestations contre la provocation policière,…

Ce n’est pas un hasard si l’ensemble des évènements se situe dans des quartiers défavorisés (Seine-Saint-Denis, Yvelines,…). Sarkozy et Villepin ont consciemment laissé les quartiers dans la misère et l’abandon. Ce sont eux les responsables du fort taux de chômage, du manque de logements décents, de la fermeture de bureaux de poste ou de lignes de bus, de l’augmentation du coût de la vie… La colère des habitants de ces quartiers est normale et justifiée. C’est une colère contre un système qui crée la misère, l’exclusion et la violence.

Un sondage récent de «Libération» montre que 3 français sur 4 se disent anticapitalistes. Une alternative au capitalisme est clairement et largement recherchée dans la population. Nous pensons que nous avons aujourd’hui besoin d’un parti de combat des travailleurs et des jeunes qui unifiera nos revendications, organisera notre lutte contre le capitalisme et contre la misère, le racisme et l’exclusion qu’il entraîne. Le MAS ainsi que la Gauche Révolutionnaire (section sœur du MAS en France) lutte pour un tel parti. Rejoins nous !

Partager : Imprimer :