[FILM] En guerre !

Dès les premières images de ce film de Stéphane Brizé (qui avait déjà réalisé La Loi du Marché), le spectateur est directement plongé dans la tension de la fermeture de l’usine Perrin, la filiale d’une multinationale, produisant des éléments pour l’industrie automobile. Deux ans auparavant, les travailleurs ont font d’énormes sacrifices en échange de la promesse du maintien de l’emploi : abandon des primes, retour aux 40 heures (payées 35 !), blocage des salaires. La nouvelle de la fermeture et de la suppression de 1.100 emplois tombe donc comme une bombe dans la petite ville d’Agen, où on ne trouve désormais pas un seul emploi vacant à 50km à la ronde.

Par Guy Van Sinoy

Les salariés, hommes et femmes, vont se battre contre la fermeture en bloquant l’usine et les stocks. Mais la bataille est longue et les pièges tendus par la direction de la multinationale sont nombreux : faire la sourde oreille, gagner du temps, gagner la bataille en justice, semer la division parmi les travailleurs en proposant des primes de départ qui attirent tous ceux qui ne croient plus à la possibilité d’empêcher la fermeture.

Cette lutte, c’est celle menée au cours des 10 dernières années par des dizaines de milliers de salariés dans des centaines d’entreprises en Europe, filiales de multinationales. Plus près de chez nous il suffit d’évoquer les fermetures de VW, Ford, Renault ou Caterpillar, pour ne prendre que l’exemple de la métallurgie et sans compter les entreprises de distribution (Carrefour, Delhaize, Hema).

Le plus dur ce n’est pas l’arrogance et la froideur du directeur, c’est le doute et les revirements dans le camp des travailleurs qui se déchirent sur la voie à suivre. Et quand un manager dégage cyniquement les responsabilités de la multinationale en expliquant que c’est la conséquence inévitable de la loi du marché, on ne peut en conclure que pour mettre fin à la dictature du marché il faut renverser le capitalisme. Hélas ce n’est pas à la portée des 1.100 travailleurs en lutte chez Perrin, confrontés aux huissiers, aux juges et aux flics.. La suite à l’écran…

Ne manquez pas ce film d’une brûlante actualité où la lutte de classes est présente de bout en bout. Vincent Lindon, dans le rôle du délégué CGT est parfait.

Partager : Imprimer :