Le G8 à Deauville : Festival de l’hypocrisie impérialiste 2011, 37e édition

Ces 26 et 27 mai, 8 des plus grandes puissances économiques de la planète (Allemagne, France, Italie, Royaume-Uni, Canada, Etats-Unis, Japon, Russie) se réuniront de manière informelle à Deauville, en France. Que peut-on attendre de ce sommet annuel ?

Par Baptiste (Wavre)

Ce rendez-vous annuel se donne pour objectif d’avoir des directives communes aux grandes puissances en vue de ‘‘régler’’ des problèmes majeurs dans la situation mondiale. Historiquement, les premières réunions furent ainsi convoquées en réponse au pic pétrolier des années ’70. Depuis le sommet de Pittsburgh en 2009, le G8 précise ses préoccupations : ‘‘les enjeux géopolitiques et de sécurité, les partenariats avec l’Afrique au niveau politique et économique, et les sujets d’intérêt commun aux pays du G8.’’

10 ans après le sommet de Gênes

De la fin des années ’90 au début des années 2000, le G8 était devenu le symbole de la mondialisation, ce processus économique ultralibéral qui semblait tout dévaster sur son passage. Après une décennie d’idéologie dominante sans partage à la suite de la chute de l’URSS, le mouvement antimondialisation remit à l’ordre du jour le rejet du système dans la jeunesse, bien que l’expression eut une certaine confusion.

Le sommet du G8 de Gênes en 2001 fut l’apogée de cette radicalisation dans la jeunesse avec des manifestations importantes contre le sommet. La répression scandaleuse des manifestants s’est soldée par 600 blessés et la mort par balle de Carlo Giuliani. Amnesty International a d’ailleurs qualifié cet épisode comme ‘‘la plus grave atteinte aux droits démocratiques dans un pays occidental depuis la fin de la seconde guerre mondiale.’’

‘‘Régler les problèmes’’, c’est beaucoup dire. En conclusion du sommet de l’an dernier, le communiqué final se targuait ainsi d’avoir acquis une régulation financière, aussi bien à l’égard de la spéculation aveugle des Hedge founds et aux bonus des tout aussi borgnes traders. Rien n’est plus évident, au vu des nouveaux bénéfices monstres dans la finance, des bonus tout aussi gigantesques qui vont de pair, pour récompenser une spéculation qui a retrouvé toute sa fougue dans les matières premières, les monnaies, l’immobilier et les dettes publiques, entre autre.

Derrière ‘‘régler les problèmes’’, il s’agit surtout pour ces dirigeants d’envoyer de la poudre aux yeux de la population pendant qu’ils tentent en réalité de défendre les intérêts de leurs capitalistes. La coopération minimum pour des profits individuels maximum. On peut dès lors facilement comprendre que depuis la stagflation des ’70, ce G8 fut régulièrement derrière l’impulsion de politiques néolibérales. Ces politiques néolibérales qui n’ont précisément rien réglé aux problèmes des travailleurs et leurs familles, mais qui ont juste permis aux capitalistes d’accumuler le plus de profits possible.

Cette année, le G8 se réunit dans un contexte de crise mondiale pour le capitalisme, avec une accélération des bouleversements à tous les niveaux, comme le reconnaît Sarkozy, le président hôte du sommet : économie mondiale, crise des dettes publiques, tensions entre économies et changements des rapports de force, inflation sur fond de spéculation sur les matières premières, problème du nucléaire et de l’énergie, chômage, augmentation de la pauvreté, mouvements révolutionnaires en Afrique du Nord et Moyen-Orient, etc.

Nul doute que l’hyper-président ne ratera pas l’occasion d’enfiler le costume de chevalier-blanc-sauveur-desmaux- de-la-planète à la clôture du sommet, avec toutes sortes de grandes déclarations solennelles et promesses creuses pour 2020, 2030. Il a d’ailleurs déjà prévenu de l’élaboration d’un ‘‘socle de protection sociale universelle’’. Une rhétorique d’acquis social pour un contenu de course vers le fond des conditions de vie et de travail ?

Il n’y a aucune confiance à avoir en ces dirigeants impérialistes. Il est illusoire de croire que ces dirigeants avides de profits puissent régler les différents problèmes de société, tous ces problèmes sont inhérents au système qu’ils défendent bec et ongles : le capitalisme. Ce sont les mêmes qui ont stimulé la course au profit dans le nucléaire au mépris de la sécurité et de l’environnement. Ce sont les mêmes qui ont soutenu les Moubarak, Khadafi, Ben Ali, Gbagbo et autres dictateurs du monde néocolonial, et qui retournent leurs vestes pour mieux protéger leurs intérêts économiques et stratégiques. Ce sont les mêmes qui appliquent depuis des décennies les politiques néolibérales et appliquent les politiques d’austérité. Leurs intérêts sont systématiquement opposés aux nôtres !

Quel que soit le thème, ils veulent faire du business. Nous devons mener notre lutte pour défendre nos intérêts. Et cette lutte est précisément dirigée contre le système capitaliste qu’ils défendent. Seule une société socialiste permet à tous d’obtenir des conditions de vie et de travail décentes, la démocratie la plus aboutie, d’abolir la pauvreté et d’avoir une gestion du secteur énergétique en accord avec les besoins environnementaux.

Partager :
Imprimer :
Première page de Lutte Socialiste