Irlande: « Faisons de 2011 l’année de la percée de la vraie gauche! »

Vœux de Nouvel An de Joe Higgins

Des élections générales anticipées vont se dérouler en Irlande, dans un contexte très particulier. Les travailleurs irlandais en sont déjà à leur troisième budget d’austérité, plus de 100.000 suppressions d’emplois sont prévus dans les services publics, entre autres attaques antisociales. C’est dans ce cadre que notre euro-parlementaire Joe Higgins présente ses vœux pour l’année à venir.

Joe Higgins, eurodéputé du Socialist Party (CIO-Irlande)

A West Kerry, ce Noël, le temps a changé à une vitesse stupéfiante. Le jour de Noël, nous avons dû déverser du sel devant la vieille ferme familiale afin de faciliter la venue des amis et de la famille, en brisant l’épaisse couche de neige compacte et de glace laissée là suite aux semaines précédentes, quand le temps avait été littéralement arctique. Moins de vingt heures plus tard, le vent du sud ouest venu de l’Atlantique avait reconquis ses routes familières, amenant dans son sillage des températures plus chaudes et une forte pluie. En l’espace de quelques heures, seuls les sommets des montagnes environnantes de Slieve Mish gardaient encore des traces de neige, disparaissant rapidement.

Cela aurait pu être une métaphore pour illustrer la vitesse ahurissante à laquelle se sont produits les changements économiques et politiques survenus dans cet Etat en quelques semaines. Il est vrai que les gros titres faisant état de la perte ‘‘soudaine’’ de notre souveraineté étaient exagérés au regard du fait que l’establishment politique a déjà, et depuis longtemps, remis une grande part de la destinée de notre peuple aux mains d’une infime cabale de pirates de la propriété et de financiers sans visage, uniquement guidés par l’avarice privée et sans aucun égard pour le ravage social qu’ils causent. Il est toutefois clair à l’esprit de chacun que nous quittons cette année 2010 en tant qu’Etat vassal du capital européen et international, avec la Commission Européenne et le Fonds Monétaire International comme autorités – aux prises avec ces mêmes forces qui ont dévasté la vie économique.

Et donc une nouvelle année commence et, avec elle, vont arriver de grands changements, plus particulièrement dans la vie politique. Cela se verra tout d’abord dans le résultat des élections générales de mars. Un mot au sujet de cette date, toutefois, car personne ne doit être dupe de la posture adoptée par les Verts en novembre, quand ils ont précipité la tenue d’un scrutin. Le dirigeant du parti John Gormley a été forcé d’effectuer cette demande par les pressions désespérées de membres du parti Vert qui entretiennent toujours l’illusion que leur part défend quelque chose. Mais la vérité est que les ministres “écologistes” auraient préféré joyeusement poursuivre leur besogne avec le Fianna Fail jusque l’échéance prévue en mai 2013 s’ils l’avaient pu.

En fin d’année, même les membres les plus calmes de la communauté s’imprègnent avec zèle de l’atmosphère de festivités. Les boissons se mêlent à la musique pour mettre temporairement de côté les problèmes de l’année, juste pour quelques heures de joie.

Cette année, cependant, rien n’a pu masquer les plaies dont le pays est affligé. De nombreux jeunes gens, après avoir célébré Noël avec leurs proches, se préparent à partir au loin dans l’espoir de d’y trouver de quoi se construire la vie qui leur est refusée en Irlande.

Ils espèrent, tout comme leurs parents, que cela ne sera que provisoire, en attendant que passe le pire de la tempête. Mais cela dépend d’un changement révolutionnaire de politique, à l’opposé des diktats de l’Union Européenne et du Fonds Monétaire International qui veulent sauver les establishments politiques et économiques sur le dos du contribuable, du pensionné et du pauvre, qui doivent payer des milliards au bénéfice des spéculateurs et de la finance internationale.

Nous faisons face à des élections parlementaires où le choix réel est limité. Les deux principaux partis d’opposition, le Fine Gael et le Labour, sont favorable à la poursuite d’une politique identique à celle du Fianna Fail et des Verts, avec tout au plus quelques changements cosmétiques. On fera beaucoup pour montrer des différences politiques entre ces partis, mais la réalité est que qu’ils prévoient pour un milliard et demi d’euros de taxes et de coupes dans les budgets publics.

Le Sinn Fein va se présenter aux élections en adoptant une posture de forte opposition à la politique de l’establishment. Il faut cependant se demander si l’on doit prendre ces déclarations comme argent comptant au regard de la politique menée par ce parti dans le Nord, dictée par le gouvernement libéral-conservateur de Westminster. Dans cette république, ils étaient encore prêts, il y a à peine deux ans et demi, à considérer de former une coalition gouvernementale avec le Fianna Fail.

A l’approche des élections générales, c’est l’United Left Alliance (Alliance de la gauche unie), composée de plusieurs groupes de gauche, qui posera les questions les plus judicieuses et défendra une alternative de principe et de gauche contre le consensus capitaliste. Il est crucial que cette alliance parvienne à obtenir une représentation significative au Parlement pour être une opposition vibrante tant à une coalition Fine Gael/ Labour qu’à chaque reste de l’équipe dirigeante actuelle. Une bonne année, de la Gauche Alternative !

Partager : Imprimer :
Une de Lutte Socialiste