Home / International / Europe / «La lutte, c’est notre dignité!» Meeting de Jean-Luc Mélenchon à Paris

«La lutte, c’est notre dignité!» Meeting de Jean-Luc Mélenchon à Paris

<![CDATA[franceinsoumiseC’est ce dimanche 5 juin que Jean Luc Mélenchon a présenté sa candidature lors d’un meeting de masse à Paris, place Stalingrad, dimanche 5 juin. Les organisateurs parlent de près de 10.000 participants à l’évènement ! Une petite équipe de militants du PSL s’y est rendue et y a rejoint de militants parisiens de la Gauche Révolutionnaire, section française du Comité pour une Internationale Ouvrière et organisation-sœur du PSL.

Comme ce fut le cas les différentes fois que nos militants se sont rendus en France, les discussions furent nombreuses concernant la «Loi Travail à la belge». De part et d’autre de la frontière, on regarde bien évidemment la manière dont les luttes se développent contre la casse de nos législations du travail.

Peu à peu, la foule a rempli la place, jusqu’au point que la sécurité juge de ne plus permettre à de nouvelles personnes d’entrer dès avant le discours de Mélenchon. L’atmosphère, très accueillante, était propice aux discussions politiques.

Il est certain que les interventions télévisées de Mélenchon ou ses interviews dans la presse sont bien reçues. Il critique vertement les médias et leurs mensonges, défend les mobilisations contre la «Loi Travail» et appelle à y participer,… Avant qu’il ne prenne la parole, de nombreux militants se sont d’ailleurs succédé sur le podium : cheminots, postiers, travailleurs des soins de santé,… Il était difficile de mieux illustrer le slogan du meeting et de la campagne de Mélenchon : «La France insoumise». Un appel à construire une grève générale pour balayer le « monde de la Loi Travail » aurait très bien couronné le tout.

Concrétiser la «révolution citoyenne».

Nous sommes totalement d’accord avec lui lorsqu’il parle de «réorganiser de fond en comble la société humaine». Reste à savoir comment. Dans ce sens, l’appel à la 6e République et à un changement de Constitution ne met à notre avis pas suffisamment l’accent sur la sortie du capitalisme et la prise du pouvoir par les travailleurs.

Comme l’expliquait le tract de la Gauche Révolutionnaire distribué à cette occasion (disponible ici) : «Nous pensons que Mélenchon a eu raison de refuser la « primaire », tout comme il a raison de se placer en opposition directe au gouvernement. Mais sa candidature ne sera un point d’appui que si elle se place réellement au service des travailleurs et de la population et mette en avant la nécessité de changer la société et de renverser le capitalisme et non de proposer quelques améliorations seulement.

« Nous ne partageons pas, par exemple, qu’il dise que son objectif n’est pas de « nationaliser l’économie ». Au contraire, la vraie puissance, ce sont les multinationales qui l’auront tant qu’elles sont la propriété d’une poignée de super riches et de groupes d’actionnaires. Il n’y aura pas de vraie démocratie tant que tous les jours, des millions de travailleurs devront se vendre pour un patron qui amassera des millions sur leur dos. Et il n’y aura pas non plus d’agriculture et d’industrie respectueuses de l’environnement, tant que régnera la loi du profit.» Cela nous semble pouvoir admirablement compléter sa défense d’une «planification écologique» ainsi que son appel à «reprendre en main notre destin dans l’intérêt général humain».

Il faut défendre les revendications de hausse des salaires, d’amélioration des conditions de travail, mais également de mise en propriété publique des principaux secteurs de l’économie, à commencer par le secteur financier (banques, assurances etc.) qui doit être entièrement en monopole public, sous la gestion démocratique des travailleurs et de la population. C’est en avançant vers une société réellement démocratique et fraternelle, vers le socialisme authentique, que nous pouvons en finir avec cette société de haine et de misère.

5 juin 2016 "La France insoumise"

 ]]>