Les néo-nazis de Blood&Honour arrêtent leurs activités

Ce groupe, que leur concurrent Combat 18 – qui lui aussi a aujourd’hui cessé d’exister – qualifiait de “nazis à bières”, a désormais temporairement cessé ses activités en Flandre. La crise interne est arrivée au point d’implosion. Mais cela ne signifie malheureusement pas que le danger que représentent les néo-nazis n’existe plus.

Ces derniers temps, Blood&Honour s’est trouvé soumis à une pression constamment plus forte alors qu’il est resté un groupe marginal de skinheads néonazis sans véritable base stable. L’accent était surtout mis sur l’organisation d’actions et la consommation de bières. Mais, en Allemagne, Blood&Honour a connu de nombreux problèmes quand il est devenu clair que l’un de ses dirigeants collaborait depuis déjà un certain temps avec la police. Cette révélation combinée à une répression accrue à conduit à un assèchement partiel du groupe.

Cela n’élimine naturellement pas le danger. La violence raciste en Allemagne continue ainsi d’augmenter. L’interdiction de groupes comme Blood&Honour leur rend plus difficile de s’organiser, mais cela ne supprime pas le terreau qui permet la naissance de petits groupes de jeunes néonazis.

La lutte contre les néonazis ne peut pas se limiter aux démarches juridiques. Seules les mobilisations peuvent les stopper, si ces mobilisations sont accompagnées d’un programme pour changer de société.

Partager : Imprimer :