Home / International / Asie / Hong Kong : les locaux de Socialist Action cambriolés

Hong Kong : les locaux de Socialist Action cambriolés

Appel urgent à la solidarité !

Socialist Action, l’organisation qui regroupe les partisans du Comité pour une Internationale Ouvrière à Hong Kong, a été victime d’un cambriolage. Aux petites heures du 17 octobre, six ordinateurs, des téléphones portables, trois cartes de crédit et divers objets personnels appartenant à des membres ont été volés. Au total, plus de 20.000 dollars de Hong Kong (environ 2.300 euros) ont été volés en espèces et par cartes de crédit. Deux camarades dormaient dans le bureau alors que le cambriolage prenait place vers 3 heures du matin. Les choses auraient encore pu être bien pire s’ils s’étaient réveillés et avaient dérangé les voleurs.

Par des correspondants de chinaworker.info

Les voleurs ont accédé au bureau du sixième étage par une fenêtre, ce qui a été rendu possible par les échafaudages temporaires actuellement posés à l’extérieur du bâtiment. Des précautions avaient pourtant été prises, nos camarades ayant rajouté des barreaux métalliques à toutes les fenêtres, ainsi que des caméras de sécurité à la porte d’entrée et à l’intérieur. Mais celles qui n’ont pas été désactivées par les voleurs couvraient la porte qui n’a pas été utilisée lors de l’effraction. Les voleurs ont pu pénétrer dans les lieux en enlevant un barreau de la fenêtre d’un débarras.

Ce cambriolage est un coup dur pour Socialist Action au moment d’un mouvement de masse historique contre le régime autoritaire qui dure déjà depuis quatre mois et demi. Dire que la pression sur les militants socialistes est élevée en ce moment serait un euphémisme. Hong Kong est à la merci d’un déchaînement effréné de violence policière et de répression. Les attaques au gaz lacrymogène et les passages à tabac sont quotidiens. Plus de 2.500 arrestations ont été effectuées depuis juin. Un état d’urgence a été de facto imposé par le gouvernement non élu de Carrie Lam, qui a qualifié les manifestants « d’émeutiers » et de « terroristes ». Depuis le mois d’août, la plupart des manifestations ont été interdites et sont violemment attaquées. Les membres de Socialist Action, tout comme beaucoup d’autres groupes et partis d’opposition, font face à une menace quotidienne de répression et d’arrestation ainsi qu’à d’éventuelles poursuites judiciaires pour avoir soutenu des « rassemblements illégaux » ou pour d’autres accusations politiques. L’utilisation croissante des « pouvoirs spéciaux » de l’époque britannique par le gouvernement pourrait bientôt entraîner la fermeture partielle d’Internet à Hong Kong, la censure de la presse et l’interdiction de publications, de nouvelles arrestations et des parodies de tribunaux.

La nature compliquée de cette lutte dans une société sans organisations de masse, sans partis politiques de la classe ouvrière et avec un mouvement syndical faible ou très timide et face à la dictature policière la plus puissante et la plus high-tech du monde a inévitablement produit un mouvement de masse aux caractéristiques contradictoires.

Ce mouvement combine une résistance de masse héroïque, une spontanéité inspiratrice et des méthodes d’action directe, côte à côte avec un manque de stratégie claire, un manque d’organisation et de nombreuses idées confuses. Le relatif changement de conscience pro-américain au sein d’une couche des masses en action constitue un exemple de cette confusion. Cela exprime une recherche de salut auprès de politiciens américains qui, pour la plupart, s’intéressent à leurs votes aux Etats-Unis plus qu’au soutien sincère à la lutte pour la démocratie. Ironiquement, la dictature chinoise encourage en partie ce changement pro-américain, car cela lui sert à « justifier » sa propre propagande sur les « forces étrangères hostiles » et parce qu’elle sait que cette voie ne représente aucune issue pour la lutte des masses.

Socialist Action – pour une alternative des travailleurs !

Socialist Action joue un rôle unique en militant constamment pour que le mouvement de masse change de direction, s’oriente vers l’organisation et les méthodes des travailleurs comme les grèves et les comités de grève démocratiques, s’oppose à l’impérialisme américain et chinois et cherche à étendre consciemment le mouvement de masse à la Chine continentale.

Socialist Action explique que cela ne peut se faire qu’en élargissant les « cinq revendications » du mouvement pour que le cahier de revendications intègre les besoins de la classe ouvrière et de la jeunesse (qui sont exigés avec la même force à Hong Kong et en Chine) pour un logement abordable, des emplois décents, la fin du travail d’esclave et des investissements publics massifs dans les services publics au lieu des projets d’infrastructure de prestige obscènes aux profits des magnats de l’immobilier capitalistes.

Nous appelons à une solidarité financière urgente de la part des militants pour la démocratie, des socialistes et des syndicalistes du monde entier. Pour récupérer les pertes dues à ce cambriolage et améliorer la sécurité des bureaux, Socialist Action doit collecter 70.000 dollars de Hong Kong (environ 8.000 euros). Nous devons le faire le plus rapidement possible pour éviter de perdre du temps au milieu de ce combat crucial qui constitue la lutte la plus importante que nous ayons jamais connue.

Sans le remplacement des six ordinateurs que nous avons perdus, nous ne sommes plus en mesure de continuer à produire les quatre éditions de notre magazine bimensuel (à Hong Kong, en Chine continentale, à Taiwan et en édition anglaise). Notre organisation quotidienne risque d’être fortement perturbée non seulement à Hong Kong, mais également dans l’important travail de solidarité que nous essayons de développer – dans des conditions clandestines – en Chine continentale.

Ce cambriolage souligne les problèmes et les pressions auxquels sont confrontés les militants socialistes à Hong Kong et en Chine alors qu’ils défendent une activité inlassable dans la lutte anti-autoritaire. Socialist Action est obligé de louer des locaux dans un quartier ouvrier pauvre où le taux de criminalité est élevé. Cela s’explique par les loyers extrêmement élevés qui sévissent à Hong Kong, la ville la plus chère du monde. Nous ne pouvons pas réclamer d’assurance pour ce vol parce que cela implique de porter plainte à la police, ce qui permettrait à cette dernière (qui terrorise toute l’opposition à Hong Kong) d’enquêter sur nos locaux et d’interroger notre personnel, en mettant ainsi davantage leur sécurité en danger. Par conséquent, nous ne pouvons nous tourner que vers nos camarades et sympathisants à travers le monde et au sein du mouvement ouvrier et pro-démocratique à Hong Kong, en Chine et ailleurs.

Voici les informations nécessaires pour nous envoyer un don. Chaque somme, petite ou grande, sera d’une grande aide pour permettre à Socialist Action de reprendre rapidement sa pleine vitesse.

Vous pouvez effectuer une donation directe via Go Fund Me.

Si vous êtes membre du CIO, discutez de cela lors de votre reunion de section. Les donations devraient être effectuées via les structures du CIO avec pour mention “Hong Kong Socialist Action”.