Home / International / Asie / Hong Kong : Quelle voie le mouvement de masse doit-il suivre ?

Hong Kong : Quelle voie le mouvement de masse doit-il suivre ?

Ce dimanche 21 juillet, une autre grande manifestation a été organisée par le Front des droits humains civils dans le cadre de la lutte de masse qui se poursuit contre le gouvernement de Carrie Lam. Socialist Action (CIO – Hong Kong) a diffusé ce tract durant cette manifestation.

• Non aux interdictions de manifestation ! Luttons contre la « loi martiale » rampante !
• Intensifions la lutte de masse et étendons-là à la Chine !
• Non à la dictature du PCC (Parti soi-disant communiste) et aux riches !

Le gouvernement de Carrie Lam est plus « mort » que son projet de loi d’extradition. Mais le PCC ne permettra pas au gouvernement de tomber parce qu’il craint que cela soit perçu comme une défaite pour l’empereur Xi Jinping et que cela puisse permettre à la lutte de masse de s’étendre en Chine. Le choix d’un nouveau chef de l’exécutif ouvrirait les vannes des revendications de masse en faveur d’une véritable démocratie à Hong Kong contre le système autoritaire dominé par les milliardaires.

Le sol sous notre lutte de masse s’est donc déplacé. Ce n’est pas seulement une lutte contre le « fantôme » de Carrie Lam. Il s’agit maintenant principalement d’une lutte directe contre la dictature du PCC – le vice-premier ministre Han Zheng serait assis à Shenzhen pour diriger les actions quotidiennes du gouvernement et de la police de Hong Kong, qui sont maintenant le principal outil de la politique du PCC à Hong Kong.

La police et le camp de l’establishment pro-Pékin s’efforcent de provoquer des « émeutes » comme prétexte à une répression. La folle et dangereuse violence policière au Sha Tin New Town Plaza Mall (le dimanche 14 juillet, plus de 20 personnes ont été hospitalisées et deux sont dans un état critique) a montré la nouvelle « stratégie » de la police qui consiste à piéger et provoquer les jeunes dans des batailles. Cette stratégie policière est si imprudente qu’elle pourrait entraîner des morts !

Ils veulent se servir de cette excuse pour interdire les manifestations. Le gouvernement teste actuellement la possibilité d’une éventuelle « loi martiale » de facto dans certains districts. Si cela réussit, ils essaieront de l’étendre à l’ensemble de Hong Kong. Notre mouvement doit refuser d’accepter toute interdiction – si la police refuse la permission, nous manifesterons quand même ! Nous défendrons notre liberté de réunion comme un droit sacré !

Pour gagner contre cette stratégie de la police du PCC et de Hong Kong, le mouvement de masse doit s’intensifier. Cette escalade comporte trois volets, qui sont tous essentiels au succès.

1) Nous devons étendre la révolution à la Chine. Pour une lutte de masse unie des peuples de Hong Kong et de Chine contre la dictature du PCC ! La Chine et Hong Kong sont toutes deux confrontées à un régime autoritaire, à la répression policière, à des inégalités anciennes et de plus en plus graves, au manque de logements abordables, aux emplois sans avenir pour les jeunes et à la dictature des magnats.

2) Nous devons élever la lutte au-delà des « 5 revendications « * immédiates pour appeler à la fin du système capitaliste autoritaire à Hong Kong, à l’instauration d’un véritable suffrage universel pour tous à partir de 16 ans, au remplacement du Legco (conseil législatif de Hong Kong) truqué par une Assemblée populaire pleinement démocratique et à l’extension du contrôle démocratique sur l’économie afin de briser l’emprise des magnats sur le secteur immobilier, les banques et les grandes entreprises, ce qui est source de pauvreté, d’heures de travail excessives et de crise immobilière.

3) Nous devons sérieusement organiser une grève générale d’une journée pour faire tomber le gouvernement – cela signifie que nous devons commencer dès maintenant à créer des comités de grève et des organisations syndicales dans tous les lieux de travail et dans les établissements scolaires.

Notre mouvement a déjà ébranlé la dictature de Xi et donné au PCC sa crise la plus grave depuis trente ans. Mais bien sûr, cela signifie qu’ils se préparent sérieusement à riposter. La lutte de masse a besoin d’une organisation de masse – par le biais de comités démocratiques de base dans tous les domaines – pour unir la lutte, prévenir la fragmentation et décider démocratiquement quelles sont les prochaines actions à entreprendre.

L’extension de la lutte de masse à la Chine sera une question de vie ou de mort – si nous restons un mouvement de masse à Hong Kong seulement alors, comme en 2014, le régime peut attendre et vaincre le mouvement. Une lutte aussi avancée, transfrontalière, impliquant de nombreux secteurs, ne peut se faire sans une véritable organisation et des structures démocratiques. Des réseaux lâches et des actions « spontanées » ne suffisent pas ! C’est pourquoi Socialist Action est favorable à la création d’un nouveau parti de masse des travailleurs et pour des syndicats combattifs, qui seraient les véhicules d’une lutte organisée capable de vaincre la dictature et la classe capitaliste dont elle protège le pouvoir économique.

Si Hong Kong parvient à organiser une véritable grève politique d’une journée, cela exercera directement une pression sans précédent sur le gouvernement de Hong Kong et le PCC. En même temps, cela attirera une attention massive et augmentera l’importance de notre lutte aux yeux des masses en Chine et dans le monde, augmentant ainsi la confiance et la volonté de lutter de Hong Kong et du peuple chinois.

Socialist action revendique :

  • Nous voulons une démocratie entière et immédiate à Hong Kong et en Chine !
  • Pour l’organisation d’une grève générale d’une journée à Hong Kong comme prochaine action majeure du mouvement de masse ; établissement de comités de grève et création de syndicats de lutte puissants pour empêcher les employeurs de persécuter et licencier les grévistes.
  • Non à la dictature du PCC et des riches. Virez les magnats capitalistes !
  • Pour la construction d’un nouveau parti de la classe ouvrière qui lie la lutte pour une véritable démocratie aux conditions de vie misérables des travailleurs. Nous sommes opposés au système actuel contrôlé par les capitalistes, qui comptent sur le gouvernement autoritaire violent pour protéger leurs milliards. Par conséquent, nous prônons le socialisme et un contrôle démocratique total sur le gouvernement et l’économie !

*Les 5 revendications du mouvement de la loi contre l’extradition sont le retrait formel du projet de loi, la démission de Carrie Lam en tant que directrice générale, le retrait de l’accusation d' »émeute » contre les manifestants arrêtés, la libération de tous les manifestants arrêtés et une enquête publique indépendante sur les violences policières contre des manifestants non armés.