10 ans après le mouvement antimondialisation – Le retour de la résistance contre le capitalisme

Dans l’édition précédente de Lutte Socialiste, nous avions abordé le contexte dans lequel s’est développé le mouvement antimondialisation capitaliste, ces protestations de la jeunesse contre les institutions internationales du capital qui ont pris place 10 ans passés. Le PSL a participé à ces actions, avec entre autres notre campagne internationale Résistance Internationale qui appelait à des actions de masse dirigées vers les couches plus larges de la population.

Par Geert Cool

Actions contre les symboles du capitalisme Les jeunes actifs dans le mouvement antimondialisation rejetaient le capitalisme et concrétisaient ce rejet avec des actions contre les grandes réunions des institutions internationales telles que le FMI, la Banque mondiale, l’UE, le G8, etc. et des appels à bloquer ces réunions.

Cela tranchait avec la période d’intoxication autour de la victoire idéologique néolibérale, dans les années ‘90. Mais la remise en question du capitalisme était alors assez abstraite : contre le grand fossé entre riches et pauvres, contre le peu de démocratie vis-à-vis des institutions internationales, etc. Ces protestations contre les institutions internationales du capitalisme permettaient une critique abstraite du capitalisme tandis que nous appelions à concrétiser ce que signifiait la politique néolibérale sur nos services publics, notre sécurité sociale, notre enseignement,… Ce mouvement de la jeunesse était précurseur d’une plus grande radicalisation au sein du mouvement ouvrier, la seule force sociale capable de renverser le système.

La crise du capitalisme clarifie aujourd’hui ce que signifie ce système pour la majorité de la population. La colère des jeunes chômeurs espagnols ou des travailleurs grecs n’est pas tellement dirigée contre des symboles internationaux, mais contre ce que le capitalisme leur réserve de manière concrète : chômage, pauvreté, salaires de misère, privatisations,…

Quel genre d’actions ?

Au sein du mouvement antimondialisation, il y avait une discussion sur le type d’actions qui devaient être utilisées. Il y avait des appels à des actions directes ; le blocage des sommets européens. Nous étions partisans de l’action directe, mais uniquement sur base d’une mobilisation de masse, c’est-àdire pas sur base d’émeutes ou d’actions de groupes limités de “radicaux”.

Il est bien plus radical de convaincre de larges couches et de les impliquer dans la résistance. Il est facile de réprimer une dizaine de manifestants, mais c’est quasiment impossible quand il s’agit de centaines de milliers de personnes, c’est une des leçons des mouvements révolutionnaires en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.

Un mouvement de masse a besoin de structures démocratiques pour prendre des décisions ou discuter du programme et de la construction du mouvement. Sans une organisation sérieuse, le potentiel de la mobilisation de masse menace de se dilapider et l’establishment peut alors restaurer son autorité grâce au manque de structures alternatives. De même, dans les actions des “indignés” d’Espagne ou dans les manifestations de masse contre les plans d’austérité brutale en Grèce, la nécessité pour le mouvement d’avoir ses propres structures et organisations arrive à l’avant-plan. Le rejet des partis traditionnels existants (y compris des forces de gauche ne proposant aucune alternative décisive au capitalisme) mais aussi des directions syndicales crée un vide organisationnel. Ce vide, nous devons le remplir à partir du mouvement lui-même.

Quelle alternative au capitalisme ?

L’establishment reprochait aux antimondialistes de ne pas savoir pourquoi ils manifestaient. Il s’agissait de tentatives destinées à marginaliser le mouvement, mais nous devons dans les faits discuter d’une alternative.

Après deux décennies de triomphalisme néolibéral et d’affaiblissement des organisations ouvrières (tant sur le plan organisationnel qu’idéologique), il existe beaucoup de confusion concernant la forme que devrait prendre une alternative au capitalisme. Sur base des mouvements révolutionnaires au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, suivis par les mouvements de masse en Europe du sud, quelques éléments importants émergent : la nécessité d’un niveau de vie décent (travail, enseignement, logement, pain…), à côté d’un appel à la “démocratie réelle”.

Une démocratie réelle signifie de prioriser les intérêts de la population, d’utiliser les richesses de la société pour mettre fin à la pauvreté, au chômage, à la destruction de la planète, etc. Nous défendons la nécessité d’un socialisme démocratique, où les secteurs-clés de l’économie sont placés sous le contrôle démocratique des travailleurs et de leurs familles.

Quelle importance a eu le mouvement antimondialiste?

Nous avons vu le mouvement antimondialiste comme un précurseur d’une radicalisation plus large. Le nouveau souffle de résistance contre le capitalisme a tout d’abord agité la cime des arbres. Les jeunes peuvent jouer un rôle dynamique dans les mouvements et seront parfois plus rapidement en action que le mouvement ouvrier dans son ensemble. C’est pourquoi nous intervenons dans les mouvements de la jeunesse afin de les orienter vers le mouvement ouvrier, aussi bien en ce qui concerne le programme que les méthodes d’action.

Nous pouvons tirer des leçons du mouvement antimondialisation afin d’être plus forts à l’avenir, entre autres au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et en Europe du sud. Au centre de cela se trouvent la force des mobilisations de masse, l’absolue nécessité de l’organisation et la question d’une alternative socialiste au capitalisme.

Partager :
Imprimer :
Première page de Lutte Socialiste