Grève à Volvo Cars (Gand). ‘‘La réorganisation du travail, c’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase’’.

Ce lundi, une partie de l’équipe du matin a décidé de stopper le travail à l’usine Volvo Cars de Gand, en Flandre orientale. Les travailleurs des autres équipes se sont montrés solidaires et, finalement, c’est tout l’assemblage final qui a été à l’arrêt. A la base du mouvement se trouve le passage à l’assemblage d’un nouveau modèle de Volvo, qui rajoute une série de problèmes à d’autres déjà préexistants. Les syndicats négocient avec la direction pour dégager des solutions, mais aucun accord n’a encore été atteint. Nous en avons brièvement discuté avec un travailleurs de Volvo Cars.

Interview réalisée par Mauro (Gand)

D’où provient la colère des travailleurs ?

‘‘Cela fait déjà un certain temps que le mécontentement grandit. La pression au travail a systématiquement été augmentée, depuis longtemps, et les travailleurs ont dû être plus flexibles. Sur les postes de travail, les nouveaux modèles arrivent plus rapidement dans le processus de production entre les anciens modèles, alors que la formation laisse à désirer. De plus en plus d’heures supplémentaires sont exigées par la direction, alors qu’il est souvent difficile de prévoir comment récupérer celles-ci.

‘‘La dernière réorganisation du travail, ce fut la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. En raison de la disparition d’un ancien modèle, tous les postes de travail devaient être réorganisés. La plupart des postes de travail ont reçu plus de temps, mais il était également attendu des travailleurs qu’ils effectuent du boulot en plus de manière souvent disproportionnée par rapport au temps accordé. Quelques centaines d’intérimaires ont également disparus alors qu’il est toujours difficile de récupérer des heures supplémentaires et qu’il est exigé de travailleur le samedi.’’

Quel est l’objectif des travailleurs avec cette grève ?

‘‘La charge de travail doit être revue à la baisse. La formation en vue de l’assemblage de nouveaux modèles doit être mieux organisée. Les travailleurs qui effectuent des heures supplémentaires doivent être en mesure de les récupérer plus facilement et les jours de travail le samedi doivent être limités.’’

Pourquoi cette grève a-t-elle démarré de la base, de façon spontanée ?

‘‘Les délégués syndicaux ne travaillent pas dans la production, ils en sont exemptés pour se rendre auprès des gens et faire état de leurs problèmes à la direction. Bien entendu, si cette dernière décide de ne rien faire, la colère s’accumule, lentement mais sûrement.’’

Entre-temps, la grève a été reconnue et un piquet de grève a été mis en place à la porte.

Partager : Imprimer :