Dangereuse évolution dans le conflit nucléaire coréen

Trump contre Kim : bras-de-fer nucléaire entre deux régimes instables

Au cours de cette dernière semaine, la situation déjà tendue dans la péninsule coréenne a connu un nouveau tournant dangereux. Après le test d’une bombe à hydrogène effectué par le régime nord-coréen, selon ses propres aveux, le dimanche 3 septembre, la Corée du Sud a entrepris plusieurs exercices militaires tandis que le ministre américain de la Défense James ‘Mad Dog’ Mattis a averti que les États-Unis pourraient lancer une « réponse militaire massive à la fois efficace et écrasante » contre la Corée du Nord. Mattis a également ajouté que les États-Unis disposent de nombreuses options en vue de l’anéantissement de la Corée du Nord.

Editorial d’Offensiv, journal de Rättvisepartiet Socialisterna (section suédoise du Comité pour une Internationale Ouvrière)

Le président américain Donald Trump a également menacé d’une réaction militaire à plusieurs reprises, tout en critiquant la Chine de même que la Corée du Sud, pourtant proche alliée des Etats-Unis, qui demandent des pourparlers avec le régime de Corée du Nord ? Selon Trump, la Corée du Nord « comprend seulement une chose » (c’est-à-dire la force militaire). De plus, Trump a menacé d’imposer des sanctions à tous les pays qui négocient avec la Corée du Nord, une menace qui vise essentiellement le principal partenaire commercial de la Corée du Nord : la Chine.

L’impérialisme américain a également promis ces derniers jours de fournir une assistance supplémentaire à la Corée du Sud ainsi qu’au Japon via des systèmes d’armes « sophistiqués ». Dans l’impasse actuelle, il ne peut être exclu que les États-Unis incluent des armes nucléaires dans leur projet d’une militarisation accrue de la Corée du Sud.

Si le conflit militaire et diplomatique en cours est suivi du déclenchement d’une guerre, la menace d’un échange nucléaire est posée, un développement aux conséquences catastrophiques. La menace d’un tel désastre global – la péninsule coréenne abrite plus de 75 millions de personnes – est en fin de compte ce qui retient les forces en présence. Mais en rejetant toute proposition visant à explorer la voie des négociations, l’administration Trump imprévisible et déchirée par la crise risque de devenir prisonnière de sa propre rhétorique.

La dictature nord-coréenne estime que les armes nucléaires représentent une sorte de police d’assurance-vie pour le régime. Ce calcul extrêmement risqué et incertain ouvre la voie à d’autres essais nucléaires et antimissiles. Selon des responsables américains, le dernier essai nucléaire, le sixième effectué par la Corée du Nord et le quatrième depuis que Kim Jong-un est arrivé au pouvoir en 2012, aurait été dix fois plus puissant que la bombe américaine lancée à Hiroshima en 1945.

À l’aide d’une répression brutale combinée à des réformes reposant sur l’économie de marché, la dictature nord-coréenne espère survivre après quasiment trois décennies d’effondrement économique et d’isolement. Les menaces et sanctions militaires impérialistes sont utilisées par le régime totalitaire. A l’instar des autres dirigeants de la région, cette dictature tyrannique craint une éruption du mécontentement de masse, une crainte d’ailleurs partagée par l’impérialisme américain.

La guerre est une continuation de la politique par d’autres moyens. La politique guerrière de Trump en Asie est une continuation de ses politiques racistes, sexistes et anti-travailleurs à domicile. Celles-ci ont entraîné les plus grandes manifestations de masse aux États-Unis depuis la guerre du Vietnam. Assurer la poursuite d’une lutte de masse aux États-Unis contre l’agenda de Trump est le meilleur moyen d’assurer la paix.

Cela n’équivaut toutefois pas à dire que nous soutenons la dictature de Corée du Nord, qui menace de guerre et détourne une part massive des ressources pourtant limitées de cette société en armements, afin de réduire les masses au silence et dans l’espoir d’obtenir une reconnaissance internationales de la part des forces impérialistes.

La menace d’un conflit militaire menacera aussi longtemps que le capitalisme, le militarisme et l’impérialisme n’auront pas été abolis. Cette menace ne pourra être éliminée que par la lutte de masse des travailleurs, des paysans et des jeunes, tant en Corée que dans le reste du monde, en faveur du socialisme démocratique, de la paix et de la prospérité.

Partager : Imprimer :