Home / Dossier / Massacre à Barcelone. Solidarité avec les victimes.

Massacre à Barcelone. Solidarité avec les victimes.

A bas le terrorisme et la guerre impérialiste ! Leurs guerres, nos morts !

Le 17 août, une brutale attaque terroriste a été commise à Barcelone. Une fourgonnette a remonté l’allée centrale piétonne de la Rambla sur plus d’un demi-kilomètre en fauchant des centaines de personnes sur son chemin. En résultat tragique de cette attaque, 13 personnes ont perdu la vie, plus de 100 personnes ont été blessées (certaines de manière critique) et la population de la ville a été profondément choquée alors qu’une journée de vacance se transformait en cauchemar. Cette attaque, immédiatement revendiquée par l’Etat islamique (Daesh), a été suivie par une autre quelques heures plus tard dans la ville de Cambrils (dans la province de Tarragone). 5 terroristes y ont été abattus et une femme poignardée par l’un d’entre eux est décédée.

Déclaration d’Izquierda Revolucionaria (Gauche révolutionnaire, section du Comité pour une Internationale Ouvrière dans l’Etat espagnol) 

Izquierda Revolucionaria et le Sindicato de Estudiantes (syndicat étudiant) souhaitent exprimer leur souffrance, leur soutien et leur solidarité avec les victimes, leurs familles, leurs proches et tous ceux qui ont vécu ces terribles moments et craint pour leur vie.

A travers le monde, ce sont des millions de travailleurs et de jeunes qui se sont sentis solidaires des victimes de cet horrible attentat terroriste et des milliers de personnes qui ont participé à la grande vague de solidarité qui a suivi : ceux qui ont fait la queue pour faire don de leur sang, ceux qui ont ouvert la porte de leur maison, de leur taxi, de leur magasin, de leur voiture,… pour aider les victimes. Ce fut une fantastique démonstration de solidarité avec ceux qui ont vu la barbarie qui a également frappé les rues de Paris, de Nice, de Bruxelles, de Manchester, d’Orlando, etc. Cette barbarie est également trop familière pour des millions de personnes innocentes dans d’autres parties du monde, comma au Moyen-Orient et en Afrique.

Bien entendu, l’État a également réagi, par des lamentations et des appels à l’unité hypocrites de la part de ceux-là même qui ont soutenu et instigué les guerres impérialistes qui ont détruit des pays entiers pour remplir les poches d’une poignée de multinationales et garantir les intérêts stratégiques des grandes puissances. Leur consternation apparente face au massacre de Barcelone semble ne pas avoir été méritée par les milliers de personnes qui meurent chaque jour en Syrie, en Irak ou en Afghanistan, dans ces guerres que le Parti Populaire (PP) et les autres dirigeants de droite d’Espagne ont soutenues avec les autres ‘‘gardiens de la Paix’’ des Etats-Unis et de l’Union européenne.

Merkel, Hollande, Macron, May, Trump, Rajoy,… poursuivent les mêmes objectifs qu’Aznar, Blair et Bush à leur époque, quand l’invasion de l’Irak a été lancée, il y a de cela 14 ans. Les conséquences sont claires. Ces guerres n’ont apporté ni la paix ni la liberté, mais bien la barbarie, la mort et la destruction tandis que des millions de réfugiés ont cherché à fuir des situations intolérables et sont traitées de manière inhumaine aux portes de l’Europe.

Utiliser le terrorisme afin de répandre le poison du racisme et de l’islamophobie

Nous avons pu voir à bien d’autres occasions comment les défenseurs du système profitent d’événements terribles tels que les attentats terroristes. A l’aide de mots tels que ‘‘liberté’’, ‘‘démocratie’’, etc., ils instrumentalisent ces attaques comme prétextes pour justifier des mesures adoptées à l’encontre des travailleurs et des jeunes, en sapant nos droits démocratiques et en propageant un poison raciste et xénophobe.

C’est notamment l’approche des médias de droite, qui font la promotion du racisme et de la haine des musulmans. Alfonso Rojo (directeur de Periodista Digita) a ainsi réagi à ces événements en déclarant: ‘‘peut-être que ceux qui ont encouragé l’immigration de non-Espagnols en Catalogne doivent maintenant expliquer cela.’’ Isabel San Sebastián, une autre figure connue des médias, a directement relié les terroristes aux musulmans en affirmant: ‘‘Nous les avons rejetés d’ici une fois et nous le ferons encore’’ (en référence à la reconquête par les royaumes chrétiens des territoires de la péninsule ibérique et des îles Baléares occupés par les musulmans au Moyen-Âge, NDT). Il ne s’agit pas que de déclarations individuelles, elles représentent le sentiment qui vit au sein du PP et de la droite.

Les déclarations anti-terroristes des dirigeants du PP ou de Ciudadanos, de la Monarchie et de tous ceux qui ont profité des guerres et de leurs millions de morts ne sont toutefois qu’une façade qui vise à cacher des intérêts de classe concrets. Aucun d’entre eux n’a de problèmes avec la conclusion de juteux contrats de vente d’armes entre le gouvernement espagnol et l’Arabie saoudite, même s’il est de notoriété publique que l’Arabie saoudite aurait financé l’État islamique et que de nombreuses armes qui lui ont été vendues par l’Espagne sont utilisées dans la guerre menée au Yémen. Ils n’ont pas de problèmes non plus avec le régime d’Erdogan dans l’Etat turc, alors qu’il a protégé l’État islamique pendant de nombreuses années et avec lequel l’Union européenne a signé un accord honteux portant sur la question des réfugiés.

Leurs arguments et leur hypocrisie destinée à justifier les guerres criminelles, le meurtre d’innocents et la haine raciste – même emballés dans une indignation ‘‘anti-terroriste’’ – ne nous trompent pas. Nous connaissons – et dénonçons – la véritable motivation de leurs politiques de coupes budgétaires, d’austérité et d’attaques contre les droits démocratiques. Les travailleurs et les jeunes de Barcelone la connaissent aussi. C’est pourquoi ils ont expulsé les groupes d’extrême droite des manifestations de solidarité qui ont fait suite aux attaques. Leurs guerres, nos morts !

Le terrorisme et le mouvement catalan pour l’auto-détermination

Les porte-parole de la classe capitaliste ont émis leurs déclarations racistes et hypocrites habituelles. Au lendemain de l’attaque, l’éditorial du journal El Pais a également sauté sur l’occasion pour s’en prendre au ‘‘processus’’ lié au mouvement d’autodétermination de la Catalogne. Ils ont appelé le ‘‘gouvernement catalan et les forces politiques catalanes à s’occuper des véritables problèmes de la Catalogne’’ et à mettre fin à la ‘‘chimère sécessionniste’’. Cette terrible attaque terroriste pourrait maintenant être utilisée pour réprimer davantage le droit démocratique du peuple catalan à décider de son avenir.

Des arguments grotesques ont été employés contre le droit à l’autodétermination et en faveur de la criminalisation de tous ceux qui les défendent. Nous n’avons pourtant pas lu d’éditoriaux d’El Pais abordant les ‘‘véritables problèmes de la Catalogne’’, comme ils disent. Ces problèmes sont les réductions budgétaires dans la santé et l’éducation, le licenciement des enseignants, la répression contre les mouvements sociaux et les expulsions de logements. Leur hypocrisie ne connait pas de limites. Si le poison raciste de la droite n’était pas encore suffisant, cette dernière essayent également de séparer les travailleurs et les jeunes de Catalogne de ceux du reste de l’Etat espagnol.

Le capitalisme utilise n’importe quelle prétexte pour diviser les opprimés par la peur, la xénophobie ou tout autre moyen. En agissant de la sorte, il vise à nous monter les uns contre les autres, nous qui sommes allés ensemble dans la rue contre les attaques du PP et des capitalistes et partis de droite catalans qui ne cherchent qu’à défendre leurs propres privilèges. Ils veulent diviser la classe ouvrière et la jeunesse, ceux qui ont démontré qu’ils disposent du pouvoir de vaincre les capitalistes et leurs partisans dès lors qu’ils se battent.

Le capitalisme, c’est la barbarie !

Les horribles meurtres qui ont eu lieu dans les rues de Barcelone et la réaction répugnante des capitalistes et de leurs médias illustrent à nouveau la morale pourrie sur laquelle reposent ce système et ses représentants. Tant qu’ils seront dominés par la droite et par la bourgeoisie – qu’elle soit catalane, espagnole ou autre – les travailleurs et les jeunes ne pourront jamais connaitre de véritables progrès. Les intérêts de classe des capitalistes ne laissent aucune place aux droits, à la liberté ou à la dignité. Ceux qui paient les conséquences de leurs politiques – qui subissent les conséquences du terrorisme, de la guerre, du chômage et de la pauvreté – doivent être unis contre ceux qui nous condamnent à la barbarie. Ce n’est qu’en unissant les forces de tous les opprimés sous la bannière du socialisme international, au-delà des frontières nationales, des religions, de la couleur de peau et de la langue, que nous pourrons en finir avec l’horreur et les catastrophes que le capitalisme signifie pour la majorité de l’humanité.

Print Friendly, PDF & Email