3. La révolution espagnole 1931-1939: Le Bieno Negro – la réaction bourgeoise en marche

Les élections d’octobre 1933 donnent l’avantage à la droite réactionnaire, qui profite de la faillite de la coalition socialiste-républicaine des deux années précédentes. Pour ce nouveau gouvernement, il ne s’agit plus simplement d’une alternance de pouvoir mais d’un début de contre-attaque en direction du mouvement ouvrier. La fraude massive et la terreur politique utilisées par les classes possédantes pendant la campagne électorale ne constituent qu’un avant-goût de cette dynamique. Les deux années sous la houlette de ce gouvernement (octobre 1933-janvier 1936) sont connues sous le nom de “bieno negro”; en français, les “années noires”…

Le nouveau gouvernement, présidé par un certain Lerroux, entreprend de réduire à néant les maigres acquis arrachés pendant les deux premières années de la république. Un des premiers actes du gouvernement issu de ces élections est d’amnistier et de remettre en liberté des militaires impliqués en 1932 dans une tentative de pronunciamento du général Sanjurjo. Le gouvernement donne d’exorbitantes subventions au clergé, diminue les crédits de l’école publique, fait dégringoler les salaires journaliers des travailleurs des villes de 10-12 pesetas à 4-5 pesetas, et les salaires agricoles de 8-9 pesetas jusqu’à 1,5 pesetas pour les hommes et 60 centimes pour les femmes, et ce “pour des journées durant du lever au coucher du soleil.” (1) Entre 1933 et 1935, le nombre de chômeurs croît (officiellement) de 536.100 à 780.242. “Dans la pratique, il y a plus d’un million et demi de sans-emploi en Espagne”, selon l’“International Press Correspondence”. (2) Il fait annuler une loi catalane limitant le droit des grands propriétaires, engage massivement dans la police et l’armée. Les groupes d’extrême-droite descendent dans la rue avec la protection ouverte des autorités, et commencent à attaquer locaux et journaux ouvriers. Chiffre révélateur : en septembre 1934, on estimera à quelques 12.000 le nombre de travailleurs emprisonnés pour des raisons politiques ou syndicales. (3)

Après plusieurs hésitations, le gouvernement Lerroux décide d’intégrer dans son cabinet trois membres de la C.E.D.A. (=Confédération Espagnole des Droites Autonomes, parti catholique monarchiste d’extrême-droite). Ce parti, fondé en 1933 et dirigé par Gil Robles, devient rapidement, avec les Républicains de droite, le pilier de la nouvelle coalition. Son ambition est d’instaurer un Etat national corporatiste, qui combine les traits des Etats de Mussolini, d’Hitler et de Dolfuss (Autriche). Comme le note à l’époque avec justesse Joaquin Maurin, il est alors de plus en plus évident que “la bourgeoisie ne se pourra se maintenir au pouvoir qu’en appliquant implacablement le fer et le feu, c’est-à-dire en évoluant à marches forcées vers le fascisme dont le gouvernement Gil Robles-Lerroux n’est qu’un avant-poste d’observation.” (4)

Gil Robles se verra néanmoins incapable de faire de son parti une véritable organisation fasciste de masse. La CEDA est sans cesse menacée d’être débordée sur sa droite, soit par sa propre organisation de jeunesse, la J.A.P. “Juventud de Accion Popular” (=Jeunesse d’Action Populaire), que dirige Ramon Serrano Suner, beau-frère de Franco, admirateur d’Hitler et de Mussolini, grand pourfendeur de “juifs, franc-maçons et marxistes” (5) ; soit par la Phalange, au programme et aux méthodes typiquement fascistes, que dirige José Antonio Primo de Riveira, fils de l’ancien dictateur et agent du gouvernement fasciste italien. Créée en octobre 1933, la Phalange s’illustre rapidement dans les combats de rue contre les militants ouvriers. Néanmoins, jusqu’en 1936 le mouvement phalangiste ne regroupera que quelques milliers d’adhérents et demeurera une force d’appoint pour l’oligarchie, celle-ci se montrant encore à maints égards réticente vis-à-vis d’un tel mouvement. Comme les exemples de l’Italie et de l’Allemagne l’avaient démontré en suffisance, lâcher les hordes de fascistes à l’assaut du pouvoir dans le but de liquider le mouvement ouvrier était une solution certes radicale, mais que la bourgeoisie ne prenait pas à la légère. C’est seulement pendant la guerre civile que la Phalange, ayant alors gagné la confiance de l’écrasante majorité des bourgeois et des aristocrates, s’affirmera comme le mouvement politique dominant de la réaction.

En janvier 1931, dans “La révolution espagnole et les tâches communistes”, Trotsky avait eu ces paroles particulièrement lucides: “Si le prolétariat, au cours de la lutte, ne sentait pas bientôt que les tâches à accomplir et les méthodes à suivre lui deviennent plus claires, que ses rangs se resserrent et se renforcent, il se produirait une fatale dislocation dans son propre milieu. Les masses soulevées pour la première fois par le mouvement actuel retomberaient dans une attitude passive. A l’avant-garde, à mesure que le sol se déroberait sous ses pieds, renaîtraient des tendances aux actions de partisans et, d’une façon générale, le goût de l’aventure. Ni les paysans, ni les citadins pauvres ne trouveraient en ce cas une direction dûment autorisée. Les espérances éveillées se réduiraient bientôt à des désillusions, à de l’exaspération. La situation en Espagne deviendrait, dans une certaine mesure, pareille à celle que nous avons connue en Italie pendant l’automne de 1920. Si la dictature de Primo de Riveira n’a pas été fasciste, si elle a été la dictature typique en Espagne d’une clique militaire appuyée par certains groupes des classes possédantes, il reste que, dans les conditions indiquées ci-dessus –passivité et expectative du parti révolutionnaire, mouvement impulsif des masses-, un véritable fascisme pourrait trouver en Espagne un terrain favorable. La haute bourgeoisie pourrait s’emparer des masses petites-bourgeoises, déséquilibrées, déçues, désespérées, et canaliser leur indignation contre le prolétariat.” (6)

Mais nous n’en sommes pas encore là. Car la victoire de la droite et l’offensive réactionnaire ne fait qu’enflammer la résistance des travailleurs et des paysans, et laisse entrevoir de belles perspectives de front unique. En outre, depuis la défaite des socialistes aux élections, des voix s’élèvent dans les rangs du PSOE contre la politique de collaboration de classes de la direction, dont la faillite a été illustrée par l’arrivée au pouvoir du gouvernement Lerroux. Au sein du parti, et plus particulièrement de la Fédération de la Jeunesse Socialiste, se dessine un courant qui remet radicalement en question la défense de la démocratie bourgeoise et l’optique réformiste de ses dirigeants, et exige une réorientation de la ligne du parti. Au Vème congrès du parti en avril 1934, un cadre des JS, José Laín, exprime cette idée ; il souligne “la ferme conviction des JS quant aux principes de la révolution prolétarienne. La période actuelle n’offre d’autre issue que l’insurrection armée de la classe ouvrière pour s’emparer complètement du pouvoir politique, instaurer la dictature du prolétariat.” Sa proposition est qu’ “on arrive, dans le plus bref délai possible, à une entente avec les organisations politiques ouvrières de classe sur la base de l’action commune pour ce mouvement insurrectionnel.” (7)


  1. “The Spanish Revolution 1931-1937“, de Peter Taaffe et Ted Grant, p.30
  2. ibidem
  3. ibidem
  4. préface à “L’insurrection des Asturies“, de M. Grossi et J. Maurin
  5. “La Révolution Espagnole 1931-1939“, de Pierre Broué, chap.4, p.54
  6. “La révolution espagnole et les tâches communistes“, de Léon Trotsky, p.20
  7. “Histoire de l’Internationale Communiste“, de Pierre Broué, chap.24 “La montée ouvrière de 1933-1934“, p.647
Partager : Imprimer :