Un journaliste de Chinaworker.info interdit de séjour en Chine

Le journaliste suédois et militant marxiste Laurence Coates a été interdit de séjour en Chine. À la frontière entre Hong Kong et la Chine, à Shenzhen, il a été retenu deux heures et finalement expulsé parce qu’il représentait «un danger potentiel pour la sécurité nationale». Laurence a écrit différents articles et livres sous le pseudonyme de Vincent Kolo, des travaux consacrés à la lutte des travailleurs et à la situation politique en Chine.

Laurence est actif depuis déjà de nombreuses années dans le mouvement socialiste et, ces derniers temps, il a entre autres activement participé à la mise en place du site Web Chinaworker.info. Cette semaine, il s’est donc rendu en Chine avec un visa valable qui lui permettait deux visites au pays (en juin 2009, il était allé en vacances à Guangxi).

Le 16 octobre, Laurence a été retenu à la frontière, brièvement arrêté et ensuite escorté vers Hong Kong. Les responsables lui ont déclaré que son visa lui avait été retiré car il représentait «une menace potentielle pour la sécurité du pays».

«Cette affirmation est absurde», a déclaré Laurence Coates. «Cette décision de l’Etat chinois ne peut être interprétée que comme une sanction contre mon activité journalistique dans lequel j’ai résolumment choisi le camp des travailleurs et des pauvres, je critique sans hésiter le système de parti unique». Il poursuit: «J’étais en route vers Shenzhen. Lorsque les agents sont venus me prendre, je leur ai proposé de fouiller entièrement mon bagage, mais ils ont refusé de le faire».

Sous le pseudonyme de Vincent Kolo, Laurence avait écrit un livre sur le massacre de Tienanmen, il y a 20 ans. Ce livre a été publié en mai à Hong Kong et a été interdit par les autorités chinoises. Contrairement à bien d’autres livres consacrés au 20e anniversaire de cette révolte et ce massacre, Kolo et les autres auteurs ont accentué le rôle de la classe ouvrière à Pékin et plus généralement en Chine: les étudiants n’ont pas été seuls à jouer un rôle dans les événements dramatiques qui ont presque réussi à vaincre le régime du parti ‘communiste’. Le site Web Chinaworker.info est lié au CIO (Comité pour une Internationale Ouvrière, organisation internationale dont est membre le PSL) et mène campagne pour des syndicats indépendants et des droits démocratiques en Chine.

«Nous affirmons qu’un changement démocratique doit arriver en Chine, basé sur les travailleurs, les migrants et la population rurale qui payent tous le prix fort de la politique patronale et néo-libérale. Cela n’est très clairement pas limité à la Chine, ce sont des problèmes globaux qui nécessité la plus grande solidarité de la part des travailleurs, abstraction faite de leur nationalité».

La décision d’interdire à Laurence l’accès à la Chine, clarifie une nouvelle fois à quel point le régime chinois se révèle de plus en plus autoritaire et craintif de la moindre critique. «M’interdire l’accès au pays ne fera pas taire Chinaworker.info, tout comme les tentatives du régime pour bloquer ce site Web ne l’ont pas fait. Comme le disait Victor Hugo: rien n’est plus puissant qu’une idée dont le temps est arrivé».

C’est le deuxième cas d’un journaliste suédois empêché de pouvoir pénétrer dans le pays. Cela entraînera des protestations. Leung Kwok-hung, parlementaire (réellement) socialiste à Hong Kong, a déclaré à Chinaworker.info: «Ce nouveau cas illustre que le régime chinois cherche à augmenter son contrôle et demande en même temps au gouvernement de Hong Kong de l’assister. Aucun gouvernement étranger ne s’oppose au régime, la protestation doit provenir de la population».

> Chinaworker.info


Le Comité pour une Internationale Ouvrière, CIO

Le capitalisme est un système mondial et il doit être combattu à la même échelle. C’est pourquoi le Parti Socialiste de Lutte fait partie d’une organisation marxiste internationale: le Comité pour une Internationale Ouvrière (CIO), un parti mondial actif sur tous les continents. Notre lutte en Belgique s’inscrit dans le cadre d’une lutte des travailleurs du monde entier pour un société socialiste car si la révolution socialiste éclate sur le plan national, elle se termine sur l’arène internationale. La démocratie ouvrière et la planification socialiste de la production ne peuvent se limiter à un seul pays. C’est d’ailleurs l’isolement de la Russie soviétique qui a conduit à sa dégénérescence à partir de 1924.

Partager : Imprimer :