Etats-Unis. Bush dans les cordes!

George W. Bush gardera un mauvais souvenir de ce 7 novembre. Les élections législatives de mi-mandat ont fait éclater au grand jour l’impopularité de sa politique. Le Parti Républicain de Bush a subi une défaite retentissante lors de ces élections qui renouvellent la composition de la Chambre et du Sénat, sans pour autant changer la composition du gouvernement.

Gilles

A la Chambre, les Démocrates obtiennent 230 sièges contre 196 pour les Républicains. Au Sénat, pour la première fois depuis 12 ans, la majorité au Sénat passe aux Démocrates (à 51 sièges contre 49). La majorité des gouverneurs d’Etats est maintenant Démocrate, même si certains Républicains célèbres, comme Schwarzenegger, sont parvenus à se faire réélire. Bush aura donc les mains beaucoup moins libres pour les deux dernières années de son mandat.

Cette année, contrairement aux habitudes, les élections de mi-mandat ont été dominées par la politique extérieure des Etats-Unis, et en particulier la question de la guerre en Irak. 60% de la population américaine sont maintenant opposés à la guerre, et à peu près 40% des gens sortant des bureaux de vote déclaraient avoir voté « contre Bush ».

Face à la marée démocrate, Bush a avoué « n’avoir rien vu venir ». La situation a bien changé en deux ans pour celui qui, aux dernières élections présidentielles, se présentait comme le « commandant en chef » de la nation.

Le deuxième thème déterminant de ces élections a été celui de la corruption, selon l’avis des trois-quarts des personnes interrogées. La condamnation du lobbyiste Jack Abramov à 5 ans ½ de prison et à une amende de 21 millions de dollars a en effet révélé tout un réseau de corruption entre lobbies, multinationales et au moins une vingtaine de parlementaires. Ont également pesé dans les choix des électeurs quelques scandales retentissants (à base sexuelle) dans l’entourage politique de Bush, ainsi que le manque de réaction de son administration face à l’ouragan Katrina et aux inégalités économiques et sociales grandissantes.

La victoire des Démocrates s’est pourtant faite largement bien malgré eux. Le mécontentement est énorme, mais la plupart des gens ne voient pas en eux une alternative. Pour preuve, seuls 40% de la population est allée voter, bien que ce taux de participation soit supérieur à la moyenne. Et, comme d’habitude, la grande majorité des plus pauvres n’a pas été voter. Les Démocrates ne sont pas parvenus à se profiler comme « anti-guerre ». Ils n’ont aucun plan de retrait, se contentant de parler d’un « redéploiement » des troupes. Hillary Clinton, déjà en campagne présidentielle pour 2008, parle d’envoyer plus de troupes, afin de « stabiliser la région ». Ils ont aussi évité de mettre en avant les nombreux mensonges et falsifications qu’a employé Bush pour mener sa guerre. Ils sont aussi très vagues concernant les augmentations de salaire et les réformes de taxation.

Les Démocrates ne sont en fait que le parti alternatif des multinationales américaines, tout le système étant conçu pour empêcher l’arrivée d’un troisième parti. Les deux partis reçoivent des sommes énormes de la part des entreprises : au total, les élections de mi-mandat ont coûté 2.8 milliards de dollars ! Les Démocrates, en plus, sont fort subventionnés par les syndicats, qui leur ont donné 49 millions de dollars en 2004.

Malgré des moyens ridiculement faibles en comparaison, le Green Party (écologiste) a réussi des gains importants lors de ces élections, grâce à ses prises de position contre la guerre et le grand patronat. Bien que la plupart de ses candidats n’aient pas gagné plus de 2% des voix, le candidat au poste de Gouverneur en Illinois a remporté 11%, celui du Colorado 21%. A Richmond, en Californie, le candidat vert McLaughlin a été élu maire de la ville, ce qui est une première pour une ville de cette taille.

Ces élections montrent une contradiction frappante entre le mécontentement d’une majorité d’électeurs, de plus en plus en colère contre la guerre et les inégalités sociales, qui s’est traduit par la défaite des Républicains et, d’autre part, l’inconsistance et les flottements des Démocrates, incapables de donner une expression claire à ce mécontentement. Aux USA, peut-être encore plus qu’ailleurs, le besoin de construire un parti représentant vraiment les travailleurs est crucial.

Partager : Imprimer :