Ajouter à mon agenda

Rendez-vous: 04/10/23
Liège. L’antifascisme en Flandre : rencontre et discussion avec des antifascistes flamands

Antifascisme en Flandre : « Il est trop facile de dire que ça ne va pas, sans rien faire ! »

Quand ? Le mercredi 4 octobre, 18h30.
Où ? Uliege place du 20 août, Amphithéâtre Wittert (le local sera fléché).

À l’approche des élections, l’extrême droite est de plus en plus perçue comme une grande menace – à raison. En Flandre, un jeune sur 5 envisage de voter Vlaams Belang. Mais la Wallonie aussi n’est pas exempte d’organisations et d’idées d’extrême droite, plusieurs micro-partis réactionnaires dont le mouvement Nation ou encore le jeune parti « Chez Nous », massivement financés par leurs homologues flamands et français, tentent d’exploiter le profond malaise social créé par des dizaines d’années de néolibéralisme brutal.

Qui plus est, les actes et propos violents existent également en dehors des organisations d’extrême-droite : le discours réactionnaire autour de l’EVRAS (ou se mélange fake news, complotisme, et propos homophobes, transphobes, contre l’IVG) a provoqué l’incendie de 8 écoles primaires.

Sur quoi repose l’attractivité de l’extrême-droite ? Comment devons-nous lutter contre les organisations et les idées d’extrême droite ?

Nous invitons pour l’occasion des antifascistes flamands qui ont notamment connu et organisé les mobilisations de Blokbuster contre le Vlaams Blok (ancêtre du Vlaams Belang) dans les années 90. L’objectif est de reparcourir cette expérience et tirer les leçons pour l’acutelle lutte contre l’extrême droite, en Belgique et à l’international.

Nous aborderons également de notre campagne « Pride Is a protest », lancée il y a trois ans par la Campagne ROSA (Résistance contre l’Oppression, le sexisme et l’austérité), qui associe un programme pour l’émancipation des personnes LGBTQIA+ à une lutte systématique contre l’extrême-droite.

Cette discussion doit nous servir à nous organiser : le rôle que nous avons est de construire activement et efficacement une opposition de gauche à ces groupes d’extrême-droite, car seul un programme social de rupture avec le système capitaliste pourra définitivement désinfecter le terreau sur lequel renaît l’extrême-droite.

Ajouter à mon agenda
Partager :
Imprimer :

Soutenez-nous : placez
votre message dans
notre édition de mai !

Première page de Lutte Socialiste

Votre message dans notre édition de mai