Le capitalisme, c’est la crise, la haine et la violence: Résistance!

  • Combattons le racisme et l’extrême droite par la solidarité !
  • Mon corps, mon choix ! Stop au sexisme et à la LGBTQIA+phobie !
  • Stop à la justice de classe et la répression ! Des services publics et sociaux pour ne laisser personne de côté !
  • Les moyens existent pour assurer l’épanouissement de tout le monde !Organisons-nous et luttons pour les arracher !

Racisme et extrême droite : les moisissures d’un système pourri

Le monde actuel est synonyme de catastrophes… Urgence climatique. Guerres. Stress financier. Et si aujourd’hui est déjà bien pénible, demain s’annonce pire encore. Tout nous pousse à nous montrer sous un jour idéal sur les réseaux sociaux, mais la réalité, c’est l’explosion de la crise de la santé mentale. Cette année, 50 % d’étudiant.e.s en plus ont fréquenté les services sociaux universitaires. Au même moment, le budget de ces mêmes services diminuait à nouveau. C’est l’usine à angoisses.

On est bien conscient.e.s des problèmes et surtout qu’aucune amélioration fondamentale n’est possible en respectant les étroites limites de ce système. On le voit avec le climat. On le voit avec le sexisme. On le voit avec tout. Et quand on essaie de résister, c’est la répression. Des activistes climatiques se font matraquer et emprisonner, des jeunes qui subissent le racisme se font brutaliser et parfois tuer par la police ; tandis que la justice méprise et condamne les membres de notre classe, en opposition avec sa bienveillance envers les membres de la classe dirigeante, comme on a pu le voir avec l’affaire Sanda Dia.

Alors ? Il y en a qui partent en dépression. D’autres sombrent dans le nihilisme et ne croient plus en rien. D’autres cherchent une alternative, une solution à cette misère.

En l’absence d’alternative reposant sur la solidarité, l’extrême droite et ses idées peuvent être attractives, grâce notamment au racisme d’Etat qui les rend plus légitimes et aux influenceurs tels que Valek, Julien Rochedy ou encore Papacito. En Flandre, un jeune sur 5 envisage de voter Vlaams Belang. En Wallonie, le parti “Chez nous”, sous perfusion financière du Vlaams Belang, tente de gagner du terrain sur les réseaux sociaux. Ils banalisent les violences sexistes, racistes et LGBTQIA+phobes. Mais même si les réactionnaires essaient de se présenter comme « anti-système », il n’en est rien. La façade sociale de l’extrême droite n’est qu’une vaste farce. Le Vlaams Belang vote invariablement pour maintenir les salaires et pensions au plus bas ; il amène plus de misère, de répression, de discriminations.

Nous vivons dans un monde violent. La circulation des vidéos d’intimidation sur tiktok et la fréquence des comportements d’intimidation clarifient eux aussi que le milieu de vie est politique. Et les attaques contre les plus vulnérables dans la société – comme les demandeur.euse.s d’asile – servent à rendre plus acceptable de s’en prendre ensuite aux autres. Cela souligne la nécessité de riposter toustes ensemble. Car non, tout ça n’est pas une fatalité. Ce n’est pas la nature humaine qui nous cause tant de souffrances, c’est le système capitaliste et ses institutions. La seule chose qui nous sépare d’une meilleure société, c’est notre capacité à nous unir, à nous organiser et à lutter ensemble.

Contre la haine : la solidarité

Nous devons compter sur nos propres forces, celles de toutes les personnes opprimées et exploitées. Nous ne voulons plus être silencieux.ses et on ne nous fera pas taire ! Les comportements sexistes, racistes, LGBTQIA+phobes ne sont plus acceptés comme par le passé, organisons-nous pour en finir avec le système qui les entretient ! Unissons nos forces : une attaque contre l’un.e d’entre nous est une attaque contre nous toustes !

Luttons ENSEMBLE pour un programme de rupture ! Pour des revendications sociales capables d’unir toute notre classe sociale – la classe travailleuse, celle qui produit les richesses – autour d’un projet de société qui garantit l’épanouissement de toutstes.

Le Vlaams Belang organise un congrès à Gand le 12 novembre. Nous voulons mobiliser de Liège également pour participer au rassemblement antifasciste qui y fera face. Pour la solidarité contre la haine, le racisme, le sexisme, la LGBTQIA+phobie et les politiques antisociales !

REJOINS LES ETUDIANT.E.S DE GAUCHE EN ACTION

Le système capitaliste n’a à nous offrir que crises, discriminations, désastres écologiques et exploitation. Pour tenter de sortir de leurs multiples crises, les capitalistes attaquent nos conditions de vie et l’environnement, mais les crises continuent d’empirer. Nous voulons lutter contre ce système, mais pas n’importe comment. Nous utilisons la méthode et les outils du marxisme pour analyser le monde et comprendre l’origine des inégalités et de l’exploitation dans le but de changer la société en profondeur. Contrairement à l’image qu’en a donné le totalitarisme stalinien, il ne s’agit pas d’un dogme rigide, mais au contraire d’une méthode flexible pour comprendre le monde et le changer.

Les Etudiant.e.s de Gauche en Action est le mouvement de jeunesse du PSL – Parti Socialiste de Lutte, section belge d’Alternative Socialiste Internationale. Lors de nos réunions, stands, actions et manifestations, nous défendons la nécessité de lutter pour une autre société, avec une planification et un contrôle démocratique par la collectivité sur les secteurs clés de l’économie tels que l’énergie. C’est ce que nous appelons le socialisme démocratique. Il n’y a plus de temps à perdre, rejoins-nous !

Partager :
Imprimer :

Soutenez-nous : placez
votre message dans
notre édition de mai !

Première page de Lutte Socialiste

Votre message dans notre édition de mai