La crise de l’accueil des demandeurs d’asile se poursuit : luttons contre le racisme d’Etat !

« Pas de bougnouls dans le BW [Brabant wallon]». C’est ce que Rayhan et sa famille ont trouvé écrit à la peinture sur leur porte en juillet. Celui-ci explique : « Intégrez-vous qu’ils disaient. On l’a fait. Mais peu importe que vous soyez un bon arabe ou un mauvais arabe. Ils vous attaqueront toujours sur ce que vous êtes A LEURS YEUX. »

Comme si les préjugés racistes n’étaient pas suffisamment inquiétants en Belgique, la secrétaire d’État à l’Asile et la migration Nicole de Moor (CD&V) vient de décider que les demandeurs d’asile masculins isolés ne seraient plus accueillis dans le réseau d’accueil des demandeurs d’asile. Ce n’est pas seulement contraire à la loi : dire que des gens n’ont pas droit à un toit, cela revient concrètement à les déshumaniser. Jeter des gens à la rue sans moyens ni aide revient aussi à les pousser dans les bras des réseaux criminels.

Et dans les médias dominants, c’est comme s’il y avait permis de tuer pour la police si l’on n’est pas une « bonne victime ». C’était déjà le cas hier avec Adil à Bruxelles, c’est le cas aujourd’hui avec Domenico D’Atria à Oupeye. Soulignons aussi qu’en Belgique, depuis que le CD&V a repris en main le Ministère de l’Intérieur le 9 décembre 2018, entre 65 et 94 personnes (d’après un premier recensement non exhaustif et limité) avec ou sans-papiers sont mortes entre les mains de la police (données de la campagne « Stop répression »).

La scandaleuse fermeture des lieux d’accueil a causé quelques protestations au PS et chez ECOLO. Gesticulations électorales. En mars dernier, le bourgmestre de Bruxelles Philippe Close (PS) avait envoyé des ouvriers communaux inonder un squat de demandeur.euse.s d’asile après leur expulsion par la police histoire de bien assurer que personne n’ait l’idée de revenir.

Ce racisme d’État rend plus acceptable celui de l’extrême droite ! Le Vlaams Belang s’en nourrit comme il se nourrit du rejet des partis traditionnels, il menace d’être le premier parti de Flandre aux prochaines élections. Le parti qu’il a quasiment créé de toutes pièces côté francophone avec l’aide du Rassemblement national français – « Chez nous » – tente de faire pareil en accusant l’immigration d’être responsable de tous les problèmes sociaux.

Soyons clairs : ce ne sont pas les demandeur.euse.s d’asile qui sont responsables de nos factures d’énergie ou du prix de nos caddies ! Ce ne sont pas eux qui empochent de juteux dividendes en laissant les travailleur.euse.s de Delhaize sur le carreau ! Ce ne sont pas eux qui ont affamé nos services publics et notre sécurité sociale avec des déductions fiscales pour les plus riches ! Ce ne sont pas eux qui ont choisi de laisser pourrir le parc de logements sociaux pour se jeter dans des projets qui remplissent les poches de magnats de l’immobilier comme Matexi !

Combattre le racisme par la solidarité

Aujourd’hui, à Bruxelles, il existe 10.000 bâtiments inoccupés. Si l’on voulait régler la crise du logement pour tou.te.s et la crise de l’accueil du même coup, on pourrait commencer par appliquer la loi Onkelinx qui permet de réquisitionner des bâtiments vides depuis plus de six mois. Cette loi n’a quasiment jamais été utilisée, car elle implique de s’attaquer à la propriété privée. Si nous voulons arracher l’application de cette loi et plus généralement défendre notre droit à tou.te.s à une vie décente, alors nous devons nous organiser pour nous battre avec acharnement et détermination.

Les attaques contre les plus vulnérables dans la société, comme les demandeur.euse.s d’asile servent, à rendre plus acceptable de s’en prendre aux autres. D’autre part, les maintenir dans des conditions de travail et de vie proches de l’esclavage en raison de l’illégalité, cela permet d’instaurer une pression à la baisse sur les contions de travail et de vie de chacun.e.

  • C’est aux multinationales qu’il faut s’en prendre, pas à leurs victimes ! Des papiers pour toutes et tous!
  • Stop aux centres fermés, aux expulsions et à la répression !
  • Un salaire minimum de 15 euros de l’heure !
  • Un toit, c’est un droit : pour un plan de construction et de rénovation de logements sociaux pour répondre à la demande et en finir avec les listes d’attentes !
  • Pour un plan d’investissement radical dans les services publics, l’enseignement et les soins de santé. Ne laisser personne sur le bord du chemin, c’est la meilleure réponse aux vautours d’extrême droite et aux racistes !
  • L’argent existe, allons le chercher là où il est ! 1% de la population belge détient un quart des richesses, soit plus que 70% de la population selon Oxfam. Luttons pour l’imposition des riches, avec expropriation et nationalisation sous contrôle et gestion démocratiques des avoirs de ceux qui tentent de s’y soustraire. Luttons pour la nationalisation sous contrôle et gestion démocratiques des banques et des assurances pour mobiliser les moyens nécessaires pour sortir chaque personne de la précarité et assurer l’épanouissement de toutes et tous.
  • Le capitalisme plonge de crise en crise, et entraîne dans son sillage plus de divisions, de racisme, de sexisme, de LGBTQIA+phobie et plus de violence. Les guerres, les inégalités et la crise écologique continueront à engendrer de nouveaux drames, comme ces milliers de migrants qui meurent chaque année en Méditerranée. Ce système doit être renversé pour construire une toute autre société capable d’assurer une véritable liberté de circulation pour celles et ceux qui le souhaitent tout en assurant la possibilité de construire une vie décente dans son pays d’origine. Cette société, selon nous, c’est le socialisme démocratique.
Partager :
Imprimer :

Soutenez-nous : placez
votre message dans
notre édition de mai !

Première page de Lutte Socialiste

Votre message dans notre édition de mai