Vlaams Belang: un parti (toujours) néofasciste

Malgré les nombreux efforts du Vlaams Belang ces dernières années pour se présenter comme plus acceptable, nous continuons à le qualifier de néofasciste. Les origines collaborationnistes du VB sont visibles à travers leur programme qui prône le rejet d’un « système pourri » qui a besoin selon eux d’un “grand nettoyage” dans lequel le racisme joue un rôle de premier plan.

Jarmo Van Regemorter

Quelle différence avec le fascisme classique?

La plus grande différence entre le VB et les partis fascistes des années ’20 et ’30 est l’absence d’une large base militante. Le VB, qui a maintenant presque 800 conseillers communaux, ne rassemble à ses plus grands événements nationaux – avec beaucoup d’efforts et des bus gratuits – qu’au grand maximum 5.000 personnes. Ce n’est certainement pas suffisant pour dominer la rue et terroriser ses opposants.

Par conséquent, ce parti doit se baser sur des méthodes populistes. “Nous disons ce que vous pensez”, dit le VB. Pourtant, durant le mouvement contre le Pacte des Générations, le discours tenu à destination des entrepreneurs et les capitalistes était extrêmement néolibéral. Envers les travailleurs par contre, ce soutien à la logique patronale a été caché le plus possible. Dans les communes rurales, le VB se profile comme le défenseur des valeurs traditionnelles, alors que dans les villes, il essaie plutôt de se présenter comme “le seul parti d’opposition” aux côtés “des petites gens”.

Le VB n’a pas encore l’opportunité d’utiliser des méthodes ouvertements fascistes – la violence et le développement de troupes de choc – sans perdre une grande partie de son soutien électoral. Des groupuscules qui revendiquent ces méthode violentes sont marginalisés au sein du VB, qui peut ainsi rapidemment s’en distancer si leurs actes font des vagues dans les médias. Des groupes tels que le Voorpost, le NSV, le NJSV et même Blood &Honour peuvent cependant toujours compter sur des liens étroits avec la principale force d’extrême-droite.

Liens avec les néo-nazis

Le groupuscule Blood &Honour s’est récemment fait connaître dans la presse avec son noyau, BBET, qui était actif au sein de l’armée et disposait entre autres d’un large arsenal. Blood &Honour a été introduit en Flandre par le VB. Le premier concert de groupes « musicaux » liés à Blood& Honour s’est produit en 1994, en Flandre Occidentale, à l’initiative de Yannick Pollet, président durant de longues années des jeunes du VB de Bruges. Il n’a démissionné du VB que parce qu’il était frustré par la place occupée par d’autres dans « son » parti.

Pollet était aussi lié à une formation nommée “Leibstantarte Adolf Hitler” (Hommage à Adolf Hitler – LAH) organisatrice d’une commémoration annuelle en l’honneur du petit moustachu. Celle-ci s’est tenue notamment à Roulers à la demande d’A. Horrie, membre local de LAH, qui était à la même époque également responsable régional du VB. Cette tradition nauséabonde des commémorations annuelles de Hitler a par la suite été reprise par Blood&Honour.

Evidemment, le VB nie entretenir des liens avec Blood&Honour. La présence de membres de Blood&Honour à une soirée de chant des Vlaamse Jongeren Westland (Jeunes Flamands Occident) un groupe « identitaire » présidé par Dieter Van Parys, a été présenté comme une surprise totale pour la direction du VB, y compris pour ce même Van Parys, lorsque les médias s’en sont fait l’écho. Régulièrement, des articles de presse démontrent l’existence de membres radicaux du VB qui rendent plus visible l’idéologie dominante au sein du VB.

Le VB doit toutefois rester prudent. Comme l’ex-vice-président Roeland Raes l’a affirmé: “Nous nous abstenons de soutenir les positions qu’une petite minorité de nos membres trouvent attractives mais qui nous freinent.” Ce ne sont pas les positions radicales qui sont la cause de la prise de distance du VB vis-à-vis de tels groupes, mais surtout le fait que ceux-ci ne sont pas contrôlables.

Le rêve d’une “main de fer fasciste”

Les étudiants du NSV sont à mettre dans le même sac. Le NSV, tout comme le VB, nie être l’organisation étudiante du VB. Pourtant, l’ancien président national du NSV est actuellement président du VB-Jeunes. Le président du NSV à Hasselt, Thierry Vanroy, était sur la liste du VB à Heusden-Zolder malgré des déclarations publiques comme “une fois que la démocratie s’enfoncera dans le chaos, j’espère qu’il y aura une main de fer fasciste ”. Vanroy a plusieurs fois participé aux activités de Blood&Honour.

Le jour où les déclarations ouvertement fascistes de Vanroy deviendront trop connues, le VB et le NSV se distancieront de lui parce que ces positions ne peuvent trouver aucune base sur laquelle s’appuyer dans la société. Le Vlaams Belang confirmera ainsi une fois de plus que les propos fascistes sont bienvenus chez lui… tant qu’ils restent méconnus à l’extérieur.

Partager :
Imprimer :

Soutenez-nous : placez
votre message dans
notre édition de mai !

Première page de Lutte Socialiste

Votre message dans notre édition de mai