Ajouter à mon agenda

Rendez-vous: 08/03/23
8 mars : Marches contre le sexisme et la vie chère

Plusieurs faits récents ont choqué la communauté étudiante. Le 28 décembre, une étudiante de l’ULB a été victime d’un viol au campus de La Plaine et, malgré ses hurlements, le seul gardien présent ne l’a pas entendu. En octobre, la VUB a porté plainte pour violences sexuelles contre des étudiants du cercle Solvay kring, suite à laquelle ils ont été interdits du campus et le cercle a été temporairement suspendu. Dans le quartier d’Ixelles, entre 50 et 100 victimes témoignent avoir été agressées sexuellement par un homme qui les oblige à l’embrasser. Ces violences ne sont pas limitées à Bruxelles : en Belgique, 98% des femmes en ont déjà été victimes d’harcèlement de rue au moins une fois dans leur vie

C’est affreux, le sexisme est encore un problème majeur et particulièrement sur les campus. De plus en plus de victimes se dirigent d’elles-mêmes à un CPVS (Centre de Prise en charge des Violences Sexuelles) suite à une agression. La moyenne d’âge est de 24 ans et la moitié sont aux études. Néanmoins, il y a qu’un CPVS pour la province de Liège : et il est à Chénée, à trente minutes en bus du centre ville ! Nous demandons l’extension des ces centres, dont un CPVS aux abords de chaque campus (20 aout, Sart Tilman, Gembloux, mais aussi les Hautes Ecoles).

Nous voulons un investissement public massif dans l’enseignement et dans les services d’aide dans les universités. Cela permettrait d’adapter l’infrastructure (éclairage, locaux d’études sûrs) et engager du personnel bien formé et bien payé (personnel de sécurité, psychologues, travailleurs sociaux) pour garantir le bien-être des étudiant.e.s sur le campus.

Il faut arrêter les politiques qui augmentent les inégalités et précarisent la vie étudiante, comme la réforme du décret paysage.

La précarité pousse à 70% des étudiant.e.s à travailler pour payer leurs études. La crise Covid a mis en évidence comment la pauvreté engendre et augmente les violences sexuelles. La crise du prix de l’énergie et du pouvoir d’achat rendent les plus précaires, et les femmes en particulier, plus vulnérables à toutes sortes de violences. L’indépendance financière est essentielle pour lutter contre les violences sexuelles et sexistes. Pour cette raison, nous exigeons un salaire étudiant et un salaire minimum de 15€/h.

Les dernières réformes des pensions, des crédits-temps et du système d’interruptions de carrière sont des mesures sexistes et dévoilent l’hypocrisie de ce gouvernement. Il se dit défenseur des femmes quand en réalité il attaque les travailleuses à temps-partiel et à bas salaire, les pensionné.e.s, les malades et les jeunes. Cependant, la richesse d’une poignée de personnes n’a jamais été aussi grande. Cela n’est pas un hasard mais le résultat direct d’un système politique et économique qui met les profits de la classe dominante avant le bien-être de la société et de l’environnement. Nous défendons un féminisme socialiste pour combattre le sexisme et toute autre forme d’oppression à la racine et construire une alternative à la violence et à l’exploitation capitaliste.

Ensemble, manifestons contre le sexisme et la vie chère le 8 mars. Rejoignez la campagne ROSA pour continuer la lutte.

TOUT LE SYSTEME EST COUPABLE !

  • Stop aux violences sexistes
  • Un CPVS aux abords de chaque campus
  • Investissements publics massifs dans l’enseignement et les services d’aide
  • Un salaire étudiant et un salaire minimum de 15 euros de l’heure
  • Pour un féminisme anticapitaliste et socialiste

8 MARS : JOURNÉE INTERNATIONALE DE LUTTE POUR LES DROITS DES FEMMES

  • Liège : Marche à l’initiative de « Collectives et Ardentes » – 8 mars, 14h30 Place Cathédrale. Participez à la délégation de la Campagne ROSA ! Et pour s’y préparer : rendez-vous le mercredi 15 février à 18h30 au local régional (5 Quai du Roi Albert à Liège).
  • Bruxelles : Ce 8 mars, la Marche Mondiale des Femmes, dont la Campagne ROSA fait partie, organise au Mont des Arts de Bruxelles un village féministe à 15h30, un rassemblement à 17h30 et une marche à 18h. Rendez-vous dès 17h00 au Mont des Arts (à côté de la Gare Centrale) pour nous aider à mettre sur pied un bloc ROSA combatif contre le sexisme et la vie chère. Et pour s’y préparer : rendez-vous à l’ULB le mercredi 15 février, 18h30, Campus Solbosh, ULB, Local K3.401.
Ajouter à mon agenda
Partager :
Imprimer :

Soutenez-nous : placez
votre message dans
notre édition de mai !

Première page de Lutte Socialiste

Votre message dans notre édition de mai