L’intelligence artificielle et la menace qui pèse sur les emplois technologiques sous le capitalisme

L’IA (intelligence artificielle) a fait l’objet d’une attention considérable et de nombreux observateurs ont soulevé de sérieuses questions sur l’avenir du travail à l’ère du numérique. Il ne fait aucun doute que cette technologie peut avoir un impact considérable sur les travailleurs et travailleuses, sur l’économie ainsi que sur la société dans son ensemble.

Par Dan O’Rourke, Socialist Party (ISA-Irlande)

Certains travailleurs des secteurs de la technologie, de l’art et du design ont évoqué la façon dont l’IA pourrait alléger leur charge de travail, tandis que d’autres se sont inquiétés du risque de perte d’emploi.

Il est indéniable que cette technologie fait l’objet d’un certain battage médiatique. Dans un récent tweet, le fondateur de la société d’IA Open AI le reconnaît, en déclarant que ChatGPT ne devrait pas être utilisé pour des applications sérieuses.

Cependant, on ne peut nier que l’IA est utilisée à des fins très sérieuses ailleurs. BlackRock, une société d’investissement de plusieurs milliards de dollars, utilise son système d’IA pour prendre des décisions concernant des sommes astronomiques. Les systèmes de reconnaissance faciale sont utilisés dans le monde entier, notamment en Chine, pour opprimer les dissidents. Dans le domaine de la guerre, l’IA est considérée comme la « troisième révolution de l’armement » et est notamment utilisée par l’armée israélienne.

Une nouvelle révolution industrielle ?

Pour le meilleur ou pour le pire, beaucoup voient dans l’essor de l’intelligence artificielle une nouvelle révolution industrielle.

L’automatisation numérique a le potentiel d’améliorer les conditions de travail, mais dans un système capitaliste, elle sera utilisée pour augmenter les profits au détriment des travailleurs – salaires plus bas, conditions plus mauvaises et moins d’emplois.

Au cours de la révolution industrielle – l’ère de l’automatisation mécanique – les artisans et les travailleurs manuels ont été contraints de travailler dans des usines où ils ont perdu leurs compétences et leurs outils pour devenir de simples extensions de la machine. Les travailleurs du secteur technologique d’aujourd’hui suivront-ils un chemin similaire, en perdant leurs emplois souvent bien rémunérés au profit des machines ?

L’IA semble le penser. À la question « Comment l’IA va-t-elle affecter les travailleurs de la technologie, et l’économie au sens large ? », le chatbot ChatGPT a répondu : « L’IA peut avoir un impact considérable sur les travailleurs du secteur technologique et sur l’économie en général. À court terme, le développement et la mise en œuvre de l’IA sont susceptibles de créer de nouveaux emplois et de nouvelles opportunités dans le secteur technologique. Toutefois, à mesure que les systèmes d’IA deviennent plus avancés et qu’ils sont capables d’effectuer un plus large éventail de tâches, il est possible que certains emplois soient automatisés et remplacés par l’IA. Cela pourrait potentiellement entraîner des pertes d’emplois et des perturbations dans l’économie, du moins à court terme. »

Cette réponse courte n’est pas tout à fait satisfaisante, alors pour l’instant du moins, c’est aux humains de réagir.

Les leçons des premières luttes ouvrières

La révolution industrielle a bouleversé la vie des artisans hautement qualifiés qui, dans un premier temps, ont bénéficié des nouvelles technologies. Les petites machines à vapeur, les scies à ruban et les métiers à tisser électriques leur ont permis d’augmenter leur production. Mais ces nouveaux outils sont rapidement devenus leurs maîtres.

L’automatisation a progressivement réduit le rôle des artisans du début à la fin, jusqu’à ce que les travailleurs se retrouvent avec une seule tâche répétitive dictée par la vitesse de la machine.

Les horribles conditions de travail et la perte de statut ont radicalisé les artisans et les ouvriers, ce qui a conduit à l’émergence de militants socialistes et communistes, comme le mouvement chartiste. La classe ouvrière commence à s’organiser et à se battre. Les réformes pour lesquelles elle s’est battue, dont nous bénéficions aujourd’hui pour la plupart, ont inspiré l’œuvre de Marx et d’Engels, ainsi que de nombreux autres révolutionnaires qui les ont suivis.

Comme la production préindustrielle, le développement de logiciels est hautement qualifié et généralisé. Il existe une division minimale du travail, notamment entre la conception et le développement, mais le travailleur technologique moderne ressemble étrangement à l’artisan qui, à partir d’un projet, construisait le produit du début à la fin.

Même sans IA, poussés par l’exigence des capitalistes de réduire le coût de la main-d’œuvre, les emplois technologiques sont susceptibles de devenir de moins en moins techniques, de nécessiter moins d’années de formation et d’être de plus en plus divisés en tâches distinctes. Les concepteurs deviendront des « générateurs de messages », tapant des suggestions pour que l’IA crée de nouveaux modèles. Les développeurs seront relégués au rôle de vérificateurs de bogues pour le code écrit par l’IA.

Les nouvelles technologies et le cycle d’expansion et de ralentissement du capitalisme

Comme pour toutes les nouvelles avancées technologiques et méthodes de production, un boom économique sans précédent a rapidement suivi la révolution industrielle initiale. Les industriels ont pu réduire la concurrence artisanale et produire des biens en masse. Les produits dont la création nécessitait auparavant des heures de travail qualifié et coûteux étaient fabriqués à la vitesse du tir d’une mitrailleuse.

Cependant, lorsque de nouveaux concurrents sont arrivés sur le marché avec des machines et des processus de production plus efficaces, ils ont baissé les prix des entreprises en place. Les usines ont fermé car elles n’étaient plus rentables, et la nouvelle classe ouvrière a été jetée dans la misère. Des guerres ont éclaté lorsque les économies ont vacillé et que les nouvelles technologies ont été utilisées pour massacrer des millions de personnes.

Ce cycle de récession et de guerre s’est répété ad-nauseam depuis l’aube du capitalisme, et il n’y a aucune raison de croire que cette nouvelle méthode d’automatisation numérique suivra un chemin plus bienveillant que son cousin mécanique. Au contraire, l’efficacité accrue apportée par l’IA aura probablement un effet amplificateur.

La voie à suivre

Si l’on en croit la trajectoire des médias sociaux, les derniers outils d’IA tourneront au cauchemar lorsque leurs investisseurs décideront qu’il est temps d’en tirer profit. L’un des premiers investisseurs d’Open AI, propriétaire de Dall-E et de ChatGPT, est Elon Musk. Comme son incursion coûteuse dans les médias sociaux commence à porter ses fruits, lui, et d’autres, voudront obtenir leur dû de leur investissement.

Il incombera aux travailleurs de la technologie, aux syndicats et aux mouvements socialistes et ouvriers au sens large de collaborer et de suivre l’exemple des travailleurs qui ont construit les puissants mouvements ouvriers issus de la révolution industrielle.

Cette fois, nous devons renverser ce système une fois pour toutes et utiliser la technologie mécanique et numérique au profit de tous les peuples et de la planète. Sous le capitalisme, la technologie et les machines n’ont pas pour but, et n’ont jamais eu pour but, d’améliorer nos vies. Faire cela irait à l’encontre de la logique brutale de profit que ce système a construit.

Ces ressources doivent être saisies des mains des super-riches et des grandes entreprises et placées dans la propriété publique démocratique. Sur cette base, nous pourrons les utiliser pour construire une société démocratique, socialiste et humaine.

Partager : Imprimer :