Mexique. "S'il n'y a pas de solution, il y aura une révolution"

Il aura fallu plus de deux mois de délibérations au Tribunal électoral suprême du Mexique pour décider que les élections présidentielles du 2 juillet avaient été remportées par Felipe Calderon, le candidat du Parti d’Action Nationale (PAN, droite libérale et pro-américaine).

Jean Peltier

Ce délai étonnant a été provoqué par l’énorme mouvement de protestation qui s’est amplifié tout au long de l’été en soutien au candidat de l’opposition et ancien maire de la capitale Mexico, Andrés Manuel Lopez Obrador. AMLO, comme l’ont surnommé ses partisans, dénonçait une fraude électorale massive et exigeait un recomptage complet des votes. Le Tribunal a limité cette opération à 9% des votes, sous prétexte qu’"il n’y a pas d’élections parfaites"! Il est pourtant clair que la fraude a eu lieu sur une grande échelle, les réclamations portant sur des milliers de bureaux de vote où des irrégularités ont été dénoncées.

Le mouvement de protestation contre la fraude électorale a été le plus important qu’ait jamais connu le pays. Des manifestations monstres ont réuni jusqu’à un million de personnes. Une ville de tentes s’étendant sur près de dix kilomètres a été construite au centre de Mexico par les partisans d’AMLO, perturbant fortement la circulation. Les protestataires se sont inspirés de la "révolution orange" en Ukraine qui avait contesté des élections frauduleuses et fait tomber le président pro-russe en décembre 2004. Mais, à la différence de l’Ukraine, le mouvement de protestation au Mexique a été quasiment ignoré par la grande presse internationale. La plupart des agences de presse ont dit et redit que l’élection avait respecté les procédures légales. Cela n’est guère étonnant quand on sait que le président "élu" Calderon, tout comme son prédécesseur Fox, sont des alliés fidèles des Etats-Unis et qu’ils ont le soutien affirmé de Bush (un autre spécialiste des victoires électorales "aidées").

Au cours de la campagne, Lopez Obrador, à la tête du Parti de la Révolution Démocratique, avait multiplié les attaques verbales contre les riches, la corruption et l’impérialisme US… tout en affirmant qu’il voulait travailler avec les patrons mexicains et qu’il ne s’en prendrait qu’aux corrompus. Son discours a eu un énorme écho parmi les travailleurs et la population pauvre à travers tout le pays. C’est que le Mexique, même s’il connaît une certaine croissance économique, reste marqué par de gigantesques différences sociales. Un Mexicain sur cinq ne mange pas à sa faim. Depuis 2000, six millions de Mexicains ont quitté leur pays pour entrer aux Etats-Unis à la recherche d’une vie meilleure. Un rapport des Nations-Unies affirme que l’argent envoyé par les immigrés mexicains vivant aux USA représente la principale source de revenus du pays après le pétrole.

Dans ces conditions, les protestations de masse contre la fraude électorale peuvent prendre rapidement une toute autre dimension. Ces dernières semaines, un des slogans les plus entendus parmi les manifestants est "S’il n’y a pas de solution, il y aura une révolution". La bourgeoisie mexicaine craint Lopez Obrador, pas parce qu’il serait un anticapitaliste ou un révolutionnaire, mais parce qu’il pourrait devenir un point de ralliement pour des actions plus radicales et de nouvelles vagues de luttes.

Ils ont peur que se généralise la situation que connaît depuis juillet l’Etat d’Oaxaca (le Mexique est un Etat fédéral et l’Oaxaca est une des régions les plus pauvres) où un mouvement de grève lancé par les enseignants, rapidement rejoints par les travailleurs de la santé, s’est transformé en soulèvement de masse exigeant la démission du gouverneur de l’Etat. Des manifestations ont réuni des centaines de milliers de personnes, les routes sont bloquées par des barrages, des bâtiments officiels occupés et une Assemblée Populaire du Peuple d’Oahaxa a été formée pour coordonner le mouvement.

Sous la pression du mouvement, Lopez Obrador a annoncé la création d’un "gouvernement du peuple" qu’il pose en "rival de celui de la mafia politique et des criminels en col blanc". Il est difficile de savoir jusqu’où AMLO est prêt à aller: va-t-il se contenter de faire de ce "gouvernement parallèle" un outil de contestation dans le cadre du parlement ou va-t-il développer la mobilisation jusqu’à empêcher l’entrée en fonction de Calderon le 1er décembre ?

Les protestations de masse de ces dernières semaines ont déjà montré la force du mouvement populaire.

Mais, pour chasser Calderon et en finir avec le système d’exploitation, ce mouvement devra aller plus loin, en se liant avec les syndicats, en s’organisant en comités démocratiquement élus, sur les lieux de travail, dans les quartiers et les universités, et en mobilisant pour des journées de grève générale. Et l’ampleur de ce mouvement montre la nécessité criante d’un parti luttant au quotidien pour défendre les intérêts des travailleurs et des paysans (ce que n’est absolument pas le PRD) et mettant en avant des revendications socialistes pour en finir avec la pauvreté, le chômage et les inégalités.

Partager : Imprimer :