Salaires trop élevés? Les nôtres ou les leurs?

Le salaire mensuel net moyen d’un travailleur belge est de 1.487,7 EUR. Anton van Rossum, ancien patron de Fortis, touchait 2.400.000 EUR par an!

Geert Cool

Les chriffres

Prix du diesel à la pompe en 5 ans : + 40%

Coûts hospitaliers en 6 ans : + 41%

Loyers d’un logement social en 3 ans : + 13,8%

Loyers à Bruxelles en 3 ans : + 25%

Prix des terrains à bâtir en 10 ans : + 150%

Pouvoir d’achat des salariés en 10 ans: – 2 %

Plusieurs produits de base ont furieusement augmenté ces dernières années. Acheter ou bâtir une maison, pour beaucoup de jeunes familles, est de l’ordre du rêve. Les frais de transport et de soins hospitaliers ont également augmenté de manière astronomique. Entretemps, l’index a déjà été attaqué par une adaption technique qui a pour conséquence que l’adaptation des salaires au coût de la vie doit attendre 3 mois supplémentaires.

Le litre de diésel revenait en février 2001 à 0,77 euro. Il coûte aujourd”hui 1,07 euros. Les coûts hospitaliers ont, eux, augmenté de 41% entre 1998 et 2004.

Toujours à titre d’exemple, alors qu’en 1976, seuls 13% des Flamands dépensaient plus de 20% de leur revenu pour leur loyer, ils sont 57,4% à le faire en 2004! 29% des locataires d’un logement social dépensent plus de 20% de leur revenu pour le loyer. La situation en Wallonie et à Bruxelles est similaire. Pour de nouveaux locataires, les loyers entre 1998 et 2001 ont augmenté de 40% en moyenne. Il n’est dès lors pas surprenant que 24,6% des locataires belges soient officiellement sous le seuil de pauvreté.

En l’espace de dix ans, le pouvoir d’achat des salariés a diminué de 2%. Il est évident que l’adaptation existante des salaires au coût de la vie par l’intermédiaire de l’index est insuffissante en soi.

Malgré cela, le patronat et les partis traditionnels prétendent que nos salaires sont trop élevés. La Banque Nationale, la FEB, l’Union des Classes Moyennes, etc réclament «une modération salariale soutenue». L’Union des Classes Moyennes veut supprimer l’index par «une indexation aux forces concurrentielles», pour que les salaires n’augmentent pas en fonction du coût de la vie, mais bien en fonction de l’évolution des salaires des pays voisins, sans tenir compte évidemment de la productivité belge qui est plus importante.

A la fin de l’année viendront les discussions pour le nouvel Accord Interprofesionnel où syndicats et patronat conclueront des accords salariaux pour les deux ans à venir. Le patronat n’a que la régression sociale à offrir aux salariés. La réponse doit être la lutte. Le mouvement contre le Pacte de Solidarité n’était qu’un début.

Dans cette lutte pour défendre nos salaires, nous ne pouvons pas compter sur les partis traditionnels. Tous défendent la même logique patronale. Le président des socialistes flamands a même déclaré à propos de son parti: «Je ne connais personne qui ait défendu avec tant d’ardeur les intérêts des entreprises». La soi-disante opposition chrétienne (cdH, CD&V) et le Vlaams Belang jugeaient, eux, que le gouvernement n’allait pas assez loin dans ses attaques contre les prépensions.

Ceux qui aujourd’hui en ont assez de subir les attaques sur nos salaires ne disposent pas d’un large parti politique. Le fait que certains groupes et figures comme Jef Sleeckx (ancien parlementaire SP.a) et Georges Debunne (ancien président de la FGTB) vont dans la direction d’une nouvelle formation politique, peut apporter une solution à cela. Le MAS/LSP soutiendra à fond cette initiative car elle signifiera un renforcement fondamental dans la lutte contre l’offensive patronale. n

Partager :
Imprimer :

Soutenez-nous : placez
votre message dans
notre édition de mai !

Première page de Lutte Socialiste

Votre message dans notre édition de mai