Journée internationale de soutien aux chauffeurs de bus. "Osanlou doit être libéré" – Stockholm

Journée internationale de soutien aux chauffeurs de bus

Elias Blomm, Stockholm, de notre organisation soeur

”Osanlou, Osanlou, azad bayad gardad” (Osanlou doit être libéré). C’était le slogan scandé lors des protestations du 15 février organisées devant les ambassades d’Iran du monde entier. Plus tard dans la même journée, de nombreux leaders syndicaux des chauffeurs de bus étaient relâchés à Téhéran. Cependant, le leader du syndicat des chauffeurs de bus, Mansour Osanlou, qui a été arrêté le 22 décembre, est toujours en prison avec d’autres militants syndicaux.

La fédération internationale des travailleurs du transport a annoncé une journée de protestation internationale. A Stockholm, près de 60 personnes se sont rassemblées devant l’ambassade d’Iran mercredi midi. Des orateurs de différentes organisations et partis en exil se sont exprimés à cette occasion. En Iran, les manifestations ont eu lieu à Téhéran devant le parlement et dans de nombreuses villes du Kurdistan.

« Mansour Osanlou est devenu, en peu de temps, un des leaders ouvrier les plus connus internationalement. Les chauffeurs de bus ont donné l’exemple aux travailleurs en général. Mais les journaux, les radios et les TV, qui couvrent beaucoup l’Iran, sont silencieux sur les grèves et les luttes des travailleurs. », a déclaré Per-Åke Westerlund, du Rättvisepartiet Socialisterna (CIO, Suède) dans son discours de solidarité. Il a appelé les syndicats suédois à soutenir les chauffeurs de bus en lutte.

Un grand nombre de partis iranniens a participé à la manifestation du 18 février pour soutenir Per Johansson, le dirigeant du syndicat des chauffeurs de métro, viré par Connex (multinationale du transport).

Le syndicat des chauffeurs de bus a joué un rôle important dans le renversement du Shah en 1978-79, mais a rapidement été déclaré illégal par le régime au début des années 80. En 2003, des activités en sous-marin ont repris. Durant l’augmentation des grèves de l’an dernier, les forces du régime ont attaqué les chauffeurs de bus à de nombreuses reprises.

Quand Mansour Osanlou a été arrêté, lors d’un raid policier nocturne le 22 décembre à son domicile, des milliers de travailleurs ont répondu par des grèves et des meetings de masse. Le régime a réprimé violemment pour stopper une grève de masse planifiée pour le 29 janvier. 1300 travailleurs ont été arrêtés. Leurs familles ont également été attaquées, 5 enfants ont été arrêtés et un bébé de deux ans a été blessé par la police. Pendant la journée de grève, les soldats, les policiers et autres briseurs de grèves ont dû conduire les bus.

Le gouvernement irannien n’est pas en position de force. Les revenus croissants du régime venant de l’augmentation des prix du pétrole ne se sont pas reflétés dans de meilleures conditions de vie pour les travailleurs. Les grèves sont une menace pour ce régime qui essaye d’augmenter son soutien en se posant en « anti-impérialiste » dans le dossier nucléaire.

Dans sa campagne contre le gouvernement irannien, l’administration Bush a soutenu de manière hypocrite les chauffeurs de bus de Téhéran. La classe ouvrière en Iran est en train de défier le régime et les meilleurs militants comprendront que Bush ne fait pas partie de leurs amis : les capitalistes occidentaux ne sont intéressés que par les réserves de pétrole, les nouveaux marchés et les opportunités d’exploiter les travailleurs. Les protestations devant l’ambassade à Stockholm peuvent être vues à : www.radio-international.org

D’Offensiv, le journal de notre organisation suédoise

Partager :
Imprimer :

Soutenez-nous : placez
votre message dans
notre édition de mai !

Première page de Lutte Socialiste

Votre message dans notre édition de mai