Non aux centres fermés! C’est aux multinationales qu’il faut s’en prendre, pas à leurs victimes!

es centres fermés sont camps où hommes, femmes et enfants étrangers sont enfermés faute de papiers en règle et traités de manière dégradante en attendant leur expulsion du territoire belge. Leur principe même renforce le racisme dans la société à travers l’idée que l’étranger est un délinquant.

Julie Demulder

Le premier centre fermé, le «127», fut créé en 1988. Depuis, 5 autres centres ont été créés: le centre INAD, situé dans l’aéroport de Zaventem et destiné aux passagers «inadmissibles» sur le territoire belge, les centres de Bruges, de Merksplas (au nord d’Anvers), deVottem (Liège), et le 127 bis, en bordure de Zaventem, destiné à rassembler les sans-papiers avant leur rapatriement. Leur coût global est de 25 millions d’euros par an..

Tous sont gérés par l’ «Office des Étrangers» sous la tutelle du ministre de l’ Intérieur Patrick Dewael (VLD) qui a récemment déclaré vouloir imposer une carte à puce à tous les candidats réfugiés pour mieux les contrôler et pour qui toute personne aidant un sans-papier est condamnable!

Les détenus peuvent passer un maximum légal de 5 mois dans ces prisons, mais le compteur peut être remis à zéro (notamment en cas de résistance à une expulsion). Le délai de détention peut donc être rallongé à volonté. Mais la première fonction assignée aux centres reste l’expulsion. Et les assistants sociaux engagés dans les centres ont pour tâche de faire accepter leur sort aux réfugiés et de les aider à « reconstruire » une nouvelle vie dans leur pays d’origine !

Le patronat multiplie les appels pour que des immigrés « choisis » puissent venir travailler ici dans des emplois précis (informaticiens, camionneurs, aide-soignants…) parce qu’il veut « combler des manques » au niveau de l’emploi en engageant des étrangers à des salaires moindres. Mais, pour le reste, patrons et gouvernement veulent continuer à tout prix à rendre notre pays moins « attractif ». Le droit d’asile est de plus en plus réduit. Près de 90% des candidats se voient refusés le statut de réfugié. Soit ils acceptent l’expulsion, soit la seule solution pour eux sera de passer dans la cladestinité, sans revenu ni sécurité sociale et avec comme seules perspectives le travail en noir, l’insécurité et la peur. Car s’ils se font rafler par la police, ils seront jetés dans les centres fermés et ensuite expulsés.

Dans les centres, en plus d’être privés de liberté et coupés de tout contact vers l’extérieur, les détenus sont souvent victimes de violences sans pouvoir protester sous peine de voir leur expulsion accélérée.

Ces centres avaient été imaginés surtout pour enfermer des adultes mais, de plus en plus, on y parque des familles entières, y compris des enfants et des bébés. Pour l’instant, seul le «127bis» est équipé pour les recevoir mais bientôt les centres de Vottem et Merksplas ouvriront leurs cellules aux familles.

Cette politique d’expulsion génère la clandestinité et donc le travail en noir et l’exploitation. Les patrons ne s’en plaignent pas – ils ont sous la main des travailleurs sous-payés et sur-exploités et qui contribuent à faire pression à la baisse sur les salaires et les conditions de travail de tous les autres travailleurs. D’ailleurs aucun patron utilisant ces pratiques n’a jamais été sérieusement inquiété par la justice.

Afin de nous opposer efficacement à l’exploitation des illégaux et au traitement inhumain des candidats réfugiés, nous défendons la solidarité et de l’unité de classe des travailleurs au niveau international. On ne devient pas réfugié pour le plaisir mais pour échapper à une misère et à des geurres engendrées par le système capitaliste lui-même. En conséquence, nous estimons qu’il vaut mieux s’attaquer aux multinationales plutôt qu’à leurs victimes.

> Suppression de tous les centres fermés et arrêt des expulsions !

> Régularisation immédiate de tous les sans-papiers!

> Du travail pour tous par la réduction du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire !

> Annulation de la dette des pays du Tiers-Monde et aide aux mouvements de lutte de ces pays!

Partager : Imprimer :