Afrique du Sud : Après le massacre de Marikana, les inculpations de meurtres et de tentatives de meurtre contre les mineurs provoquent une explosion de colère

Face à l’étendue de la colère, l’Autorité nationale chargée des poursuites judiciaires en Afrique du Sud (NPA) s’est vue obligée de relâcher les 270 mineurs qui avaient été arrêtés après le massacre de Marikana ce 16 août. De plus, le NPA été forcé d’abandonner les inculpations de meurtres qui pesaient à leur encontre. À de nombreuses reprises, les auditions de jmise en liberté sous caution ont été reportées car le NPA commettait sans cesse des abus. Par exemple, les accusés étaient présentés devant la Cour au compte goutte et on violait ainsi leurs droits à un procès équitable. C’est pourquoi les avocats de la défense des mineurs ont posé un ultimatum à Jacob Zuma, président de la république d’Afrique du Sud. Celui-ci devait relaxer les travailleurs d’ici dimanche ou des actions légales à son encontre seraient entreprises devant la Cour Suprême. 170 mineurs ont été relâchés cette semaine. Le NPA a déjà pris la décision d’abandonner les chefs d’inculpations de violence publique, de possession d’armes dangereuses, de possession d’armes et de munitions ainsi que de rassemblement illégal.

Weizmann Hamilton, Democratic Socialist Movement (CIO en Afrique du Sud)

Les chefs d’inculpation de meurtres et de tentatives de meurtre ont été l’étincelle qui a déclenché l’incendie de colère qui a traversé le pays. Des divisions se sont même créées au sein du Congrès national africain (ANC). Le ministre de la Justice, Jeffe Radeba qui bénéficiait du soutien du chef parlementaire de l’ANC, Whip Mathole Motshekga, a demandé des explications de la part du NPA en déclarant:  »je n’ai aucun doute sur le fait que les décisions du NPA aient créé un choc, de la panique et de la confusion» au sein de la population. » (Sunday Independent, 02/09/2012)

Le trésorier général de l’ANC, Matthews Phosa avait déjà averti dans le passé que le chômage de masse dans la population, et plus particulièrement chez les jeunes, formait le terreau d’un  »printemps arabe » sud-africain. Il a formulé des attaques virulentes à l’encontre du NPA en déclarant :  »Inculper des membres clés du mouvement devant une Commission d’enquête est contraire aux règles de la justice, c’est inconsidéré, incongru et presque absurde. D’ailleurs, les conséquences auxquelles nous sommes confrontés aujourd’hui sont absolument épouvantables. Nous n’avons pas besoin d’un autre Marikana. »

En dehors de l’absurdité légale des chefs d’inculpation, ce qui a exacerbé la colère, c’est que la doctrine d’intérêt commun était l’arme légale q’utilisait le régime de l’apartheid contre les luttes anti-apartheid. De plus, les survivants ont été accusés du meurtre de ceux qui se sont faits faucher par la police en direct des télévisions. Ces accusations ont forcé les leaders du Congrès des syndicats d’Afrique du Sud (Cosatu) à condamner cette décision. Pourtant, à la suite du massacre, ils avaient d’abord décidé de collaborer lâchement avec le syndicat des mineurs (NUM) en abdiquant devant la pression que celui-ci lui infligeait. De cette manière ,le syndicat des mineurs, déjà fortement discrédités, tentait de sauver la face.

Qu’une telle décision puisse même avoir été envisagée montre bien à quel point le gouvernement de l’ANC a été poussé vers la droite sous le mandat de Zuma. Après tout, c’est le NPA qui s’était assuré de ne pas voir Zuma suivre la route de ses bienfaiteurs en prison. Ils avaient tous été condamnés pour corruption. En 2009, les chefs d’inculpation qui pesaient contre Zuma ont été abandonnés par le truchement d’une technicité douteuse. De plus, les actions entreprises par le NPA ont lieu seulement quelques semaines après qu’un procureur fût isolé car il résistait aux pressions qui pesaient sur lui. En effet, le NPA voulait qu’il abandonne les inculpations de corruption contre deux personnages importants du Congrès national africain (ANC) à Kwa Zulu Natal, le foyer de soutien de Zuma. En fait, le NPA n’a personne à sa tête car Menzi Simelane, qui avait été désigné par Zuma, a lui aussi été isolé. La Cour Suprême a déclaré qu’il ne possédait pas  »l’honorabilité et les compétences » d’administrer le NPA, c’est pourquoi sa désignation a été jugée inconstitutionnelle. Un officiel de la police a déclaré qu’aucun des travailleurs qui se sont faits arrêter ne pourrait retravailler un jour à Lonmin. D’ailleurs, les agissements du NPA démontrent à quel point les institutions de l’Etat sous l’ANC ont agit comme des agences de sécurité privée pour les patrons des mines. Ces agissement exposent aussi le rôle de la machine qu’est l’Etat sous le capitalisme.

Ce qui est encore plus choquant, ce sont les éléments de plus en plus nombreux qui prouvent ce qui était évident dès le départ: le massacre était prémédité. La propagande empoisonnée qui a été diffusée par la police, une partie des médias et le Syndicat national des mineurs (NUM) immédiatement après le massacre rapportait que la police avait ouvert le feu sur les travailleurs pour se défendre. Cette idée commence à se dissiper. En effet, des enquêtes montrent que de nombreux travailleurs se sont faits tirer dans le dos alors qu’ils tentaient de fuir.

Le journal Sunday paper City Press (02/09/2012) a visité les lieux du massacre accompagné de Greg Marinovich, vainqueur du prix Pulitzer en journalisme. Celui-ci avait tout d’abord établi qu’il y avait deux lieux de combat. Plus tard, il a pourtant trouvé des preuves allant dans le sens des survivants du massacre. Au moins 14 corps ont été découverts à 300 mètres de Wonderkop, le lieu du massacre qui a été filmé par les caméras des chaînes de télévision, dans un endroit que les locaux appellent Small Koppie. City Press a amené les preuves découvertes au Directorat de la police d’investigation indépendante (Ipid) afin d’obliger ses enquêteurs à retourner sur la scène du crime. Ils ont trouvé des carabines R1 usées, des marqueurs de la police aux endroits où les corps étaient tombés, des traces de sang et ce qui semblerait être une tentative de camouflage des preuves. Les travailleurs ont dit à City Press que les mineurs de Small Koppie s’étaient enfuis là-bas mais que la police les avait poursuivi et que des véhicules blindés avaient écrasé des travailleurs en fuite.

La conduite de la direction de Lonmin, du gouvernement et du syndicat des mineurs (NUM) suggère que la décision de faire couler le sang des grévistes avait déjà été prise au plus haut niveau du gouvernement, de la police et de la direction de Lonmin. Le 15 août 2012, la direction de Lonmin, le syndicat des mineurs (NUM) et le syndicat d’association des mineurs et des travailleurs de la construction (AMCU) se sont engagés publiquement sur la chaîne d’information SAFM à entamer des négociations sur base des revendications des travailleurs. L’AMCU est arrivé à la mine à 9h du matin le 16 août. Lorsque les membres de la direction sont finalement arrivés, avec 90 minutes de retard, ils ont dit à l’AMCU qu’il n’y aurait aucune négociation. Les dirigeants de Lonmin ont dit à la délégation de l’AMCU que  »tout était désormais entre les mains des généraux. »

A quelques centaines de mètres de la mine, et à une certaine distance des camps les plus proches, le regroupement des travailleurs sur le site de Wonderkop ne représentait aucun danger pour la mine ou pour le camps. D’ailleurs, certains travailleurs y vivaient. Les mineurs s’étaient armés et s’étaient retirés à Wonderkop, non pas comme un acte d’agression mais plutôt d’auto-défense. En effet, les massacres avaient déjà causés une dizaine de morts car les dirigeants de la sécurité de la mine et le syndicat des mineurs avaient déjà tenter de casser la grève. Cette grève avait été initiée de manière indépendante par les travailleurs.

Les travailleurs ont affirmé à DSM que la grève avait été menée par un comité indépendant formé par les travailleurs suite au refus du syndicat de soutenir les revendications des mineurs. Ces allégations se sont confirmées lorsque le secrétaire général du syndicat, Frans Baleni qui gagne R100 000 par mois, a dénoncé la revendication des travailleurs qui exigeaient un salaire de R12 500 par mois, la trouvant déraisonnable. Les mineurs ont déclaré à DSM que lorsqu’ils ont tenté une approche auprès du bureau du syndicat à la mine, afin de discuter d’une action commune, la délégation s’est faite tirer dessus, et deux membres du comité sont morts. La direction de la mine a une histoire sanglantes et brutale de répression envers les mineurs qui ont l’impertinence d’essayer de briser leurs chaînes de l’oppression et de l’exploitation. C’est sur cette base que la décision d’occuper Wonderkop Hill a été prise.

Le fait que l’Etat ait décidé de déployer l’équipe d’intervention tactique des services de police sud africain armée de carabine automatique R1, de plusieurs véhicules blindés et de barbelés plutôt que de faire appel à la police anti-émeute indique clairement que le massacre était prémédité.

ANC a décidé de réagir à ces événements en réalisant une étude incompréhensible et en adoptant une attitude indifférente et insensible.Ils n’ont toujours pas publier de déclaration condamnant le massacre. Le générale Riah Phiyega, le commissaire de police qui a été désigné récemment, a communiqué à la police après le massacre:  »la sécurité de la population est non-négociable. Ne soyez pas désolés de ce qui s’est passé. » Susan Shabangu, la ministre de l’énergie et des minéraux, s’est réfugiée derrière  »l’indépendance » (qu’on ignore d’habitude) de l’autorité judiciaire qui a rejeté la requête de libération des mineurs. Dans les instants qui ont suivi le massacre, elle a initiallement refusé d’inviter le syndicat rival, le syndicat d’association des mineurs et des travailleurs de la construction (AMCU) afin de remettre les négociations sur les revendications des mineurs sur la table.

Comme Julius Malema, l’ancien président de la ligue des jeunes de l’ANC l’a affirmé à la radio ce matin (sur Khaya FM), pendant plus de 48h, aucun des chefs de l’ANC n’a mis les pieds sur les lieux de l’incident. Il a ajouté que Zuma lui-même, qui a été obligé d’écourter sa visite au Mozambique à cause du massacre, est tout d’abord arrivé sur les lieux sous le couvert de l’obscurité. Ensuite, il aurait seulement rendu visite aux blessés à l’hôpital mais n’aurait pas daigné parler aux travailleurs qui l’attendaient sur la colline. Lorsqu’il n’a plus pu justifier son absence, les travailleurs ont condamné son échec et son incapacité à agir dans l’urgence alors que la situation l’exigeait. Même lorsqu’il a annoncé la mise sur pied de la Commission d’Enquête, Zuma a clairement fait savoir qu’il ne désignerait pas de coupable. Cela venant d’un président dépeint comme la voix des pauvres à la tête d’un parti qui affirme de manière assez maladroite avoir un  »penchant pour la classe des travailleurs » et qui s’efforce d’être une  »force de la gauche disciplinée ».

L’ANC suffoque. Elle est heurtée par l’approfondissement de la crise économique, les profondes inégalités, les problèmes sociaux qui s’accumulent tels que le chômage de masse, la criminalité et la corruption, l’embarras extrême de ne pas être en mesure de fournir des manuels scolaires aux écoles dans plusieurs provinces alors qu’on arrive au trois-quart de l’année. Cette situation est aggravée par les batailles de factions militaires pour la succession à la présidence. Et l’utilisation de la doctrine d’intérêt commun dans les chefs d’inculpation, même si elle a été abandonnée, a renforcé la crise politique profonde que l’ANC traverse. Avec l’incident de Marikana qui a coûté la vie à plus de 34 travailleurs, l’ANC s’est tiré une balle dans le pied.

Désormais, après quatre semaines de grève, les travailleurs de Lonmin tiennent fermement le piquet face à l’énorme pression qui pèse sur eux afin qu’ils retournent travailler. Le Ministre du Travail, des Minéraux et de l’énergie, la Commission pour un arbitrage, une médiation et une conciliation ainsi que le Conseil des Eglises essayent tous de persuader les partis de signer un Accord de paix. AMCU a rejeté cette proposition en déclarant qu’ils n’étaient pas en guerre avec le NUM. Ils veulent que les négociations sur les revendications des travailleurs soient au centre de l’attention dans les efforts de médiation.

En attendant, inspirés par la résistance des mineurs de Marikana,  »la révolte de la mine de platine » selon l’expression utilisée par le Business Day, s’est étendue au secteur de l’or. En effet, 12 500 mineurs du complexe Goldfield’s Kloof Driefontein ont déposé leurs outils ce mercredi.

Ces actions constituent un réel défi à l’organisation de la classe des travailleurs. Le Cosatu a hésité à dénoncer le rôle réactionnaire que jouait leur plus proche affilié, le NUM. Ce silence n’a servi qu’à encourager la direction dans son attitude. Si Cosatu était sorti pour soutenir les revendications des travailleurs avant l’incident, s’ils avaient mobilisé des travailleurs pour organiser des action de solidarité, il est clair que la direction de Lonmin et la police n’auraient pas osé agir aussi sauvagement qu’ils ne l’ont fait. La faiblesse de Cosatu a laissé le champs libre aux agressions des patrons, du gouvernement et de l’Etat.

Une ligne a été tracée dans le sable avec les os sanguinolents des martyres de Marikana. D’en côté il y a la désintégration de l’ANC et de l’alliance tripartite et de l’autre, d’énormes possibilités. L’expérience de l’intervention de DSM à Rustenberg avant les événements de Marikana, démontre le potentiel qui existe pour le développement des idées socialistes ainsi que pour un soutien à la création d’un parti de masse des travailleurs basé sur un programme socialiste.

Partager :
Imprimer :

Soutenez-nous : placez
votre message dans
notre édition de mai !

Première page de Lutte Socialiste

Votre message dans notre édition de mai