Namur : Succès remporté par le rassemblement antifasciste

Une soixantaine de personnes étaient présentes aujourd’hui à Namur pour protester contre l’extrême droite. Le groupuscule Solidarité Unitaire avait en effet voulu manifester dans la capitale wallonne et diffuser son message de haine et de division. En définitive, ce rassemblement réactionnaire avait été interdit, mais les différentes organisations signatrices de l’appel antifasciste avaient voulu maintenir leur rassemblement, avec un certain succès compte tenu du court délai de mobilisation, de l’heure matinale du rassemblement et du fait que l’interdiction de cette contre-manifestation avait été annoncée dans la presse.

Par Nico

Derrière Solidarité Unitaire, on retrouve pour responsables deux anciens du Front National, fiers d’avoir entre autres été récemment soutenir la campagne de Marine Le Pen en France. Leur approche se veut plus sociale que ce que l’on entend habituellement de l’extrême-droite. Solidarité Unitaire se positionne ainsi contre l’austérité, contre les attaques sur les chômeurs,… mais ne fait en réalité que stigmatiser l’immigration. Ainsi, sur leur site, si on peut lire qu’il faut dire  »stop à l’austérité dans notre pays au profit du dictat financier de l’Europe », on ne trouve comme manière de dégager des moyens que de  »diminuer le coût de l’immigration afin de préserver un capital pour nos citoyens. » A l’opposé de cette recherche du bouc émissaire, selon nous, il faut s’en prendre aux véritables responsables de la crise sociale et économique que nous connaissons. Le problème, c’est le banquier, pas l’immigré !

Dans le contexte de crise actuel, il est possible que de nombreuses personnes se trompent de colère. Un espace existe pour que l’extrême-droite puisse réussir à s’attirer un certain soutien en instrumentalisant la frustration qui existe face aux diverses pénuries croissantes (manque d’emplois, de logements sociaux, de places dans les crèches,…) ainsi que la colère qui se développe contre l’establishment (dont font partie les partis traditionnels).

La meilleure manière d’assurer que suffisamment de moyens existent pour répondre aux besoins sociaux n’est pas de diviser la population pour qu’elle se batte pour les et miettes qui tombent du festin capitaliste : il faut lutter ensemble – jeunes, moins jeunes, travailleurs avec ou sans emploi, d’origine belge ou immigrée, hommes et femmes – pour récupérer toutes les richesses que nous produisons et qui nous sont volées. Pour le PSL, cela signifie concrètement de lutter pour une société où les secteurs clés de l’économie sont retirés des mains du privés et placés sous le contrôle démocratique des travailleurs. Nous voulons poursuivre ce débat et les discussions sur la meilleure façon d’en finir avec l’extrême-droite avec les participants à ce rassemblement, parmi lesquels des militants des Jeunesses Ouvrières Chrétiennes, des Jeunes FGTB, de la CSC, du Parti Communiste, du PTB ou encore du groupe des Indignés de Namur.

Partager :
Imprimer :
Première page de Lutte Socialiste