Déclaration à chaud du parlementaire européen Paul Murphy concernant le résultat des élections grecques.

Le député européen Paul Murphy (élu de notre section irlandaise, le Socialist Party) s’est rendu la semaine dernière en Grèce afin de soutenir la campagne de Syriza ainsi que le travail de nos camarades grecs de Xekinima dans ce combat. Le soir même des élections, il a livré une courte déclaration avec ses premières impressions concernant le résultat obtenu par la coalition de la gauche radicale Syriza, arrivée deuxième avec 27% des suffrages.

Par Paul Murphy

"Les résultats de cette élection sont incroyablement serrés. Cependant, le résultat du sondage fait à la sortie de l’isoloir suggère une victoire remportée de justesse pour Nouvelle Démocratie (ce qui a été confirmé par la suite, NDLR). Cela survient après qu’une véritable campagne d’intimidation contre le peuple grec aie été menée, qui a de loin surpassé la campagne que les Irlandais ont eu à subir pour le referendum (sur le traité fiscal européen, NDLR). Une décision consciente a été prise par l’establishment politique, économique et médiatique grec, aidé de ses associés européens, afin de dépeindre cette élection comme étant un référendum sur un départ de la zone euro. Cette campagne visait à effrayer les électeurs pour qu’ils votent pour la droite.

"La victoire de ce soir s’avérera être et de courte durée pour les capitalistes grecs. Qu’importe le gouvernement de droite qui sera constitué, il aura à faire face à une grande résistance dans les rues et sur les lieux de travail, couplé à une opposition massive de la part d’une gauche qui entre renforcée au Parlement. Ce gouvernement ne pourra pas mettre en œuvre le programme d’austérité exigé par Merkel et sa clique. Malgré les promesses de stabilité émises par la Nouvelle Démocratie, la crise va s’intensifier et la Grèce quittera vraisemblablement l’euro. Ce gouvernement sera extrêmement faible et peut tomber en très peu de temps.

"La tâche cruciale pour la gauche en Grèce est maintenant de s’organiser afin de résister à l’austérité qui détruit littéralement la société. Le vote massif qu’a reçu Syriza et la gauche ne doit pas passer inaperçu. Cela démontre que les Grecs en ont assez du vieux système et qu’ils ne peuvent tout simplement plus tolérer ces attaques contre leur niveau de vie. Ce vote représente le désir d’une alternative, d’une société socialiste, où les besoins des gens passent avant les profits et l’avidité des banques, des actionnaires et des grandes entreprises.

"L’Irlande n’est pas tout à fait la Grèce, mais nous nous dirigeons dans cette direction avec les politiques d’austérité désastreuses qui nous sont imposées. Un deuxième prétendu ‘sauvetage’ démasquera le caractère mensonger des promesses du gouvernement. La gauche à travers l’Europe fait face à une occasion sans précédent, pour construire un mouvement massif destiné à combattre l’austérité et à lutter pour une société fondamentalement différente, une société socialiste avec une Europe organisée pour les millions de gens, pas les multimillionnaires."


A lire également

MEETINGS : Pour une alternative à l’Europe d’austérité !

Ce 20 juin, 3 jours après la tenue des élections en Grèce, Nikos Chountis (eurodéputé de Syriza) sera présent à un meeting européen contre l’austérité.

Bruxelles – Mercredi 20 juin, 19h30

Meeting organisé par Alternatives à Bruxelles & ‘‘Gauches Communes’’ avec :

  • Nikos Chountis, eurodéputé de Syriza, Grèce
  • Paul Murphy, député européen du Socialist Party, Irlande
  • Charlotte Balavoine, candidate du Front de Gauche aux législatives pour la circonscription du Bénélux
  • Tony Mulhearn, Trade Union and Socialist Coalition, Angleterre
  • Un représentant d’Izquierda Unida, Espagne
  • Stephen Bouquin, de Rood!
  • Anja Deschoemacker, ‘Gauches Communes’
Partager :
Imprimer :

Soutenez-nous : placez
votre message dans
notre édition de mai !

Première page de Lutte Socialiste

Votre message dans notre édition de mai