Rassemblement de soutien au NON irlandais

Le 31 mai, les Irlandais iront voter lors du référendum concernant le traité d’austérité européen. En soutien à la campagne pour le NON, 80 personnes environ se sont rassemblées hier aux abords du rond point Schumann pour illustrer la solidarité internationale contre ce traité d’austérité. L’initiative avait été lancé par les Comité Action Europe et la CNE (la centrale des employés de la CSC). Différentes prises de parole ont eu lieu, notamment Stéphanie (collaboratrice de Paul Murphy au Parlement Européen) qui a remercié les manifestants belges au nom de Paul (seul parlementaire européen d’Irlande du sud impliqué activement dans la campagne pour le NON). Nous publions ici la lettre de Paul aux manifestants.

Photos de Nico M. (Bruxelles)


  • Non au traité d’austérité de l’Union Européenne !
  • Stop aan het besparingsverdrag van de Europese Unie !
  • Paremos o tratado de austeridade da Uniao Europeia !
  • NO to the austerity treaty of the European Union !

Chers Camarades de la CNE et des Comités Action Europe,

Chers participants à l’action de solidarité avec le ‘Non’ au référendum du 31 mai en Irlande sur le Traité d’Austérité,

Vu les enjeux et la bataille engagée contre l’élite en Irlande, je ne peux malheureusement être présent aujourd’hui parmi vous à Bruxelles. Je vous adresse les salutations et les remerciements de la Gauche Unitaire Européenne et du Socialist Party (section irlandaise du Comité pour une Internationale Ouvrière) pour votre solidarité.

Le principal argument du camp du ‘Oui’ est la menace que, si nous votons ‘Non’, le gouvernement ne sera pas en mesure d’obtenir un soi-disant ‘’second plan de sauvetage’’ en raison d’une clause de ‘’chantage’’ inséré dans le traité du Mécanisme européen de stabilité (MES). Cependant, le traité du MES a été convenu à l’unanimité lors du Conseil européen – ce qui signifie que le gouvernement irlandais a décidé lui-même d’insérer cette clause de chantage. Une campagne massive exploitant la peur face à la crise est menée par l’ensemble de l’establishment: le grand patronat intervient de manière très directe, l’ensemble des partis politiques de l’establishment brandit la menace de désastreuses conséquences économiques si le ‘Non’ l’emporte.

Pourtant si le traité d’austérité et sa règle d’or passent, ce serait un désastre pour les travailleurs irlandais. On prendrait le risque d’une énorme récession puisque cela signifierait 5,7 milliards de coupes budgétaires supplémentaires dans les services publics vitaux.

Nous avons besoin de changer de cap, de faire payer les spéculateurs, de lancer un programme d’investissement public massif pour créer des emplois et du bien être pour la population, d’investissement public massif dans l’enseignement et les soins de santé et d’éviter l’austérité qui entrainera inévitablement la faillite du pays.

Avec ce traité, la pression actuelle de la Troïka (UE, BCE, FMI) sur la Grèce, le Portugal et l’Irlande sera généralisée à l’ensemble de la zone euro. Ce traité condamnera les divers gouvernements européens à une austérité permanente. C’est une nouvelle tentative pour assurer la domination de la dictature des marchés.

Avec le ‘Non’, nous voulons ouvrir une brèche dans cette offensive généralisée qui vise à faire payer la crise du capitalisme aux travailleurs et à leur famille en Europe. Nous voulons créer un large mouvement de résistance contre l’austérité dans toute l’Europe.

Nous nous battrons jusqu’au 31 mai pour convaincre les Irlandais de voter ‘Non’. Votre mobilisation aujourd’hui nous donne raison. Les Irlandais ne seront pas isolés s’ils disent à nouveau ‘Non’ à l’austérité. Toutefois, notre lutte ne se termine pas le 31 mai. Quel que soit le résultat du référendum, nous devons nous préparer à lutter contre les coupes budgétaires sauvages à venir. Cette lutte ne peut réussir que si la classe ouvrière à travers toute l’Europe se rassemble pour une résistance unifiée contre l’austérité et pour un avenir décent.

Paul Murphy, député européen – Socialist Party, GUE/NGL


Pour une alternative à l’austérité en Europe

MERCREDI 20 juin 2012 – 19h30 – Garcia Lorca, avec des eurodéputés GUE/NGL & des représentants de diverses coalitions de gauche

Paul Murphy sera présent en tant qu’orateur avec d’autres eurodéputés GUE/NGL & des représentants de diverses coalitions de gauche en Europe pour un grand meeting organisé par Alternatives à Bruxelles (les sections/fédération en Belgique du Parti Socialiste Unifié (Maroc), Izquierda Unida, de Refundazione Comunisti Italiani et Die Linke) en partenariat avec Reprenons nos Communes ( initiative soutenue par le Parti Socialiste de Lutte – Linkse Socialistische Partij, Parti Humaniste et Comité pour une autre politique)


Yiorgos Vassalos, Comité action europe, Initiative de Solidarité à la Grèce qui resiste

Martin Willems secrétaire CNE Bruxelles

Stephanie collaboratrice de l’eurodéputé Paul Murphy au Parlement Européen

Partager :
Imprimer :

Soutenez-nous : placez
votre message dans
notre édition de mai !

Première page de Lutte Socialiste

Votre message dans notre édition de mai