Le désastre du tremblement de terre en Asie. Plus de 30.000 victimes dans une région dévastée

Le Cachemire est la région la plus touchée avec plus de 21000 victimes déjà recensées. Beaucoup de villes et de villages ont été dévastées, des centaines de milliers de personnes attendent toujours pour de l’aide et de la nourriture. On craint que des membres du Socialist Movement (CIO au Pakistan) soient morts.

Rukhsana Manzoor et Khalid Bhatti, membres du Socialist Movement Pakistan à Lahore. 10/10/2005

Les secours qui ont suivi le tremblement de terre dévastateur de la semaine dernière affluent très lentement, et le nombre de morts quant à lui ne cesse de grimper très rapidement. La faible infrastructure du Pakistan et du Cachemire occupé par le Pakistan, a été complètement exposée par ce désastre. Les routes principales dans le district de Hazara, sur la frontière de la province du Nord Ouest et au Cachemire sont toujours bloquées par des continuels glissements de terrain.

Samedi passé, un membre du Socialist Movement nous a appelé de son lit d’hôpital à Lahore en utilisant un GSM emprunté à un docteur. Il nous a appris de terribles nouvelles. Les rapports initiaux nous ont appris que les membres d’une section entière du Socialist Movement ainsi que leurs familles, dans le village de Kalam, sont morts suite au tremblement de terre. Ces informations ne sont pas confirmées. D’autres membres Cachemiris du Socialist Movement, qui vivaient au Pakistan, ont aussi perdu des membres de leurs familles dans leurs villages d’origine.

Cachemire

Le Cachemire occupé par le Pakistan a été terriblement touché par ce tremblement dévastateur. Au moins 21000 morts sont recensés et les chiffres ne cessent d’augmenter alors que l’on continue de compter les corps retrouvés. Les régions les plus touchées sont la capitale, Muzafarrabad, Rawakalot et Bagh ainsi que les districts les entourant. Selon des sources officielles, plus de 10000 morts sont recensés à Bagh. L’entièreté de la ville ainsi que les villages alentour ont été complètement détruits. Aucune opération de secours n’a commencé dans cette région. Des membres du Jammu et du Front de Libération du Cachemire qui ont visité la région pour voir si leur membres étaient sains et saufs nous ont dit qu’il y avait beaucoup plus de morts dans la région que d’hommes en vie. Des commentateurs locaux disent que jusqu’à 30000 personnes ont pu périr seulement dans ce district.

L’armée dit qu’ils n’ont pas été capables d’atteindre ces zones parce qu’il n’y a pas d’hélicoptères disponibles pour les opérations de secours. Les habitants sont toujours ensevelis sous les débris de leurs maisons en attendant des secours. Les écoles et hôpitaux sont détruits. Il n’y a pas d’eau, électricité, d’abris et de nourriture disponible pour les blessés et les quelques survivants. Des pillages prennent place dans la région. Des représentants du gouvernement déclarent que les opérations de secours vont débuter demain !

Profiter de la misère de la population

Le plus dégoutant dans cette terrible situation est de voir comment ils tirent profit de la misère qui existe. Cela remplit la population de rage. Aucun transport normal entre la capitale fédérale Islamabad et Bagh ne roule. Le tarif habituel est de Rs 120.00 (+- 1,60€). Et maintenant, vu que les gens veulent absolument se rendrent jusqu’à leur village, les véhicules sont disponibles à la location. Mais un seul aller coûte maintenant entre Rs 600-800 (10-15 €). Cela représente une augmentation de 600% dans les coûts !

Un représentant de la fondation Edi, qui fournit des ambulances et de l’aide médicale d’urgence, a été interviewé à la télévision et il déclara qu’Edi a réussi à avoir ses deux hélicoptères opérationnels le premier jour du tremblement de terre, pendant que les généraux de l’armée ne se sont pas souciés de fournir des hélicoptères militaires pour des opérations médicales d’urgence. Dans l’interview, il attaqua ironiquement les grosses compagnies pharmaceutiques quand il déclara « On sait que les compagnies pharmaceutiques sont inquiètes d’aider les blessés mais nous n’avons pas besoin de leur ‘type d’aide’ – qui suppose envoyer des médicaments périmés. Nous avons besoin de médicaments qui peuvent être utilisés pour quelques mois ».

Les victimes du tremblement de terre sont essentiellement des femmes, enfants et des jeunes, vu que beaucoup des hommes étaient au boulot. Si les secours tardent encore à arriver, beaucoup de victimes vont succomber de leurs blessures. La population a désespéremment besoin d’aide, aide que les autorités ont jusqu’à maintenant été incapables de fournir. La ville de Rawalakot a aussi été tès sévèrement touchée par le désastre. Sardar Khalid Mehmood, le Président de l’ Association du personnel paramédical du Cachemire, a rapporté que 95% des maisons dans cette ville ont été détruites. Toutes les écoles et les hôpitaux sont endommagés. Celui-ci déclara aussi : « Je suis le seul survivant du personnel d’un hôpital. Je n’ai jamais vu une telle dévastation dans ma vie. Nous sommes sans nourriture, sans médicaments, eau et électricité. Nous avons vraiment besoin de médicaments, vêtements chauds et de tentes. S’il vous plaît aidez nous, sinon nous allons tous mourir. »

Ce centre politique important du Cachemire est complètement détruit. Selon des rapports que nous avons reçus, des milliers de personnes attendent sur les routes pour de la nourriture et de l’aide.

La population essaye tant bien que mal de s’entraider mais il n’y a vraiment que peu de personnes qui sont capables d’aider les blessés. La tâche principale est de fournir des traitements médicaux aux blessés, de dégager les décombres des maisons et de brûler les cadavres.

Le gouvernement a commencé une opération de secours à Muzafarrabad. 80% des maisons de la ville ont été détruites. Quatre cents jeunes filles sont mortes dans une école quand le toit s’est écroulé. Il n’y a pas de route qui relie Muzafarrabad et le reste du Cachemire et du Pakistan à cause des glissements de terrain. Les hélicoptères militaires qui sont disponibles sont utilisés pour secourir les personnes les plus sérieusement blessées. Mais l’armée n’a pas été capable jusqu’à maintenant d’accéder à beaucoup de régions. Plus d’un million de personnes au Cachemire ont passé la nuit passée à l’extérieur sans abri. Beaucoup de personnes tombent malades après avoir été forcées de dormir dehors sous la pluie et le vent. Beaucoup vont devoir encore passer leurs prochaines nuits à l’extérieur.

Ces personnes ont besoin d’aide immédiate pour sauver leur vie. Le gouvernement devrait prendre immédiatement des mesures pour commencer les opérations de secours maintenant, dans toutes les régions, et pas seulement dans la capitale du Cachemire occupé. Attendre plus longtemps met encore plus de vies en danger. Le gouvernement devrait mobiliser toutes les ressources de l’ Etat pour aider les victimes. Il n’y a pas de manque de ressources mais elles devraient être utilisées complètement pour les besoins des victimes de la catastrophe.

La région mantagneuse de Hazara a été aussi salement touchée. La ville historique de Bala Kot a été complètement détruite. C’était une ville avec une population de 100000 habitants. Il n’y a maintenant plus une seule maison qui tient debout. 700 enfants sont morts dans trois différentes écoles à cause de l’écroulement des toits. Ces enfants sont toujours ensevelis en-dessous des décombres. Des villages entiers sont rayés de la carte.

La réponse du gouvernement dans ces régions est inexistante. Une des raisons principales de cela est que les gouvernements successifs ne se sont jamais préparés à une telle situation, même si l’on sait bien que de tels évènements dans la région sont fréquents. Les gouvernements précédents ont coupé dans les budgets d’organisations civiles qui sont responsables de fournir de l’aide dans ces situations. Cette négligence a crée une atmosphère dans laquelle aucun département du gouvernement ou d’association n’est capable de faire quoique ce soit sans l’aide de l’armée. Il n’y a pas de centres d’urgence au niveau local qui peut fournir de l’aide immédiate.

Le Socialist Movement organise l’aide (Mouvement Socialiste du Pakistan, section sœur du MAS au Pakistan)

Le Socialist Movement (CIO au Pakistan), le TURC (campagne pour les droits des syndicats au Pakistan et au Cachemire) ainsi que le Socialist Libération (Libération Socialiste – CIO au Cachemire) ont commencé une campagne pour récolter des médicaments, de la nourriture, des vêtements et des tentes. On a été capable de récolter et acheter du matériel pour environ Rs 800,000 rupees (+- 1200 euros), en une seule journée, ce qui exprime en pratique la solidarité des travailleurs. Nous avons aussi lancé un appel au sein des syndicats pour faire des dons généreux pour cette campagne. Demain, nous planifions d’envoyer un premier camion rempli d’aide à Bagh et Rawalakot. Bien sûr, cela n’est qu’une goutte dans un océan, vu ce qui est nécessaire. Nous continuerons cette campagne et nous allons l’étendre aux écoles et collèges.

La colère envers le gouvernement ne cesse d’augmenter. La complète incapacité de celui-ci à fournir les fonds nécessaires ces dernières années aux agences de défense civile et aux services d’urgence est clairement dévoilée. Il y a aussi énormément de rancœur contre les puissances impérialistes occidentales qui ont fournit des cacahuètes par rapport à l’aide nécessaire. Par exemple, les gouvernements US et Britanique ont promis respectivement $100,000 et £100,000. Et on remarque que l’administration Bush a dépensé plus de $66 milliards dans leurs opérations militaires en Afghanistan. Suite à un appel des autorités pakistanaises, l’administration américaine a accepté d’envoyer une petite dizaine d’hélicoptères pour intervenir dans les régions dévastées. Mais ils en ont bien plus à leur disposition pour les opérations militaires à l’encontre des Talibans.

C’est en fait une situation pareille qui rend vitale la réponse des socialistes, activistes et syndicalistes. Les membres du Socialist Movement actifs dans la campagne pour les droits des syndicats lance une campagne internationale pour fournir de l’aide directe aux travailleurs, syndicalistes et leurs familles touchées par le tremblement de terre.

Cette aide sera aussi utilisée pour aider à renforcer, construire et reconstruire les syndicats dans les régions affectées. Ceux-ci pourront faire campagne pour une véritable réponse des autorités, et contre la corruption et ceux qui profitent de la situation. Nous savons tous que c’est souvent le cas avec les sommes récoltées par les capitalistes au niveau international. Ce terrible désastre a majoritairement fait des victimes au sein de la classe ouvrière et chez les pauvres. Mais cela a aussi montré l’esprit de solidarité de la classe ouvrière, de par l’aide fournie par les travailleurs aux zones dévastées. Le tremblement de terre a aussi démontré clairement le mépris de la classe dirigeante et des puissances impérialistes vis-à-vis des vies de la majorité de la population. Si il nous fallait encore un argument pour en finir avec le système dans le quel on vit, le voici !!

Partager : Imprimer :