Action de protestation : 5 militants arrêtés – Proposer un journal politique : interdit à Liège ?

Ce vendredi, un groupe militants du PSL qui militait au centre-ville a été administrativement arrêté pour avoir proposé notre mensuel  »Lutte Socialiste » et avoir distribué des tracts. Nous protestons contre cette atteinte manifeste à la liberté d’expression politique.

Ce vendredi 13 avril, à 16h, venez nous soutenir devant l’Hôtel de Ville, place du Marché, pour une nouvelle distribution militante.

Le bourgmestre Willy Demeyer (PS) s’est défendu en affirmant qu’il était nécessaire de demander une autorisation préalable des autorités communales pour distribuer des tracts politiques, sans toutefois pouvoir préciser quel est le délai avant d’avoir cette autorisation, et nous craignons que ne règne l’arbitraire le plus total à ce sujet. Pour Mr Demeyer, cette autorisation existe afin de s’assurer qu’il n’y ait pas de diffusion de propos racistes, haineux, terroristes,… Mais il ne fallait pourtant pas regarder longtemps nos tracts pour constater qu’il s’agissait d’un simple appel à participer à un week-end de discussions politiques. D’autre part, Mr Demeyer lui-même avait reçu ce tract quelques minutes seulement avant l’intervention de la police et avait pu s’apercevoir que notre matériel respectait ces conditions.

Soutenez la presse alternative ! Soutenez les médias qui relayent et défendent les luttes des travailleurs ! Placez un vœu de mai dans l’édition de mai de Lutte Socialiste

  • En savoir plus

Ensuite, le bourgmestre parle de la propreté de la ville. Nous nous sentons bien entendu concernés par cette question et pensons que ce n’est pas en interdisant la diffusion de tracts que l’on peut résoudre ce problème. Que fait la commune contre la pollution, notamment des entreprises ? Quels sont les moyens alloués à la protection de l’environnement, au ramassage des déchets,… ? Concernant la propreté de la ville, nous disons oui à plus de moyens publics et non à la répression politique !

Nous ne disposons pas des moyens qu’a le PS et les autres partis traditionnels, ni de l’ouverture qu’ils ont dans les médias. Et l’on voudrait maintenant limiter nos interventions politiques en rue ? Nous sommes d’ailleurs très curieux de voir comment les choses se passeront lors des élections communales, quand les divers candidats des partis traditionnels distribueront massivement sur les marchés et en rue de simples cartes portant quasi uniquement le nom du candidats. Deux poids deux mesures ?

Il est intolérable que le droit démocratique de diffuser une opinion politique par voie de presse et de tracts soit bafoué de cette façon. Demander une autorisation avant de militer ? Comment dès lors réagir rapidement face à l’actualité ? Cela revient à sérieusement limiter le droit à l’expression politique, droit pourtant garanti par la constitution.

Le PSL condamne fermement cette arrestation qui n’est qu’une tentative d’intimidation à l’égard d’opposants politiques, sous le couvert de la ‘’législation’’. Nous condamnons cette atteinte à la liberté d’expression et à la liberté de la presse, et vous invitons à venir nous soutenir ce vendredi, à 16h, devant l’Hôtel de Ville.

Partager :
Imprimer :

Soutenez-nous : placez
votre message dans
notre édition de mai !

Première page de Lutte Socialiste

Votre message dans notre édition de mai