Nouvelles du PSL/LSP, un parti pour changer de société

Meeting en ligne des Etudiants de Gauche Actifs // La pandémie silencieuse : la crise de la santé mentale

Ce Jeudi 19 novembre à partir de 19h

En cette deuxième vague, nous connaissons probablement tous des personnes qui ont été infectées, si ce n’est nous-mêmes. Mais alors que la pandémie de coronavirus est maintenant une réalité, il y a une autre pandémie dont on ne parle pas mais qui fait beaucoup de dégâts : celle de la crise de la santé mentale.

Avec les mesures sanitaires qui ont limité la vie sociale au strict minimum et le télétravail comme norme, les problèmes psychologiques s’accumulent, en particulier chez les jeunes.

  • 80% des étudiants déclarent se sentir partiellement ou totalement fragilisés, notamment en raison de la solitude ou d’une impression d’être inutile.
  • 8% des personnes de 18 ans et plus ont sérieusement pensé à mettre fin à leur vie pendant la première vague, et 0,4 % ont tenté de le faire. Que peut-il alors en être aujourd’hui et qu’en sera-t-il par la suite ?

Avant le virus, la situation était déjà critique. Le changement climatique laissait peu d’espoir aux jeunes en un avenir. Le gouvernement n’a pas bougé à l’époque malgré des manifestations de masse, pourquoi en serait-il autrement aujourd’hui ? Comment vivre dans un système dans lequel nous n’avons aucun contrôle, tant sur le monde que sur nos vies ?

Tout comme il est nécessaire d’endiguer le virus, il est nécessaire de mettre en place des mesures face aux problèmes de santé mentale !

Mais à l’heure d’une pandémie mondiale et alors que la plus grande crise économique de l’histoire du capitalisme est à notre porte, ce système est-il capable de sortir de ses contradictions et d’apporter des solutions ?

Comment résoudre cette crise ? En quoi est-t-elle en lien avec le capitalisme ? Venez en discuter avec nous ce jeudi à 19h !

Pourquoi j’ai rejoint le PSL : réponse de Laure, Bruxelles

Vais-je rejoindre le PSL ? Peut-être vous posez-vous la question. D’autres sont également passés par là, pourquoi ne pas regarder ce qui leur a fait prendre cette décision ?

« Issue d’une famille assez politisée (mère et père ayant tous deux fui des dictatures – Espagne et Chili), j’ai, depuis toute petite, ressenti une profonde indignation face à la misère et à l’injustice. J’ai vite eu la conviction que cet ordre injuste n’avait rien de « normal », de « naturel » et que dès lors il n’était pas immuable. Pas de résignation, pas de fatalisme.

« J’ai choisi d’être prof de français car, pour moi, l’École est un lieu éminemment politique. ll me semblait aussi que l’Institution scolaire ne doit surtout pas être laissée aux mains des réactionnaires, adeptes de l’autorité, qui instillent dans le cerveau des enfants et des jeunes une idéologie du repli sur soi, du rejet des autres, de la compétition, de l’uniformisation, de l’utilitarisme, etc. et qu’il est donc du devoir des progressistes d’investir l’École et de s’y engager pleinement. C’est sur mon lieu de travail, sur le terrain, dans l’action, dans mes classes que mon engagement politique s’est renforcé, par le contact permanent et enrichissant avec les jeunes, mais aussi par le biais des combats syndicaux que nous avons pu mener, collègues, camarades et ami.es, notamment en 2014 contre les mesures d’austérité du gouvernement Michel 1er. Au gré des manifs, des actions syndicales diverses, j’ai fait la rencontre de militant.es engagé.es au PSL dont je partageais les analyses et les revendications.

« J’ai d’abord rejoint la Campagne ROSA car j’ai senti une urgence à agir concrètement et collectivement contre le sexisme et toutes les violences qui en découlent ; puis, le PSL car dans une perspective révolutionnaire, l’outil politique du parti me semblait indispensable pour construire, de manière collective, organisée, démocratique, une alternative à l’ordre capitaliste injuste et violent.

« Mon engagement, je le résumerais en reprenant la phrase d’une grande figure révolutionnaire, institutrice de profession, Louise Michel : « Apprendre toujours, partager ce savoir, soulager la misère et pour cela prêcher la révolution. »

[button link= »https://docs.google.com/forms/d/1AANW0tSUuOlej8Y4-ct6kTEnbsZBpj-8nRhqPk-vnlo/viewform?fbclid=IwAR3TO2iSeq8D7WDKFP2uF7QkO-dQKbnN5TKmmEMl5T4gmfZKoWNuyd-sEH8&edit_requested=true » type= »big » color= »red »] => Contactez nous pour nous rejoindre [/button]

Édition digitale de ‘Lutte Socialiste’

Le discrédit des médias traditionnels atteint des proportions inédites. Soutenez une presse alternative résolument du côté des luttes sociales, des travailleuses et travailleurs et de la jeunesse !

[button link= »https://nl.marxisme.be/product/digitale-editie-van-de-linkse-socialist/ » type= »big » color= »red »] => Achetez une version digitale de notre journal[/button]

Rassemblement pro-choix et actions autour du 25 novembre

Ce 11 novembre, nous avons participé à un rassemblement à Bruxelles en solidarité avec les luttes en Pologne en faveur du droit à l’avortement et contre le régime du parti au pouvoir, le PiS.

Autour du 25 novembre, Journée internationale de lutte pour les droits des femmes, la Campagne ROSA participera ou organisera différentes actions à travers le pays. De grandes manifestations seront hélas impossibles, mais de petites actions seront mises sur pied.

Actions déjà planifiées (dans le respect des mesures sanitaires)

Mise à jour régulière de cette liste (dernière mise à jour 13/11/2020) – Contactez nous pour les infos pratiques !

  • Bruxelles : dimanche 22 novembre 12h30 – Gare Centrale – action à l’initiative de la plateforme Mirabal // semaine d’actions autour du 25 novembre – à l’initiative de la Campagne ROSA.
  • Liège : dimanche 22 novembre 12h30 – Place Saint Lambert – action à l’initiative de la plateforme Mirabal // mercredi 25 novembre 15h – action à l’initiative de la Campagne ROSA.
  • Bruges : mercredi 25 novembre 18h – ‘t Zand – action à l’initiative de la Campagne ROSA.
  • Gand : mercredi 25 novembre 19h – Sint-BaafspleinAction – action à l’initiative de la Campagne ROSA.
  • Alost : mercredi 25 novembre 19h – action à l’initiative de la Campagne ROSA.
  • Dendermonde : mercredi 25 novembre 18h – Stationsplein – action à l’initiative de la Campagne ROSA.
  • Eeklo : mercredi 25 novembre 19h30 – Markt – action à l’initiative de la Campagne ROSA.
  • Deinze : mercredi 15 novembre 18h – Sint-Poppoplein – action à l’initiative de la Campagne ROSA.
  • Anvers : dimanche 22 novembre 12h30 – Justitiepaleis – action à l’initiative de la plateforme Mirabal //samedi 28 november 14h00 – Keyserlei ( gare d’Anvers centrale) – action à l’initiative de la Campagne ROSA.
  • Louvain
Partager :
Imprimer :
Première page de Lutte Socialiste