Les travailleurs de Colruyt montrent les dents

Colruyt : Grève au magasin de Chênée ce lundi 19. Photo : Setca Liège

3 magasins ont mené des actions de grève la semaine dernière et d’autres actions sont prévues la semaine prochaine. La raison de ce mouvement de grèves tournantes : le refus de la direction de prolonger les accords pris en juin (dits accords « corona ») augmentant le montant des chèques-repas, attribuant des temps de pause supplémentaire et des aménagements de carrières pour les plus de 45 ans.

Par Simon (Liège)

Alors que nous sommes en pleine deuxième vague d’épidémie de covid 19, les métiers essentiels que l’on couronnaient du titre de héros lors du confinement ne méritent manifestement plus d’être revalorisés, même faiblement.

Dans le même temps, les profits des grandes enseignes du secteur de la distribution explosent.

Les actionnaires (la famille Colruyt représente la 5ème plus grande fortune de Belgique) pensaient continuer à encaisser les dividendes à l’abri de leurs bureaux mais les travailleurs de première ligne exigent légitimement une compensation pour les risques qu’ils prennent quotidiennement.

Les travailleurs de Colruyt réclament également le renforcement des mesures sanitaires alors que les cas de contagions se multiplient dans les magasins.

Comme c’est souvent le cas depuis le début de la crise sanitaire, managers du public comme du privé hésitent à prendre leurs responsabilités et à mettre en place les mesures nécessaires afin de limiter la propagation du virus : dans les écoles, les usines, les magasins, c’est la pression du mouvement des travailleurs qui les imposent.

La grève chez Inbev il y a quelques semaine en est un exemple éclatant que les travailleurs de Colruyt suivent avec raison : seul le rapport de force permettra de faire passer nos vies avant les profits.

Partager :
Imprimer :
Première page de Lutte Socialiste