Un enseignement sûr pour toutes et tous ?

Toutes les écoles ouvrent à temps plein ce 1er septembre. Mais avec quel contrôle, quelle adaptation au taux d’infection et quelles répercussions pour la santé des enseignants et celle des élèves ? Le personnel et les élèves doivent s’organiser afin de pouvoir décider de la réouverture des écoles.

Par Frede (Bruges)

Tout comme pour la sortie du confinement, le maintien de l’économie est la principale motivation derrière la réouverture complète des écoles. Les autorités veulent que tout le monde reprenne le travail le plus rapidement possible, et les enfants des écoles primaires devraient donc certainement pouvoir retourner à l’école à plein temps. Lors de la réouverture des écoles fin mai, 1/3 des écoles primaires n’ont pas pu respecter les règles de sécurité de manière optimale. Il n’en ira pas différemment aujourd’hui.

C’est la « Belgian Pediatric Covid-19 Task Force » (qui regroupe des pédiatres, des psychiatres, des psychologues et du personnel infirmier) qui, par une lettre ouverte, a demandé que la réouverture des écoles soit la priorité principale. Mais un élément de celle-ci a mystérieusement disparu de la plupart des comptes-rendus : ‘‘Les écoles doivent recevoir les moyens, tant logistiques qu’humains, pour permettre une totale réouverture et offrir une éducation à plein temps à TOUS les enfants.’’ Il s’agit pourtant d’un élément fondamental. En raison du sous-financement chronique de l’enseignement, les bâtiments sont en mauvais état, il y a trop peu de toilettes et de lavabos qui fonctionnent, des clases trop remplies sont à peines ventilées,… La pénurie d’enseignants implique également que les élèves ne peuvent pas bénéficier d’un soutien individuel suffisant pour compenser les désavantages de l’année dernière en matière d’apprentissage et met une pression énorme sur les enseignants.

La réouverture des écoles est particulièrement risquée pour les enseignants et les élèves les plus âgés. Ils doivent soudainement quitter leur bulle de cinq pour se rendre dans une école qui compte des centaines d’élèves. Le système de test et de traçage ne répond pas aux besoins actuels. Des tests répétés et rapides sur toutes les personnes franchissant la porte de l’école pourraient permettre d’isoler les foyers d’infection. Pour que la réouverture des écoles soit sûre, il faut recruter davantage de personnel, investir immédiatement dans les infrastructures (sanitaires mais aussi pour des salles de classe et des écoles supplémentaires) et fournir des transports publics plus nombreux et de meilleure qualité pour éviter les bus, trams et métros bondés.

La rentrée scolaire s’inscrit dans un contexte de taux d’infection relativement élevé. L’enseignement à distance à temps partiel ne sera donc pas une exception dans les écoles secondaires à partir de la deuxième semaine. Tout comme l’année scolaire précédente, pour de nombreux élèves, l’enseignement à distance signifie qu’ils n’auront pas ou difficilement accès à l’enseignement. Tout le monde ne dispose pas d’un endroit tranquille ou des moyens optimums (PC, internet). Tous les parents ne peuvent pas aider leurs enfants (ils doivent travailler eux-mêmes, ne maîtrisent parfois pas la langue,…) et tous n’ont pas une situation familiale stable. Il n’y a pas non plus de solution pour les leçons pratiques et les stages.

Notre enseignement exige de toute urgence d’avoir plus de moyens, afin que celle-ci puisse être organisée efficacement, physiquement ou en ligne, le cas échéant, en fonction de besoins spécifiques. Tous les élèves doivent pouvoir participer en toute sécurité à un enseignement de qualité. L’énorme charge de travail des enseignants doit être réduite en rendant la profession à nouveau attractive et en recrutant massivement du personnel enseignant.

A la rentrée, la santé et les besoins des enseignants et des élèves doivent être prioritaires, et non la course au profit de quelques-uns, raison pour laquelle l’école est devenue un refuge ‘‘gratuit’’ (sauf pour, les parents qui doivent s’acquitter de frais scolaires de plus en plus conséquents). Les enseignants et les élèves doivent décider ensemble de la réouverture des écoles. Pour une décision démocratique et commune sur la réouverture de nos écoles et l’égalité des chances en matière d’éducation pour tous ! Des investissements publics massifs dans l’enseignement, maintenant !

Rejoignez les Etudiants de Gauche Actifs et défendez un enseignement sûr, accessible et de qualité pour toutes et tous !

Partager : Imprimer :