Grève générale : Rapport et photos des piquets du sud de Bruxelles

À Bruxelles aussi, la grève générale en front commun s’est avérée très positive. Les militants du PSL sont allés à la rencontre des travailleurs en lutte sur différents piquets, leur apportant ainsi leur soutien.

Par Stéphanie (Bruxelles)

À la SNCB, les cheminots ont montré leur mécontentement par leur nombre et ce, malgré le fait qu’une mesure adoptée en 1981 visant à miner la solidarité et le mouvement de grève avait fait sa réapparition. Cette mesure implique qu’en temps de grève, un cheminot a le droit de se présenter dans n’importe quelle gare belge afin d’y prester ses heures de travail et d’ainsi obtenir son salaire. Il faut croire que la colère des travailleurs des chemins de fer était plus forte que les manœuvres gouvernementales.

Dans le dépôt d’Inbev, c’est la quasi-totalité des travailleurs qui avait décidé de stopper son activité ce lundi. Cette détermination était en partie due à la colère qu’a engendré le plan de restructuration mis en place en septembre dernier et prévoyant la suppression de 240 emplois.

La majorité des travailleurs d’Imtech à Anderlecht ont eux aussi arrêté le travail durant 24 heures. Ils se sont plaints, entre autres, de la pression que leur faisait subir leur employeur avec un système de suivi des déplacements de leur véhicule. Malgré 7 jours de grève au sein de la société, ce système a été maintenu et a engendré des pertes de salaires pour des retards dus aux embouteillages.

L’entreprise AutoVision, sous-traitante de l’usine Audi, est installée depuis 4 ans à Bruxelles. Elle regroupe 330 jeunes travailleurs exerçant un emploi aux conditions exécrables et avec un salaire horaire de 5 à 6 euros moindres que chez Audi. Chez Autovision comme chez Audi, les travailleurs ont tenu à lutter pour faire part de leur rage face à la situation intenable à laquelle ils sont confrontés.

Audi

Imtech

InBev

Bruxelles X

Gare du midi

Partager :
Imprimer :

Soutenez-nous : placez
votre message dans
notre édition de mai !

Première page de Lutte Socialiste

Votre message dans notre édition de mai