Le mouvement antiraciste historique touche également la Belgique

Bruxelles

Combattons le racisme et la division par la solidarité !

Ce week-end a été marqué par plusieurs mobilisations contre le racisme. Après les États-Unis et d’autres pays, ce fut au tour de la Belgique. Plusieurs actions ont eu lieu samedi et dimanche, avec comme point d’orgue un grand rassemblement à Bruxelles où plus de 10.000 personnes étaient présentes.

Anvers

La violence policière raciste aux États-Unis provoque la colère, mais le mouvement qui lui fait face est source d’inspiration. Cela pouvait notamment se voir sur les centaines de pancarte artisanales. La mobilisation est bien entendu alimentée par le racisme qui existe dans notre pays. Les références à la violence policière mortelle en Belgique n’ont pas manqué. Mais cela au-delà. Notre pays obtient des résultats particulièrement mauvais pour toutes les statistiques concernant les inégalités reposant sur l’origine. Enseignement, logement, emploi,… dans tous ces domaines, la discrimination est monnaie courante et, au fil du temps, les inégalités existantes sont exacerbées plutôt que comblées. La politique d’austérité menée ces dernières années n’a fait qu’aggraver la situation.

Il était important que le mécontentement à ce sujet se manifeste dans la rue. L’action collective est essentielle pour exprimer ce qui vit parmi la population et faire passer un message. Cela peut construire un élan pour de nouvelles actions et même pour la naissance d’un mouvement durable. Le racisme – comme le sexisme – ne doit pas seulement être dénoncé, il doit être activement combattu ! Les actions en cours dans le monde entier constituent une source d’inspiration pour nous organiser et pour construire un mouvement antiraciste puissant en Belgique également.

Il était prévisible que des critiques seraient formulées au sujet des difficultés de respecter les règles de distanciation sociale. Cela détourne l’attention des raisons de la colère. En même temps, bien sûr, nous devons tenir compte des mesures sanitaires : la recherche de profits inhérente au capitalisme a rendu les autorités très tardives et inadéquates dans leur réponse à la crise sanitaire, ce qui en a aggravé les conséquences. La plupart participants étaient au courant des mesures sanitaires et portaient un masque. Les règles de distanciation, en revanche, étaient plus difficiles à respecter en raison du taux de participation particulièrement élevé, ce qui n’a toutefois pas été une surprise.

Emmanuel André, ancien porte-parole de la lutte contre le coronavirus, a déclaré sur twitter : « Si le #racisme n’existait pas, 10.000 personnes n’auraient pas du rappeler à #Bruxelles que nous sommes tous égaux. A ces personnes, je demande de respecter strictement les gestes barrières pendant 15 jours et de continuer leur combat toute leur vie. » Le conseil est excellent, tant au sujet de la lutte contre le coronavirus que concernant le combat antiraciste.

Comment poursuivre ce combat et l’intensifier après les mobilisations de ce week-end ? Il s’agit d’un mouvement de masse historique contre le racisme structurel et la violence policière, mais aussi contre la misère sociale, le chômage, la pauvreté ; bref, contre le désespoir du capitalisme. Malcolm X disait : « Il ne peut y pas avoir de capitalisme sans racisme ». Il a expliqué que le système capitaliste repose sur l’exploitation et la discrimination. Les capitalistes et leurs politiciens ont peur que nous nous unissions pour lutter contre l’inégalité. C’est pourquoi ils nous divisent et nous montent les uns contre les autres, en fonction de notre couleur de peau, de notre origine, de notre genre,…

Le racisme est une réalité quotidienne en Belgique également. Discrimination sur le marché de l’emploi, sur le lieu de travail, sur le marché locatif, etc. Contrôle au faciès, intimidation, harcèlement et violence raciste policière. Cette brutalité policière conduit également au meurtre. Nous exigeons que justice soit rendue à Semira, Mawda, Mehdi, Adil et à bien d’autres victimes du racisme et de la répression. Il faut des réponses sociales aux problèmes sociaux : pas de répression policière mais un plan d’investissements massif dans l’enseignement, les soins de santé et pour des emplois décents. Faisons payer la crise aux riches !

Organisons-nous pour combattre le racisme par la solidarité ! Solidarité entre toutes les communautés opprimées de cette société capitaliste. Solidarité entre tous les travailleurs, avec ou sans emploi, quelle que soit leur origine, dans une lutte menée en commun pour de vrais emplois et des salaires décents. L’unité dans la lutte nous permet de combattre efficacement ce système d’exploitation capitaliste et l’impérialisme, éliminant ainsi les racines du racisme.

  • Pas d’impunité pour les assassins de George Floyd.
  • Stop au racisme et à la brutalité policière.
  • Refusons la stratégie de “diviser pour régner” du gouvernement et des partis capitalistes.
  • Combattons pour des emplois décents, un salaire minimum de 14 € / h & un logement abordable pour toutes et tous.
  • Solidarité entre tous les travailleurs et travailleuses, avec ou sans emploi, avec ou sans papiers.
  • “Il n’y a pas de capitalisme sans racisme.” Nous devons lutter contre le système d’exploitation économique capitaliste.
  • Pour une société socialiste, débarrassée de l’avidité des riches, reposant sur la collectivité des richesses. Une société qui n’a pas besoin de diviser pour régner. Une société sans exploitation ni discrimination.
Liège

Foto’s van de actie in Brussel:
[embed-google-photos-album https://photos.app.goo.gl/hbXG77Gr8ro71sVm7]

Foto’s van de actie in Antwerpen (door Liesbeth):
[embed-google-photos-album https://photos.app.goo.gl/GgqEZY6kJsZ5UfndA]

Partager :
Imprimer :
Première page de Lutte Socialiste