Lancement d’un réseau féministe socialiste international ROSA

Jane Barros, membre du Bureau femmes international d’Alternative Socialiste Internationale (ASI) et de la section brésilienne d’ASI, revient sur le lancement de ce réseau.

“Aux quatre coins du monde, les femmes luttent contre la violence, la discrimination et l’oppression. Partout, nous nous opposons à la société sexiste et capitaliste qui nous attaque et veut nous attribuer un rang inférieur. Ces dernières années, les attaques ainsi que les luttes se sont intensifiées suite à la crise économique qui a débutée en 2008 et qui s’est traduite par d’énormes coupes budgétaires et des réductions de nos droits, rendant la vie plus difficile à la classe ouvrière et, plus durement encore, aux femmes.

‘‘En Pologne, les femmes sont descendues dans la rue contre le recul de la loi autorisant l’avortement légal. Dans l’État espagnol, elles organisent le 8 mars une journée de grève autour d’un programme d’extension des droits sociaux et économiques. En Inde, des millions de femmes ont manifesté contre les violences et des centaines de milliers ont formé une chaîne humaine contre des discriminations leur interdisant l’entrée d’un temple. En Irlande, elles ont obtenu le droit à l’avortement. Au Soudan, au risque d’être violées, les femmes étaient dans la rue aux premiers rangs du mouvement de masse contre la dictature. En Argentine, elles sont sorties par dizaines de milliers, pour défendre la vie des femmes et la légalisation de l’avortement. Au Brésil, plus d’un million de femmes ont manifesté contre le président d’extrême droite Bolsonaro en 2018. Au Chili, la contestation initialement dirigée contre l’augmentation du prix du métro a rapidement pris un caractère insurrectionnel, avec de jeunes filles et des femmes une fois encore en premières lignes.

‘‘L’offensive contre les femmes a une envergure mondiale. Le capitalisme a déjà révélé qu’il est incapable d’exister sans s’appuyer sur le machisme et la misogynie. Il est essentiel de construire ensemble une issue hors de ce système. Nos spécificités, nos différences culturelles et nos exigences ne sont pas différentes face aux attaques du capitalisme. Même de petites conquêtes sociales passées sont menacées alors que le système a besoin de se réorganiser, comme l’illustrent les coupes budgétaires dans les services publics dans l’éducation, dans la santé, la fermeture des centres IVG ou encore des réseaux d’aide aux femmes victimes de violence. Au Brésil, ce budget a été réduit à néant.

‘‘Nous voulons construire l’aile socialiste féministe des mouvements contre l’oppression des femmes et ce au niveau international. C’est pourquoi, en janvier, lors du Congrès mondial d’Alternative Socialiste Internationale (ASI), dont le PSL est la section belge, nous avons décidé de lancer un réseau ROSA international. La Campagne ROSA en Belgique existe depuis maintenant 3 ans, à l’exemple de la campagne pionnière ROSA en Irlande. D’autres initiatives de ce genre ont depuis été lancées par différentes sections d’ASI, dans les traces de la pionnière socialiste Rosa Luxemburg et de l’héroïne de la résistance antiraciste Rosa Parks. Il est maintenant temps de nous coordonner et, à partir de nos luttes locales, de nous renforcer mutuellement pour être plus aptes à vaincre ce système capitaliste !’’

Partager :
Imprimer :
Première page de Lutte Socialiste