Défendons le droit à l’avortement !

Ce vendredi 16 décembre, une dizaine de militants anti-avortement, les ‘’pro-vie’’, comme ils se dénomment, s’étaient donné rendez-vous en face du planning familial Aimer Jeunes dans le centre de Bruxelles, rue Saint-Jean Népomucène. Leur objectif : culpabiliser les femmes qui viennent consulter pour une IVG. Leurs armes : des prières et des pancartes géantes mensongères représentant des fœtus. Face à cette agression faites aux patientes et aux travailleurs du planning familial, une soixantaine de personnes avaient répondu présent pour protéger le libre accès au planning familial.

Rapport par Stéphane P., photos et vidéos par Pablo V.

On a pu y voir une grande solidarité : femmes, hommes, homosexuels, trans, jeunes, moins jeunes, militants antifascistes, associations de femmes telles que ‘‘Les femmes pour la paix’’, tous se sont soudés les coudes pour protéger le planning familial.

Les anti-avortement n’étaient qu’une dizaine, mais il ne faut pas sous-estimer la force et le danger qu’ils représentent. Ils s’inscrivent dans un mouvement plus large qui s’étend en Europe, en Amérique du Nord et partout dans le monde où l’Eglise catholique est présente. Dimanche dernier, le 11 décembre, ils étaient 7000 à manifester à Paris sous la bannière ‘‘La France est chrétienne et doit le rester’’, revendication mise aussi en avant par l’extrême-droite française.

En mars dernier, à Bruxelles, ils étaient 3.000 à défiler et à répandre leurs idées nauséabondes. Tous les samedis, ils sont dans la rue Neuve à Bruxelles où ils distribuent des tracts mensongers sur l’IVG armés de leurs pancartes géantes représentant des fœtus. Ces soi-disant ‘’pro-vie’’, sont une menace et une agression des droits fondamentaux des femmes, tel que l’IVG et des droits des LGBT (Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Transgenres). Derrière un message de ‘’vie’’ (?) et des prières, ils cachent un discours sexiste, homophobe et raciste. Ne les laissons pas répandre leur haine dans nos rues, quartiers et villes. Il est plus que temps de créer des liens avec toutes les organisations progressistes femmes, LGBT, les syndicats, les collectifs,… pour barrer le chemin à l’intégrisme religieux et au fascisme.

Le PSl était présent et a notamment distribué un tract de sa commission femmes qui disait notamment:  »L’avortement est toujours une décision difficile, pour chaque femme. La décision est souvent dictée par des problèmes financiers ou un manque de perspectives d’avenir pour l’enfant. Nous défendons le droit à l’avortement, le droit des femmes à disposer de leur corps. Parallèlement, nous luttons pour assurer que les femmes ne doivent pas faire un choix pareil pour des raisons financières. Nous devons aller contre le fait que la société se décharge de ses responsabilités quant à l’enfance sur le dos des mères. Il faut aussi répondre à la pénurie de centres d’avortement. Il faut riposter contre le retour des militants antiavortement. Le 25 mars prochain, il y aura une nouvelle ‘Marche pour la vie’ des anti-avortement. Nous organisons, avec d’autres, une contre-action. Cela peut être un point de départ pour une campagne qui défend le droit au libre choix et s’opposant donc au retour de la droite religieuse. »

D’autre part, un autre tract était aussi distribué par nos soins, de la commission LGBT du PSL.

Les pro-choix défendent le planning familial from socialisme.be on Vimeo.

Partager :
Imprimer :
Première page de Lutte Socialiste