Home / Social / Ecologie / Grèce. la jeunesse en lutte contre l’incinérateur de Volos

Grèce. la jeunesse en lutte contre l’incinérateur de Volos

Par Xekinima, section du CIO (Majoritaire) en Grèce

Rythme, vivacité, enthousiasme et impressionnante participatio ont été les principales caractéristiques de la manifestation des élèves du 21 novembre dernier contre l’incinération des déchets par la cimenterie Lafarge à Volos, contre la pollution de l’air de la ville et contre le projet des autorités municipales de Volos de construire une usine de « Combustibles solides récupérés ».

Il s’agit d’un procédé de traitement des déchets par déshydratation, condensation et incinération avec un très haut niveau d’émissions plastiques, de métaux lourds et e particules cancérigènes. Les manifestants exigent un traitement écologique des déchets sous propriété publique.

Les élèves ont commencé à arriver à la place de la Liberté vers 10 heures et, à 11 heures, plus de 2.000 élèves ont commencé à manifesté dans les principales artères de la ville. En de nombreuses occasions, des personnes plus âgées qui passaient près de la manifestation ou qui la regardaient des trottoirs ont exprimé leur soutien en applaudissant les jeunes manifestants.

Des étudiants du supérieur ont également participé à la manifestation en compagnie d’enseignants des écoles secondaires de la ville, dont le syndicat avait demandé un arrêt de travail de trois heures pour soutenir la mobilisation. Quatorze écoles sur vingt étaient également occupées par des élèves le même jour !

C’est sans aucun doute le dynamisme des élèves qui a donné le ton à la manifestation. Avec des tambours, des slogans pleins d’esprit, des pancartes faites à la main, des banderoles de plusieurs écoles et des pancartes de la « Section Jeunesse » du « Comité d’action des citoyens de Volos », les élèves ont crié qu’ils veulent vivre dans un environnement sain.

Les principaux slogans étaient « Air toxique ? Non merci », « L’air est pollué, l’éducation coûte cher, votre croissance est toxique », « Non à l’incinération des déchets au profit des multinationales », « Dans votre système nous n’avons pas la santé, nous rêvons d’une société différente », « Nous voulons rendre le monde meilleur, non à l’incinération des déchets », « Vous parlez de profits et de pertes, nous parlons des vies humaines » etc.

Cette manifestation massive et réussie est le résultat du travail acharné de la Section Jeunesse du Comité d’action de Volos. La Section jeunesse a tenu une série de réunions publiques et a réussi à organiser une campagne militante dans les semaines précédant la manifestation. Au cours de cette période, environ 4 000 tracts ont été distribués dans la plupart des écoles, des centaines d’affiches ont été posées, des banderoles ont été placées et même une courte vidéo a été créée par les élèves eux-mêmes. La mobilisation a été bien couverte par les médias nationaux.

Une fois de plus, la communauté locale et les jeunes ont démontré qu’ils sont pleinement conscients des grands risques sanitaires posés par l’incinération des déchets et qu’ils sont déterminés à lutter pour y mettre fin. Il est également clair que les manifestations de masse de la jeunesse contre le réchauffement climatique et les bouleversements de masse dans un certain nombre de pays ont eu un impact sur la jeunesse grecque.

Il s’agit désormais de construire une organisation démocratique du mouvement, basée sur un réseau de comités d’action dans chaque école en lien avec les travailleurs et les autres couches de la population de Volos et de la région environnante, et d’élaborer un plan bien élaboré pour que le mouvement puisse poursuivre la lutte en vue de mettre fin à l’incinération des déchets. En même temps, il faut tirer une conclusion claire que la racine du problème, c’est le système lui-même. Le capitalisme fait passer le profit avant l’environnement et la santé publique. C’est pourquoi il faut s’organiser et se battre pour renverser le capitalisme et en finir avec le règne des grandes entreprises privées.

Les partisans de Xekinima jouent un rôle très actif au sein de la Section Jeunesse, comme ils le font au sein du Comité d’action de Volos. L’idée de voir les élèves sortir de l’école et faire une grève scolaire a été proposée par les partisans de Xekinima qui sont actifs au sein du Comité Jeunesse. En même temps, Xekinima évoque la nécessité de se lier à la classe ouvrière et de planifier une grève générale de toute la ville, et souligne bien sûr la nécessité d’une lutte contre le système capitaliste et pour une société socialiste libre et démocratique.