Le régime organise un massacre mais se heurte à la résistance des masses

Le régime organise un massacre mais se heurte à la résistance des masses

En cet instant, le régime dictatorial du président Nazarbayev massacre ses opposants. Aujourd’hui, c’est le 20e anniversaire de l’indépendance du pays mais, pour la grande majorité de la population, il y a bien peu à célébrer. Ces 20 dernières années ont été marquées par la dégradation du niveau de vie des travailleurs et des pauvres, tandis que tout droit démocratique leur est encore interdit.

Communiqué de presse du PSL

Comme si Nazarbayev voulait encore accentuer ce que son régime a signifié durant cette période d’indépendance, cette journée de commémoration a été marquée par la répression sanglante d’un mouvement de masse à l’ouest du pays. Depuis le mois de mai, des travailleurs du secteur du pétrole y sont en grève et revendiquent des conditions de travail et de salaire décentes. Cet été, leur grève avait notamment reçu le soutien du chanteur Sting, qui avait refusé de donner un concert dans la capitale en solidarité.

Ce 16 décembre, des milliers de travailleurs du pétrole et d’opposants ont mené une action, mais ils ont dû faire face à une violence des plus sanglantes. En début d’après-midi, les estimations faisaient état de plus de 70 morts et de 500 blessés. Les sites d’information ont été bloqués par le régime. Le Mouvement Socialiste du Kazakhstan, mouvement dans lequel est active l’organisation-sœur du Parti Socialiste de Lutte (PSL) au Kazakhstan, joue un rôle dirigeant dans l’organisation de l’opposition politique au régime ainsi que dans l’organisation de syndicats indépendants. Depuis plusieurs mois, nous menons ainsi des actions de solidarité, notamment avec une audience au Parlement Européen à Bruxelles, organisée par le député européen Paul Murphy (élu de notre parti-frère irlandais le Socialist Party). Durant le match Belgique-Kazakhstan le 7 octobre dernier, des banderoles de solidarité avaient également été déployées et un tract de solidarité distribué.

Le PSL proteste énergiquement contre ce massacre. Nous dénonçons également le silence complice de l’establishment belge et européen face aux protestations contre la nature dictatoriale du régime de M. Nazarbayev.

Ainsi, en octobre 2010, une mission économique belge conduite par le Prince Philippe s’est rendue au Kazakhstan. Le ministre wallon du tourisme, Paul Furlan (PS), est lui aussi parti au Kazakhstan en mai de cette année pour y étudier les possibilités de coopération dans domaine du tourisme. De son côté, l’organisation patronale flamande VOKA a aussi organisé cette année une conférence avec l’ambassadeur du Kazakhstan afin de souligner le ‘‘grand potentiel économique’’ du pays. Au niveau international, le pays était encore en 2010 président de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE). Nous voyons aujourd’hui de façon on ne peut plus éclatante quelle est la nature de ce régime.

Ces dernières années, nous avons constamment protesté contre la dictature kazakhe, et nous allons continuer. Ce matin encore, une délégation du PSL s’était rendue protester aux portes de l’ambassade du Kazakhstan à Bruxelles. Les photos de cette action sont également disponibles en haute résolution.

Plus d’informations : Nicolas Croes : 0485/05.86.39


Pour en savoir plus


Actions de solidarité

Belgique : la dictature kazakhe également à l’œuvre à Bruxelles ?

De pacifiques supporters qui voulaient soutenir les travailleurs du pétrole au Kazakhstan et dénoncer la répression à l’œuvre dans ce pays au régime dictatorial ont implacablement été arrêtés lors du match de ce vendredi 7 octobre entre les Diables Rouges et l’équipe du Kazakhstan. Le pouvoir dictatorial du Président Nazarbayev s’étend apparemment jusqu’à Bruxelles…


Partager :
Imprimer :
Première page de Lutte Socialiste