Home / Politique belge / Bruxelles / Après 5 jours de grève à l’Hôpital Brugman, une victoire potentielle

Après 5 jours de grève à l’Hôpital Brugman, une victoire potentielle

Hier matin, alors que les travailleuses et travailleurs de l’équipe d’entretien du CHU Brugmann à Bruxelles entamaient leur 5e jour de grève, les premières propositions écrites de la direction sont finalement arrivées ! Jusque-là, la direction n’était pas sortie de son silence.

Ce personnel est confronté aux plus bas salaires de la fonction publique. Ils et elles ont donc entamé une grève le mardi 5 novembre dernier dans le cadre du plan d’action des travailleurs des pouvoirs locaux bruxellois pour exiger « des salaires pour vivre et non pour survivre » et de bonnes conditions de travail par l’embauche de personnel supplémentaire. Concrètement, il est donc question du passage immédiat du grade E au grade D, de la revalorisation de tous les barèmes de 10%, d’un salaire minimum de 14€/heure ou 2.300 € brut par mois et de l’engagement de personnel supplémentaire afin de travailler dans des conditions acceptables.

Après 4 jours de grève qui ont été marqués par une bonne participation parmi les près de 150 membres du personnel d’entretien, il avait été décidé en assemblée générale de reconduire la grève le mardi 12 novembre, par ailleurs également journée internationale de lutte pour un meilleur salaire minimum lancée aux Etats-Unis (en savoir plus).

Les premières propositions écrites de la direction concernent différents points. Au sujet du passage vers le niveau D avec accélération de carrière, le calcul est en cours par les ressources humaines. Des discussions doivent commencer aujourd’hui sur son application concrète. Concernant la charge de travail, un groupe de travail (comprenant des membres du personnel) va être mis sur pied et devra remettre des conclusions pour début décembre au plus tard. Concernant les contrats précaires dans l’équipe, 3 CDD seront convertis immédiatement en CDI pour renforcer l’équipe mobile. Pour de futurs engagements que les grévistes estiment urgemment nécessaires, la direction renvoie vers les conclusions du groupe de travail précité. Dans le cadre de la politique de bien-être, des postes à la polyclinique devront être octroyés aux collègues en fin de carrière ou en aménagement de poste (modalités à définir dans le groupe de travail).

L’assemblée des grévistes a donc convenu de suspendre la grève afin d’avancer sur ces engagements et perspectives d’améliorations.

La délégation CGSP – ALR (Administration Locales et Régionales) précise toutefois directement, et à juste titre : « Les grévistes espèrent par contre que la direction tiendra ses engagements et annoncent déjà qu’ils sont prêts à repartir en action si les avancées ne sont pas suivies d’effet, certainement en ce qui concerne le passage de niveau E en D. Une stratégie a été définie dans ce sens et sera mise en pratique immédiatement si la direction ne respecte pas ses engagements. »

Cette mobilisation et son résultat potentiel est bien entendu un exemple pour tous les travailleurs désireux de lutter contre les bas salaires ! C’est par la lutte et la construction d’un rapport de force que nous pouvons obtenir plus !

Quelques photos pris lors de la grève du 7 novembre dans la fonction public bruxelloise