Home / Non classé / Elections britanniques : Combattre pour un gouvernement travailliste dirigé par Corbyn !

Elections britanniques : Combattre pour un gouvernement travailliste dirigé par Corbyn !

Construire un mouvement de masse pour gagner et s’organiser pour lutter pour le socialisme

L’élection générale de décembre pourrait marquer un tournant historique. C’est l’occasion de construire un mouvement de masse pour exiger une société au bénéfices de millions de personnes. C’est l’occasion de virer les conservateurs et de mettre Jeremy Corbyn au numéro 10 (le 10 Downing Street est la résidence officielle et le lieu de travail du Premier ministre, NdT).

Déclaration de Socialist Alternative, section du Comité pour une Internationale Ouvrière (Majoritaire) en Angleterre et au Pays de Galles.

Corbyn peut remporter cette élection. Pour ce faire, il doit s’adresser directement à la classe des travailleurs et aux jeunes avec un programme clair qui peut changer leurs vies. Lorsque Corbyn a lancé sa campagne électorale, il a lancé un appel frappant en faveur d’un « véritable changement ». Le vrai changement dont nous avons besoin, c’est un changement socialiste.

L’austérité doit cesser. Dix ans de brutalité conservatrice nous ont poussés vers la banque alimentaire britannique. Près de quatre millions d’enfants vivent dans la pauvreté. Les travailleurs ont enduré une décennie de restrictions salariales. Les jeunes sont surendettés et confrontés à la crise du logement. Le fléau de la mauvaise santé mentale frappe chaque génération, le symptôme d’une société malade.

Pendant ce temps, le système national de soins de santé (NHS) est vendu – petit à petit – au plus offrant. Et la dégradation du climat menace l’avenir même de notre planète.

Pourtant, notre société est inondée de richesses. Des richesses qui sont concentrées dans les mains d’une élite richissime et minuscule. Ce sont ces quelques riches – la classe capitaliste – qui possèdent et contrôlent les énormes monopoles qui dominent notre économie, et par extension la vie de millions de personnes. Ils paient à peine leurs impôts. Ils polluent la terre. Et maintenant, ils veulent privatiser nos services publics.

Leur classe est actuellement bien représentée au Parlement. Leurs défenseurs n’occupent pas seulement les bancs conservateurs. Beaucoup de leurs représentants les plus fiables figurent parmi les libéraux-démocrates. Et d’autres encore s’assoient derrière Corbyn sur les bancs du Parti travailliste, en travaillant patiemment et avec persévérance pour ébranler ce dernier, l’étouffer, et finalement lui faire quitter de force la direction du parti.

Cette élection est l’occasion de porter un coup magistral à la classe capitaliste qui bénéficie de cette économie truquée. Le pouvoir des capitalistes doit être remis en question. C’est leur système – le capitalisme – qui endommage la terre, fait baisser les salaires, génère et perpétue les oppressions racistes, genrées, sexuelles et autres.

Faire dégager Boris

Boris Johnson – le multimillionnaire éduqué à Eton – veut nous faire croire qu’il est un personnage anti-establishment. Il prétend représenter le peuple dans un conflit qui oppose le « peuple au parlement ». Mais que peut bien savoir ce conservateur de ce qu’est la vie dans l’austérité ?

Le meilleur antidote à ces mensonges n’est pas la défense d’un parlement rempli de politiciens privilégiés et pro-capitalistes. Au lieu de cela, Corbyn doit faire de cette élection une élection qui oppose « le peuple au 0,1% « . Il doit mobiliser la classe des travailleurs, avec les jeunes, pour lutter pour une alternative à l’austérité et à la misère.

Pour cela, Corbyn doit défendre un programme capable d’unir les travailleurs de part et d’autre de la ligne de démarcation du Brexit. Les mois de querelles parlementaires et de jeu autour du Brexit ont à juste titre repoussé les gens ordinaires. La plupart d’entre eux comprennent instinctivement qu’il s’agit essentiellement d’une dispute entre deux ailes d’une élite privilégiée pour savoir quels accords commerciaux seront les plus favorables aux grandes entreprises.

La voix des travailleurs a été notablement absente. Mais Corbyn a la possibilité de changer cela. Il doit affirmer avec audace que cette élection n’est pas un autre référendum Brexit : il devrait s’agir d’un référendum sur l’austérité, sur la décennie de règne cruel et désastreux des conservateurs. Il doit lier son programme de lutte contre l’austérité à une approche pro-ouvrière, internationaliste et fermement antiraciste de la question du départ de l’UE.

Les lignes rouges européennes

Il devrait être clair qu’un gouvernement travailliste établirait de nouvelles lignes rouges concernant la réouverture des négociations avec l’UE pour défendre les intérêts des travailleurs. Qu’il refuserait d’accepter la myriade de traités néolibéraux anti-travailleurs actuellement institutionnalisés par l’UE. Ces traités sont utilisés pour miner les droits des travailleurs et générer une infernale course vers le bas. Nous pensons notamment à la directive sur le détachement des travailleurs, aux restrictions des aides d’État et aux lois sur la concurrence qui constituent des obstacles – qu’un gouvernement des travailleurs devrait affronter – à la renationalisation des services publics privatisés.

De plus, Corbyn devrait adopter une position internationaliste. Cette position doit rejeter l’ignoble cruauté qui conduit des travailleurs migrants à périr à l’arrière des camions. La véritable alternative à l’actuel club des patrons de l’UE n’est pas un fantasme autour de la petite Angleterre. C’est une Europe pour les travailleurs – une Europe socialiste. Nous vivons sur un continent qui a passé la dernière décennie à connaître des protestations de masse et à lutter contre l’austérité. Un gouvernement britannique mettant en œuvre un programme de lutte contre l’austérité, appelant les masses européennes à le soutenir, pourrait être le catalyseur d’une révolte et d’un soulèvement qui pourrait déferler sur le continent.

Donc Corbyn a du travail. Mais cette élection ne doit pas porter uniquement sur lui en tant qu’individu. Car quel que soit le résultat du 12 décembre, nous savons que le combat ne sera pas terminé à ce moment-là. Si Corbyn gagne, il sera immédiatement confronté à la colère d’une classe capitaliste désireuse de protéger ses profits et de défendre ses privilèges. Et si Corbyn ne compte que sur le Parlement pour le défendre contre de telles forces, il se trouvera particulièrement vulnérable.

Mobiliser les travailleurs

L’histoire ne s’écrit pas seulement dans les couloirs du parlement. Les travailleurs ont un énorme pouvoir potentiel. Après tout, ce sont les travailleurs qui transforment les ressources du monde en biens à utiliser, qui distribuent ces biens à travers la planète, qui fournissent tous les services qui permettent à la société de fonctionner. Si nous agissons collectivement, nous avons le pouvoir d’être acteurs de l’histoire – d’être les agents du changement.

Nous devons utiliser ces élections pour construire un mouvement qui peut durer plus longtemps que cette campagne. 2017 a donné un aperçu de ce qui est possible. Nous avons besoin de rassemblements de masse dans toutes les villes du pays. Des projections de masse devraient également être organisées.

Il est extrêmement positif que les travailleurs de Royal Mail, des universités et de toute une série de conflits locaux importants puissent être en grève pendant cette campagne. Il est essentiel qu’aucune tentative ne soit faite pour retenir ces actions. En fait, les syndicats devraient être au cœur de la construction de ce mouvement. Ces conflits pourraient être au centre des préoccupations pendant la campagne, ce qui renforcerait la confiance des travailleurs de toute la Grande-Bretagne et mettrait en lumière des revendications importantes. Il est particulièrement positif qu’au moment où les postiers sont confrontés à un patron brutal, Corbyn s’est engagé à renationaliser la poste, ainsi que le rail et l’eau, en ouvrant sa campagne électorale.

En fin de compte, nous devons construire un mouvement de masse qui peut pousser Corbyn à aller plus loin que ses esquisses positives de programme actuelles. L’histoire nous avertit que la classe capitaliste ne reculera devant rien pour protéger sa richesse et son pouvoir. Le sabotage économique – menaces de délocalisations, fuite des capitaux, etc. – sera sa réponse face à un plan de renationalisation à large échelle.

Se préparer au sabotage

Corbyn devrait prendre des mesures pour protéger la classe ouvrière contre cela. Pour cela, il faudrait être prêt à prendre des mesures qui vont au-delà des contraintes capitalistes. Cela signifie de nationaliser les banques pour prendre le contrôle des flux de capitaux. Cela signifie d’être prêt à défier le pouvoir le plus important que possède la classe capitaliste – son contrôle de l’économie. Pour ce faire, il faut aller au-delà de la renationalisation de quelques services privatisés et prendre collectivement en main, sous le contrôle et la gestion démocratiques de la classe ouvrière, les grands monopoles qui dominent actuellement notre économie. L’indemnisation ne peut être versée aux actionnaires qu’en fonction de besoins prouvés.

En fin de compte, tout cela nécessiterait que Corbyn s’appuie sur le pouvoir et l’autorité non pas du parlement, mais d’une classe ouvrière organisée, mobilisée et consciente, participant démocratiquement à l’orientation de l’avenir et capable de contrôler sa propre destinée.

Sur cette base, il serait possible de transformer complètement la vie de millions de personnes. Cela nous donnerait la possibilité de planifier démocratiquement une économie qui aurait comme priorité non pas les profits de quelques-uns, mais les besoins et les désirs de la majorité. Ce serait une société qui aurait le potentiel d’agir comme un phare pour l’Europe et le monde.

Dans son discours d’ouverture de campagne, Corbyn a souligné la nécessité d’une révolution industrielle verte. La crise à laquelle notre planète est confrontée signifie que nous n’avons pas de temps à perdre. Corbyn doit tenir compte du slogan qui est devenu synonyme des grèves climatique de masse dans les écoles : nous avons besoin d’un changement de système. Cela signifie que nous devons mettre fin à ce système capitaliste désastreux qui repose fondamentalement sur l’exploitation des gens et de la planète pour le remplacer par une société socialiste au bénéfice de millions de personnes.

Socialist Alternative participera à cette campagne électorale pour assister la lutte en faveur d’un gouvernement dirigé par Corbyn. Mais nous ne pouvons pas nous arrêter là. Nous nous organiserons pour aider à construire un mouvement capable de lutter pour la transformation socialiste dont notre société a désespérément besoin. Ce mouvement devra se poursuivre au-delà du 12 décembre, qu’importe qui occupe alors Downing Street. Nous espérons que vous vous joindrez à nous.

  • Les conservateurs dehors ! Pour un gouvernement travailliste dirigé par Corbyn qui mette fin à l’austérité !
  • Construisons un mouvement de masse – Corbyn doit mobiliser la classe ouvrière pour qu’elle se batte afin d’expulser Johnson et de se préparer à la suite.
  • Que les syndicats soient au cœur de la campagne ! Solidarité avec les travailleurs en grève de Royal Mail, des universités et des conflits locaux.
  • Pas de concessions aux politiciens pro-capitalistes – Corbyn doit rester ferme et défendre des politiques socialistes !
  • Pour l’union des travailleurs au-delà du Brexit – Remain et Leave – avec une approche pro-ouvrière et internationaliste de la question du Brexit !
  • Luttons contre la crise climatique! Nous avons besoin d’un changement de système.
  • Organisons nous pour lutter pour le socialisme et en finir avec la richesse des capitalistes en nationalisant les grands monopoles qui dominent notre économie !