Home / Culture / La vie et la politique de Frida Kahlo

La vie et la politique de Frida Kahlo

Frida Kahlo accueille Léon Trotski et Natalia Sedova au Mexique.

La popularité de Frida Kahlo a explosé ces dernières années. Récemment, la Galerie d’art australienne de la Nouvelle-Galles du Sud a organisé une exposition intitulée « Frida Kahlo et Diego Rivera ». Cette exposition a sans doute contribué à la plus forte fréquentation de la galerie en juillet de l’histoire, avec 205.000 visiteurs.

Par Kat Galea, Socialist party (CIO-Australie), article initialement publié en 2017

Cette dernière vague de « Fridamania » est sans doute associée à la résurgence mondiale des idées féministes. Aujourd’hui, un nombre croissant de jeunes femmes s’identifient comme féministes et s’intéressent à la politique pour la première fois.

En témoignent les « Million Women Marches » qui ont été les plus grandes manifestations de l’histoire des États-Unis, où le succès des mobilisations à l’occasion de la Journée internationale de lutte pour les droits des femmes, que The Guardian a décrites comme les plus chargées politiquement depuis longtemps.

Cette nouvelle vague de féminisme est consciemment plus inclusive des femmes de couleur, des femmes handicapées et des femmes LGBTQI. Il n’y a pas que les idées féministes qui sont de plus en plus populaires. Nous assistons également à une résurgence des idées socialistes, avec des candidats qui se réclament du socialisme comme Bernie Sanders aux Etats-Unis ou Jeremy Corbyn au Royaume-Uni.

Frida était à la fois féministe et socialiste. Elle fut une pionnière non seulement pour les femmes, mais aussi pour les personnes LGBTQI et pour les personnes handicapées. Après qu’un accident de tramway ait changé le cours de sa vie, elle s’est battue et a embrassé ses multiples identités, que l’on peut voir dans ses autoportraits, qui constituent l’essentiel de son travail.

L’identité de Frida dans son ensemble était surtout influencée par le fait qu’elle était socialiste. En ce sens, il est tout à fait approprié qu’elle ait acquis une telle importance dans ce monde où le socialisme est à nouveau discuté. Le socialisme de Frida est souvent omis par ceux qui veulent exploiter son statut iconique, mais il est indéniable qu’elle s’est consacrée à la lutte pour un monde sans exploitation, et ce jusqu’à sa mort.

Les peintures de Frida reflètent l’idée que le personnel est politique. Des œuvres d’art comme les siennes étaient pour la plupart inédites à son époque, surtout pour une femme. Ses peintures montraient sa frustration face à l’injustice du monde et aux pressions qui s’exerçaient sur elle simplement parce qu’elle était une femme.

Ses peintures mettent en vedette des thèmes entourant la féminité et ce que cela signifie d’être une femme, y compris des représentations graphiques de fausses couches et de suicide. Nous pouvons également voir des thèmes tels que le caractère dominant de l’impérialisme américain, la colonisation espagnole du Mexique et les luttes des peuples indigènes qui en découlent.

En regardant ses œuvres d’art, il est clair qu’elle était une personne profondément politique. En fait, Frida disait souvent aux gens qu’elle était née en 1910, l’année de la Révolution mexicaine, pour refléter son idée qu’elle était une enfant de la révolution.

Frida a rejoint le Parti communiste mexicain à l’âge de 20 ans, mais elle est partie quand son mari Diego Rivera, également un artiste célèbre, en a été expulsé. Après cette expulsion, Frida et Diego se sont rendus aux Etats-Unis et c’est là qu’ils ont commencé à s’associer avec l’Opposition de gauche dirigée par Léon Trotsky.

Frida a joué un rôle actif dans le mouvement aux États-Unis. Dans les lettres qu’elle a écrites à ce moment-là, elle a dit : « J’ai tellement appris ici et je suis de plus en plus convaincue que c’est seulement par le communisme que nous pouvons devenir humains. » À leur retour au Mexique, Frida & Diego ont accueilli Trotsky et son épouse Natalia qui fuyaient les forces staliniennes qui voulaient les tuer. Malheureusement, c’est au Mexique que Trotsky fut assassiné en 1940.

Le point culminant politique de la vie de Frida fut sa participation à l’Opposition de gauche qui rompit avec la Troisième Internationale stalinienne, et chercha à créer une nouvelle organisation internationale de la classe ouvrière. Malheureusement, avec d’autres, Frida a fini par succomber aux pressions du stalinisme et à s’aligner sur eux plus tard dans sa vie.

En dépit de défauts, sa détermination à construire un monde meilleur, libéré de l’oppression, n’a jamais faibli. En 1954, Kahlo a participé à une marche communiste pour protester contre la subversion américaine du gouvernement guatémaltèque de gauche. Peu de temps après, elle est décédée. Son cercueil était recouvert d’un drapeau reprenant le marteau, la faucille et l’étoile.

Frida est morte il y a plus de 50 ans, mais son féminisme socialiste est aussi important aujourd’hui qu’il l’était de son vivant. Il ne fait aucun doute que seule la transformation de la société nous permettra d’éliminer toutes les inégalités et de jeter les bases d’une véritable libération de toutes les femmes.