Home / Social / Ecologie / Luxembourg : les jeunes en mode rébellion pour le climat

Luxembourg : les jeunes en mode rébellion pour le climat

Ils étaient près de 15000, le 15 mars, à manifester sous la pluie pour le climat. Les jeunes luxembourgeois ont signé à cette occasion un record national et mondial dans la mobilisation pour le climat, si l’on rapporte le nombre de manifestants à la population du Grand-Duché.

Par Jean (Luxembourg)

Après un tel succès, ils ne voulaient pas en rester là. Et ce ne sont certainement pas les réponses du monde politique qui auraient pu les inciter à rentrer chez eux. Que du contraire, puisque les Verts qui font partie du gouvernement se sont distingués en votant CONTRE une résolution décrétant l’urgence climatique déposée par Déi Lenk (gauche radicale).

Bref, le 24 mai était une journée d’action internationale et les jeunes luxembourgeois comptaient bien y participer. Et depuis le 15 mars, il y avait de la radicalisation dans l’air, d’une part grâce à l’exemple donné par Extinction Rebellion et d’autre part, par la dynamique du mouvement en elle-même. Résultat : les jeunes ont décidé d’organiser une occupation sans demander la permission ni à leurs écoles, ni au ministère de l’éducation ni à la police. Un mode transgressif qui a également permis aux syndicats des enseignants de se profiler en soutenant leurs élèves et en appelant leurs professeurs à les rejoindre, ou du moins à ne pas les sanctionner.

Quel était le plan ? Tout simplement occuper LE point stratégique majeur qui relie le centre-ville au quartier d’affaires du Kirchberg, à savoir le Pont Rouge où se trouvent également les institutions européennes. Il était clair dès le départ qu’on ne pourrait pas mobiliser autant de monde que le 15 mars, vu le caractère transgressif de la manifestation. Quelques jours avant l’action, on se disait que 500 serait déjà très honorable.

Au final, ce furent 1500 jeunes (et pas mal de moins jeunes). Le tout dans une ambiance à la fois joyeuse et radicale, avec des slogans visant directement les responsables politiques du désastre annoncé et notamment les institutions européennes voisines. La formule de blocage filtrant a permis au message de d’être diffusé parmi les automobilistes qui passaient au compte-goutte sur le pont. Entre slogans, mini-concerts improvisés et chorégraphies diverses, le temps s’est arrêté sur le Pont Rouge habitué à un balais incessant de véhicules et de gens pressés. Avant de lever le camp vers 18 heures, les jeunes ont même réussi à imposer un blocage complet du pont, pendant 15 minutes, après tractations avec la police.

La « rébellion négociée » est un concept typiquement luxembourgeois. Il peut paraître étrange, mais ce jour-là, il a bien fonctionné… Il faut dire que depuis la 1ère manifestation pour le climat au mois d’octobre 2018, le rapport de force a sensiblement changé au Grand-Duché.