Home / Politique belge / Bruxelles / Bruxelles. Votez PTB et rejoignez le PSL, la taxe des millionnaires nécessitera des mesures socialistes

Bruxelles. Votez PTB et rejoignez le PSL, la taxe des millionnaires nécessitera des mesures socialistes

Mercredi 15 mai les sections de PSL de Bruxelles organisaient leur soirée électorale. Une cinquantaine de personnes ont participé au débat sur notre approche dans ces élections, de notre rôle et de la campagne que nous voulons encore mener pendant les quelques jours qui nous séparent du 26 mai.

La discussion a été introduite par nos camarades Pietro et Boris qui ont pris soin de passer en revue des éléments importants pour comprendre la période dans laquelle nous nous trouvons et les défis qui se dressent devant nous. Depuis le grande crise économique mondiale de 2008 il a été impossible de regagner une croissance forte et durable. Et cela malgré les gigantesques moyens mis à la disposition de l’économie par les représentants politiques capitalistes. Les milliards injectés sur les marchés n’auront pas permis cette reprise tant espérée. Ceci participe à la confirmation d’une crise généralisée du système capitaliste. Le patronat et les actionnaires, les places boursières et les marchés, etc. l’organisation capitaliste de la société n’est pas capable de redresser la barre. Comme cela ne suffit pas, le sauvetage des banques et les multiples cadeaux fiscaux aux plus riches et aux grandes entreprises ont continué de vider les comptes publics. On nous a imposé des carcans budgétaires et une politique d’austérité brutale… mais cela aussi a échoué. En Belgique, malgré le mandat du gouvernement thatchérien de Michel & Co et les nombreuses attaques sur les dépenses publiques, le bureau du plan a analysé : c’est encore quelques 8 milliards d’euros qu’il faudra aller économiser dans les prochains budgets. Vous avez dit échec ?

Cette période électorale est aussi marquée par l’empreinte de mouvements massifs et combattifs. Les Gilets Jaunes en France mais aussi les actions syndicales sur le pouvoir d’achat, le mouvement des femmes contre les discriminations et bien sûr aussi les jeunes et leurs grèves successives contre le réchauffement climatiques ont participé largement a dicté les thèmes de la campagne. La colère contre les conséquences de la politiques des dernières années est grande. Le PSL veut intervenir dans cette campagne et trouver un espace de discussions autour de la volonté de ‘’dégager la droite’’.

Les camarades ont dans cette optique expliqué notre appel à voter pour les listes du PTB : le programme qui constitue l’alternative la plus crédible aux politiques de droite dure. Nous avons notamment pris le temps de souligner dans leur programme la présence des revendications des syndicats : salaire minimum à 14€/h, pensions à 1500€ minimum, etc.

Dans le tract des sections bruxelloises nous écrivons : ’’le PTB veut investir 10 milliards d’euros par an pour le climat et le social. Cela serait financé par son impôt sur les grandes fortunes. Nous soutenons la taxe des millionnaires tout en avertissant qu’un gouvernement de gauche qui introduirait celle-ci entraînerait une riposte patronale immédiate, avec sabotage de l’économie sous forme de fuite des capitaux’’. Une grande partie de la soirée de ce mercredi aura permis de discuter cette approche. Nous appelons à voter PTB mais pas sans expliquer les limites de leur programme. Ces difficultés que la droite et les capitalistes vont nous imposer, nous pensons que le PTB en fait abstraction.

Nous voulons renforcer la gauche dans les parlements mais aussi ne pas rester sans préparation aux défis qui s’annoncent. Pour contrecarrer ces attaques et donc éviter que le programme social, le programme d’investissements publics pour les besoins et la transition écologique du PTB ne soit vidé de son contenu, nous pensons que le mouvement des travailleurs devra entrer en lutte et faire son entrée de manière offensive sur le terrain de la propriété des moyens de production et brandir l’arme des nationalisations. Cette question n’est malheureusement pas présente dans le programme du PTB. Nous pensons que cette campagne, l’attention et les projecteurs braqués sur le PTB seraient une superbe occasions de clarifier ces défis et préparer les militants et électeurs. Nous vous invitons à prendre contact avec nous pour discuter de ce que nous entendons par des mesures socialistes qui s’imposent et bien sûr à nous rejoindre.

Lors de ce débat, Gilles, membre du Parti Humaniste avec lequel nous avons construit l’initiative Gauches Communes à Saint-Gilles, a pris la parole pour expliquer leur démarche au sein de la liste « Plan B ». Nous avons ensemble répété notre volonté de continuer à collaborer à l’avenir.

Nous profitons enfin à remercier toutes les personnes présentes à cette soirée. Notre repas de soutien a permis de récolter le fond de lutte nécessaire au financement de nos campagnes et initiatives.