Home / Dossier / L’extrême droite et la droite populiste en passe de gagner les élections européennes

L’extrême droite et la droite populiste en passe de gagner les élections européennes

« Jobs, geen racisme », De emplois, pas de racisme. Ce slogan fait partie de notre approche dans la lutte contre l’extrême droite et tout ce qui nous divise.

Combattre la crise de l’UE et la croissance de l’extrême droite avec une alternative internationaliste et socialiste

Les élections du nouveau Parlement européen à la fin du mois de mai sont caractérisées par le manque d’enthousiasme, la méfiance et même une hostilité ouverte envers l’Union européenne. La saga autour du Brexit n’en est qu’une illustration. Dans la plupart des pays, la participation sera très faible. En outre, toutes sortes de partis populistes de droite et d’extrême droite vont marquer des points. Il est difficile d’encore trouver de l’optimisme pour le progrès et une plus grande unité du projet européen. Dans toute l’Europe, l’establishment est confronté à un profond discrédit politique.

L’Europe du capital sous pression

Ces dernières décennies, l’establishment a fait tout son possible pour rendre l’UE synonyme de paix, de prospérité et de coopération. On parle encore aujourd’hui souvent des ‘‘valeurs européennes’’ de démocratie et de tolérance, mais toute cette hypocrisie tombe en miettes. L’UE est une machine d’austérité néolibérale qui ne tolère aucune contradiction. Le peuple grec en a durement fait l’expérience en 2015 lorsqu’il a démocratiquement choisi un gouvernement qui avait promis de rompre avec l’austérité. L’UE a alors agi en véritable tyran pour empêcher que cela n’arrive et forcer le gouvernement Syriza à rentrer dans le rang.

Les promesses de prospérité liées à la coopération européenne n’ont été concrétisées que pour les ultra-riches. Les multinationales ont bénéficié de l’élargissement du marché intérieur et d’une meilleure position concurrentielle face à d’autres blocs comme les États-Unis, le Japon et, de plus en plus, la Chine. Depuis ses origines, la raison d’être de l’UE est la défense des intérêts des grandes entreprises. L’UE est donc utilisée pour imposer privatisations, libéralisations et mesures antisociales. Tout cela est présenté comme nécessaire pour la ‘‘compétitivité’’ des entreprises. Ces politiques néolibérales jouent un rôle de premier plan dans l’aversion croissante que suscite l’UE. Le déclin d’enthousiasme est évident au vu du taux de participation aux élections. Lors des toutes premières élections du Parlement européen en 1979, deux tiers des électeurs s’étaient rendus aux urnes ; contre 40% aux élections européennes de 2014.

Les gouvernements nationaux se cachent souvent derrière les diktats de l’UE en déplorant n’avoir d’autre choix que de mener une politique néolibérale. Ils oublient de préciser que ces mêmes partis sont également au pouvoir à l’UE. Les gouvernements nationaux composent d’ailleurs la Commission européenne, l’organe non élu qui prend les décisions les plus importantes. Le Parlement européen a une fonction plus propagandiste mais, là aussi, ce sont les mêmes familles politiques forment la majorité. Depuis 1979, il y a toujours eu une large majorité en faveur de la ‘‘grande coalition’’ composée des sociaux-démocrates (le groupe Socialistes & Démocrates) et des démocrates chrétiens (le groupe du Parti Populaire Européen). Les élections de cette année menacent de bouleverser les choses pour la première fois.

Dix ans après la récession de 2007-08, le capitalisme est embourbé dans des problèmes partout dans le monde. De gigantesques moyens ont été injectés dans l’économie, mais ce sont surtout les plus riches qui en ont profité. La reprise économique nous a largement échappé. Les travailleurs et leurs familles ont continué à souffrir des mesures d’austérité et des attaques contre les conditions de travail, les salaires, la sécurité sociale, les services publics,… Et aujourd’hui, les économistes avertissent du danger d’une nouvelle récession. Les politiciens capitalistes savent que les moyens manquent pour promettre des dépenses et gagner des voix. Le système est en outre mal préparé pour être capable de faire face à une nouvelle récession : les taux d’intérêt restent très bas et les ressources injectées dans l’économie ont laissé une importante dette derrière elles.

L’establishment des différents États membres, et donc aussi de l’UE, n’est pas du tout en mesure de répondre à ce que les citoyens considèrent comme des défis majeurs : l’avenir de l’humanité et de la planète. Des centaines de milliers de personnes manifestent pour le climat, mais l’UE n’est pas en mesure de lutter contre la fraude des logiciels automobile. Les lobbys du profit s’opposent à toutes mesures sérieuses et l’UE et ils n’ont pas beaucoup d’efforts à livrer, les gouvernements nationaux rentrent totalement dans leur jeu. Des voix se sont fait entendre pour le pouvoir d’achat, les Gilets Jaunes suscitent la sympathie dans toute l’Europe. Mais l’argent n’existe pas non plus pour cela. Après l’incendie de Notre Dame de Paris, les ultra-riches arrogants ont démontré qu’ils avaient suffisamment d’argent : en quelques heures seulement, ils ont réuni près d’un milliard d’euros. Finalement, il s’est avéré que cette générosité était fiscalement avantageuse, une bonne partie de la facture étant renvoyée aux gens ordinaires…

L’UE n’a-t-elle rien à offrir ? Qu’en est-il du processus d’unification ? C’est vrai, nous nous n’avons plus besoin de nous arrêter à la frontière pour nous rendre en France ou aux Pays-Bas. Nous n’avons plus besoin de changer d’argent et nous pouvons même passer des appels sans frais de roaming. Parallèlement, la libéralisation du transport ferroviaire international rend les trains à destination d’autres pays, même limitrophes, particulièrement onéreux. L’envoi d’une lettre ou d’un colis dans un pays voisin est également plus cher en raison de la libéralisation des services postaux. Et même l’unité européenne est sous pression. Le cas du Brexit est bien connu. Mais il existe d’autres sources de tension. La Russie tente d’accroître son influence par l’intermédiaire des pays d’Europe centrale et orientale ; la Chine est également en train d’explorer ses possibilités dans cette région. Des tensions existent aussi entre pays européens. La France soutient, par exemple, la dictature au Tchad et le chef de guerre libyen Khalifa Haftar qui contrôle le sud de la Libye. Début février, la France a participé à une opération militaire de ces forces et elle a également soutenu de récentes attaques, bien qu’elles visaient des alliés de l’Italie et d’autres pays européens. Il est évident que l’UE n’est pas si unie.

Croissance de l’extrême droite et de la droite populiste

Le plus grand vainqueur des prochaines élections européennes sera sans aucun doute l’extrême droite, ou plutôt les 50 nuances entre la droite populiste et l’extrême droite. Des commentateurs superficiels parleront d’un ‘‘virage à droite’’ ou d’extrême droite européen. Le raisonnement est dangereux car il attribue la responsabilité de l’instabilité politique aux gens ordinaires et non au système. Le fait est que l’extrême droite est souvent choisie pour punir les politiciens établis et leurs politiques, sans pour autant placer sa confiance dans la prétendue alternative des populistes de droite. Les électeurs cherchent des moyens de punir l’establishment pour sa politique antisociale et l’absence de perspective d’avenir optimiste. Les premiers qu’ils rencontrent souvent dans cette recherche, c’est l’extrême droite.

Aux Pays-Bas, le Forum pour la Démocratie (FvD) de Baudet est devenu le premier parti lors des récentes élections provinciales. En France, le Rassemblement National (RN) de Le Pen peut aussi marquer des points. En Italie, la Lega risque de devenir le plus grand parti. En Allemagne, il y a l’AfD. Vox en Espagne. Et plusieurs partis de droite en Europe centrale et orientale.

L’autorité des institutions de l’establishment disparait, mais cela ne signifie pas automatiquement que tous les préjugés sur lesquels repose le régime de l’élite vont faire de même. Ces dernières décennies ont connu un fort processus d’individualisation : plus rien n’est un problème social, nous sommes tous devenus des individus seuls responsables de leur situation. Cela tire sa source de la pensée néolibérale selon laquelle la société n’existe pas. Le but de cette propagande est avant tout d’empêcher les travailleurs d’unir leurs forces et de lutter ensemble contre l’establishment capitaliste. Cela a un certain effet, le mouvement des travailleurs s’est retrouvé sur la défensive ces dernières décennies. Beaucoup de gens ne considèrent pas le système responsable de la dégradation de leurs conditions de vie, ils estiment que c’est de la faute des réfugiés ou du rôle des politiciens corrompus. L’establishment n’est pas le seul à avoir un problème de représentation politique, le mouvement des travailleurs y est également confronté.

Si diverses forces populistes et d’extrême droite peuvent rencontrer un certain succès aux élections européennes, cela est essentiellement dû au manque de confiance envers les autres partis. Tout comme le manque de confiance dans le Parti démocrate est le principal atout de Trump, la force de l’extrême droite repose principalement sur la faiblesse de ses opposants. Si la seule alternative proposée est de de se regrouper derrière des partis établis qui perdent leurs derniers vestiges d’autorité, alors l’extrême droite et les populistes de droite ont encore de beaux jours devant eux. Ils ne jouissent pas de masse de militants actifs ce qui leur pose un problème de stabilité.

Une Europe en lutte

Nous n’entretenons aucune illusion ni aucun espoir envers le projet capitaliste européen. Mais notre réponse ne réside pas dans le retour à l’État-nation. Nous soutenons la lutte pour l’autodétermination en Écosse et en Catalogne, dans le cadre de la lutte contre l’austérité. Nous combinons ce soutien à la nécessité de rompre avec le capitalisme pour bâtir des fédérations socialistes dans ces régions et dans l’ensemble de l’Europe. Depuis 2007, dans toute l’Europe, des mobilisations prennent place sous la forme de manifestations, de grèves et même de grèves générales contre l’austérité. Ces dernières années, les manifestations contre le racisme et le sexisme se sont également multipliées. Plus récemment, une nouvelle génération de jeunes s’est mobilisée autour de la question du réchauffement climatique, ce qui a donné lieu à de grandes mobilisations le 15 mars en reprenant une méthode typique de la classe ouvrière : la grève.

Les marxistes ne doivent pas laisser la colère contre l’Europe des patrons et sa politique d’austérité aux mains de l’extrême droite opportuniste. Ils ne doivent pas non plus abandonner l’envie d’agir contre les dangers antidémocratiques et racistes aux forces libérales et petites-bourgeoises pro-UE. Nous défendons tous les droits démocratiques pour lesquels la classe ouvrière s’est battue, cela ne signifie pas de soutenir l’UE et ses structures antidémocratiques.

Nous défendons les droits sociaux et démocratiques des travailleurs. Cela signifie que nous exigeons plus de moyens pour le secteur de la santé et de l’éducation ; la réduction collective du temps de travail et, en même temps, une augmentation des salaires. Il faut aller chercher l’argent dans les poches des riches pour répondre aux besoins de la classe des travailleurs et de la jeunesse. Comme le dit le slogan, nous ne nous battons pas seulement pour une plus grande part du gâteau, nous voulons toute la boulangerie ! Nous exigeons que nos droits démocratiques ne se limitent pas à aller voter à quelques années d’intervalle : nous voulons disposer d’un pouvoir réel sur les richesses de la société et la manière de les produire.

L’UE, ses partis et ses institutions ne sont pas des outils visant à mettre fin au racisme et à la croissance de l’extrême droite. L’UE fait partie du problème et non de la solution. Nous luttons contre l’Europe des patrons, contre les coupes budgétaires, contre le racisme et contre l’extrême droite. Cela signifie de mettre fin à cette UE, à ses institutions et à sa politique d’austérité. Nous exigeons l’égalité des droits pour toutes les personnes vivant en Europe, la fin de l’Europe-Forteresse et que les richesses des super-riches soient saisies pour permettre à chacun de connaitre une vie décente.

Nous luttons pour une Europe socialiste gérée démocratiquement et constituée sur une base volontaire. Cela signifie que notre solution aux problèmes en Europe ne réside pas dans les États-nations, mais dans la capacité des travailleurs à diriger et contrôler l’économie et la société pour qu’elle réponde aux besoins de tous, et non à la soif de profits de l’élite.

Nous sommes bien conscients que l’on peut se demander si cela est bien réaliste au vu de la croissance de l’extrême droite dans les sondages. Mais n’oublions pas qu’après la crise économique de 2007, la première réaction de la classe des travailleurs et de la jeunesse a été de résister aux politiques d’austérité capitalistes. De vastes opportunités se présentaient pour la gauche en faveur de solutions socialistes. C’est la capitulation des diverses forces de gauche à la ‘‘logique’’ du capitalisme et leur trahison des intérêts de la classe des travailleurs, à l’instar de Syriza en Grèce, qui a posé les bases de la percée de l’extrême droite.

On ne combat pas efficacement l’extrême droite en se limitant à faire appel aux ‘‘valeurs européennes’’. L’attitude des syndicats vis-à-vis de l’UE et de la manière de lutter pour les intérêts des travailleurs doit fondamentalement changer. Ce combat exige des organisations et des partis de gauche socialistes qu’ils ne tombent pas dans le piège de la défense du ‘‘moindre mal’’ européen face à l’extrême droite, mais qu’ils adoptent une position d’indépendance de classe. Cela nécessite des forces socialistes qui lient la lutte contre l’extrême droite à la lutte contre le capitalisme et pour des États socialistes volontaires, démocratiques et unis d’Europe.