Home / Jeunes / Contre le racisme / Louvain : Les antifascistes surpassent l’extrême droite

Louvain : Les antifascistes surpassent l’extrême droite

Moins de trois semaines avant les élections, le Vlaams Belang emmené par Dries Van Langenhove (Schild & Vrienden) dans le Brabant flamand peine à faire bouger les gens….

Avec un peu de retard à cause de la pluie, des centaines d’antifascistes ont traversé Louvain pour participer à la manifestation « Indivisibles contre le racisme » (Undivided against racism). Les slogans criés s’en prenaient bien entendu à l’extrême droite, mais ils entendaient également faire face au terreau sur lequel l’extrême droite se développe : les pénuries sociales. En plus des étudiants, le cortège comprenait des syndicalistes de divers secteurs, essentiellement des militants de la FGTB, mais nous avons également vu une veste verte de la CSC.
La campagne antifasciste flamande du PSL Blokbuster et les Etudiants de Gauche Actifs avaient activement mené campagne pour cette manifestation et étaient à l’origine de la mobilisation d’une partie importante du public présent. On a également pu voir des délégations de Solidarity for all, d’organisations kurdes, d’anarchistes, de Comac (organisation de jeunesse du PTB),… mais aussi des étudiants érasmus de divers pays. La police a parlé de 300 participants, certains médias (tels que le magazine Knack) parlent de 400 manifestants. Le débat sur ces chiffres n’est pas le plus important, mais nous estimons avoir été près de 500 personnes au plus fort de la manifestation, en comptant les nombreux jeunes qui ont, temporairement ou non, rejoint la manifestation durant le trajet.

Quand l’extrême droite a annoncé la date de sa mobilisation, on craignait qu’elle ne parvienne à se mobiliser davantage cette année. Le Nationalistische Studentenvereniging (NSV), le cercle étudiant officieux du Vlaams Belang, manifeste chaque année dans une ville étudiante flamande, généralement au mois de mars. Cette année, leur marche de la haine avait été reportée au mois de mai afin de se rapprocher des élections et de tenter de peser sur le vote.

De plus, dans la région, le leader local de la liste du Vlaams Belang est Dries Van Langenhove, tête de proue bien connue des néonazis de Schild & Vrienden. Après la marche contre le « Pacte de Marrakech » qui avait réuni plusieurs milliers de personnes en décembre et un rassemblement à Ninove où l’extrême droite avait réuni plusieurs centaines de personnes début janvier, il semblait logique que le Vlaams Belang utilise la manifestation du NSV à Louvain pour mobiliser ses troupes.

Ce n’est toutefois pas ce qui s’est produit. Les médias parlent de 150 participants à la manifestation du NSV, pour laquelle le président du Vlaams Belang, Van Grieken, avait appelé à participer par vidéo. D’après ce que nous avons pu voir, leur marche comprenait une importante délégation de Voorpost, le service d’ordre du Vlaams Belang. Traditionnellement, on trouve aussi quelques douzaines d’autres activistes ouvertement néo-nazis dans de telles manifestations du NSV.

Le Vlaams Belang n’a pas la vie facile à Louvain. Lors des élections communales, le parti n’y avait pas déposé de liste complète et avait obtenu un très mauvais résultat. Dries Van Langenhove entendait organiser un grand meeting électoral à Louvain ce dimanche, mais il a annulé l’événement en prenant prétexte de la manifestation contre les violences sexuelles qui aura lieu à Anvers. Pourtant, durant cette manifestation, Van Langenhove sera finalement l’un des orateurs d’une fête du Vlaams Belang à Ostende. C’est visiblement autre chose qu’il faut chercher derrière l’annulation du grand meeting électoral de Dries Van Langenhove à Louvain. Peut-être parvient-t-il progressivement à la conclusion que gueuler sur les réseaux sociaux ne conduit pas automatiquement à une mobilisation effective dans la vie réelle ?

Quoi qu’il en soit, la manifestation antifasciste a constitué une victoire importante pour tous ceux qui s’opposent à l’extrême droite. Avec cette manifestation, nous avons fait en sorte que le Vlaams Belang ne puisse pas se positionner comme un parti « normal ». De telles mobilisations rendent moins évident de devenir actif dans les cercles d’extrême droite. Après les succès de Ninove et de la marche anti-Marrakech, les troupes du Vlaams Belang ont connu un échec avec leur « marche pour la réémigration » à Louvain.

Les antifascistes ont également utilisé cette manifestation combative contre le racisme et le fascisme pour discuter des prochaines étapes de la lutte. Durant le parcours, nous avons pu constater une grande volonté de travailler ensemble et une grande ouverture pour la discussion. Selon nous, il faut souligner la nécessité de combattre ensemble pour des revendications qui nous unissent : le climat, le pouvoir d’achat, les investissements publics massifs dans les services publics (soins de santé, enseignement, infrastructures, logement social,…). Tout au long de cette lutte, nous pouvons concrétiser l’aspiration à un « changement de système » par des revendications concrètes. Mais pour obtenir un changement fondamental de société, nous aurons besoin de construire un rapport de force autour d’un programme de changement social. C’est pourquoi nous défendons une alternative socialiste contre l’exploitation capitaliste. Joignez-vous à nous !

Photos de Liesbeth: