Home / Le PSL / Décès de notre camarade Michael Cleppe

Décès de notre camarade Michael Cleppe

« Pas d’économies, mais des investissements ! 7% du PIB dans l’enseignement! »

Ce vendredi 26 avril, nous avons dû dire au revoir à notre cher camarade Michael Cleppe (né le 22 mai 1993), membre du PSL à Gand. Comme généralement avec lui, les choses se sont déroulées comme il l’avait décidé. 10 mois après avoir été diagnostiqué d’un cancer incurable, Michael a fait appel à l’euthanasie.

Par Ruben

Michael s’est intéressé au marxisme dès son adolescence à Ursel. En tant qu’étudiant à l’UGent – d’abord en philosophie, puis en histoire et en sciences politiques – Michael a fait connaissance du PSL et s’est joint à l’équipe en 2012.

Michael souffrait d’une grave déficience visuelle due à une maladie survenue au cours de la première année de vie. Michael n’avait qu’une acuité visuelle de 3,5 %. Cela n’a pas rendu son activisme politique évident, mais il est resté convaincu et motivé jusqu’à la fin. Michael se sentait mal à l’aise pour vendre notre mensuel Lutte Socialiste car il ne savait pas si les gens achetaient le journal parce qu’il les avait convaincus ou parce qu’ils avaient pitié pour lui. Michael était présent à de nombreuses manifestations et événements du parti. Même depuis son diagnostic, il n’a pas arrêté de venir régulièrement à ses réunions de section. Il a continué à suivre l’évolution de la situation politique et en débattre. Au début de cette année, Michael a pris l’initiative d’organiser une réunion ouverte consacrée à la lutte des personnes handicapées contre ce système, un sujet qui, à son avis, reste encore à développer au sein du parti.

La déficience visuelle de Michael l’a limité en de nombreux domaines, mais il l’a aidé à se surpasser dans de nombreux autres. Michael avait une forte personnalité et osait faire ce qu’il voulait. Pendant ses études, il est allé à l’université à Gand, puis en Erasmus à Munster.

En plus d’être un activiste politique, Michael était aussi un joueur d’échecs, un mélomane et un vrai Bourguignon et bon vivant. Les camarades qui se sont également liés d’amitié avec lui en dehors des activités du parti ont passé de nombreux moments avec lui autour d’un bon repas, d’un café (irlandais) ou de bonnes bières.

Notre soutien et notre sympathie vont à la mère et au père de Michael, Sabine et Jacques, ainsi qu’à ses sœurs, Sophie et Charlotte. Nous sommes très reconnaissants à Sabine et Jacques pour les opportunités qu’ils ont toujours offertes à Michael et en particulier pour l’immense soutien qu’ils lui ont apporté – à lui et à nous – au cours de ses derniers mois.

Michael, tu es un camarade qui ne sera jamais oublié. Repose en paix.

En février dernier, nous avions publié un entretien avec Michael que vous pouvez consulter ici.